Auto Hall : des résultats en baisse attendus, le groupe dispose de bons arguments au S2

| Le 25/9/2022 à 15:25
Le contexte global du marché a pesé sur Auto Hall au premier semestre. Avec la perte de pouvoir d’achat des ménages et la crise des semi-conducteurs, le groupe a vu son chiffre d’affaires et sa rentabilité se dégrader. Cependant, ces performances étaient attendues et en ligne avec les prévisions.

Le groupe a affiché des résultats en retrait au premier semestre 2022 dans un contexte automobile national morose. Le chiffre d’affaires consolidé du groupe a reculé de 12,7% à 2.464 MDH par rapport à fin juin 2021. En termes de volumes de vente, il affiche à fin août un retrait de 27% avec 13.700 unités neuves vendues.

Cette baisse intervient dans un contexte national peu propice, où les ventes ont diminué de 8,1% à 95.785 véhicules à fin août. Une baisse couplée à des difficultés d’approvisionnement auprès de certains constructeurs.

Contactée par Médias24, une source de la place estime que les résultats sont en ligne avec les attentes. De plus, la tendance du marché affiche des performances également attendues, étant donné les problématiques en cours sur l’approvisionnement et la perte de pouvoir d’achat des ménages.

Un marché en souffrance, le second semestre devrait être un peu meilleur

Les performances du marché automobile cette année sont en baisse et affectées par différents facteurs. Sans surprise, Auto Hall en pâtit. Cette contreperformance du secteur n’est pas une surprise.

Notre interlocuteur de la place explique : “Nous nous attendions à une baisse du marché, ce qui est normal compte tenu des conditions. Les problèmes d’approvisionnement sont toujours présents, la crise des semi-conducteurs est toujours là, donc il n’y a rien d’étonnant.” Au-delà de ces problématiques, il faut également noter que l’année en cours est de fait pénalisée par un effet de base défavorable.

Notre interlocuteur rappelle que “l’année 2021 a été exceptionnelle. Elle a bénéficié de la reprise et d’une partie des décisions d’achat en 2020, qui lui ont été reportées. In fine, on ne peut pas dire que cette année soit pleinement représentative de la santé du marché. Néanmoins, cela ne signifie pas que tout va bien et que tout repose sur un effet de base, mais il faut le prendre en compte”.

D’ailleurs, selon les statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM), pour la première fois au mois d’août 2022, une hausse des ventes de véhicules a été observée. Une hausse de 7,3% des ventes a en effet été affichée au mois d’août par rapport au même mois en 2021. “Nous nous attendons à une amélioration du marché à partir du second semestre, ce qui s’est confirmé à partir du mois d’août, qui marque le premier mois de croissance. Nous pensons que l’effet de base commence à se tasser. Nous devrions rattraper un peu de retard sur les prochains mois. D’ici la fin de l’année, une baisse de 5% est attendue, contre un peu plus de 8% aujourd’hui”, explique notre source.

Le marché a notamment accusé une baisse des ventes de véhicules utilitaires légers (VUL), causée par la mauvaise campagne agricole. En effet, les véhicules utilitaires légers sont généralement utilisés par les agriculteurs pour assurer les transports des fruits et légumes. La mauvaise récolte céréalière et le manque de précipitations ont affecté le dynamisme du secteur agricole et fait baisser les ventes de 19% sur cette catégorie.

Dans ce sillage marché, Auto Hall a été pénalisé en termes de volume de vente, mais a bénéficié de la situation inflationniste. “On voit que les prix de vente ont augmenté car on observe que malgré la baisse de 27% des unités vendues, le groupe a affiché un chiffre d’affaires de 2.464 MDH, en retrait de seulement 12,7%”, poursuit notre source. Ces prévisions sont conformes aux attentes.

Des performances en ligne avec les attentes et de bons arguments pour le second semestre

Durant la seconde moitié de l’année, les performances du groupe dépendront notamment de l’évolution du marché et de la poursuite de la reprise observée en août. Mais le groupe a aussi d’autres arguments.

Pour le moment, notre interlocuteur nous confirme que les performances du groupe sont en ligne avec les attentes. “Nous prévoyons un chiffre d’affaires annuel de 4,9 MMDH et le groupe affiche près de 2,5 MMDH à fin juin, donc nous considérons qu’elles sont dans les clous”, explique-t-il.

Durant le S2-2022, le groupe pourra dans un premier temps bénéficier des bonnes performances et de l’effet de base favorable de sa plateforme de vente de véhicules d’occasion Autocaz, lancé en avril 2021. “Ce service n’avait pas été comptabilisé durant l’intégralité de l’année 2021 ; il est donc certain que les chiffres seront meilleurs cette année”, indique notre source.

En 2021, Autocaz a permis d’écouler 1.100 modèles sur le marché de l’occasion, soit 4% des ventes globales. Durant le premier semestre 2022, 943 unités avaient déjà été vendues pour un total de 117 MDH. Dans sa dernière note sur la société, CFG Bank anticipe un total de 2.781 unités vendues via ce canal en 2022.

Le groupe pourra également compter sur ces nouveaux partenariats, notamment concernant la distribution de nouvelles marques avec FCA Maroc, filiale de Stellantis. Il s’agit en l’occurrence de Fiat, Fiat Professionnel, Alfa Roméo, Abarth et Jeep. “Ces marques n’ont rien à prouver sur le territoire marocain, elles sont déjà présentes et utilisées et la demande de la clientèle sera là”, ajoute notre source.

Tout cela est venu renforcer le portefeuille déjà solide du groupe. Notre source ajoute que “la société dispose d’un solide réseau de distribution avec plus de 67 showrooms à travers le pays”.

CFG Bank anticipe un recul global du chiffre d’affaires et de la profitabilité cette année, de 1,9% à 4,9 MMDH et de 11% à 161 MDH respectivement. Néanmoins la situation devrait s’améliorer dès l’année 2023, où le groupe devrait renouer avec la croissance et afficher un chiffre d’affaires de près de 5,5 MMDH, supérieurs au niveau de 2021. Sur la période 2021-2027, un TCAM de 6,8% est anticipé.

lire aussi
  • | Le 29/11/2022 à 10:56

    Sonasid : hausse de 17% du chiffre d’affaires à fin septembre

    Le groupe continue de bénéficier d’un bon effet prix provenant de la répercussion de la hausse des intrants sur les prix de vente. Les investissements augmentent fortement à fin septembre et continueront de croître durant le T4-2022. L’endettement net s’établit à -878 MDH.
  • | Le 29/11/2022 à 10:36

    BOA : hausse de 6% du résultat net à fin septembre

    Le groupe affiche à fin septembre une bonne tenue de ses marges d’intérêts et sur commissions. Le PNB progresse de 5% par rapport à la même période de l’an dernier.
  • | Le 29/11/2022 à 9:17

    TGCC : hausse de 69% du produit d’exploitation

    Le groupe a connu une forte amélioration de son produit d’exploitation du fait de projets d’envergure et de la montée en puissance de ses filiales subsahariennes. L’endettement progresse de 9,5% à 884,4 MDH.
  • | Le 29/11/2022 à 8:43

    A fin septembre, OCP réalise un chiffre d’affaires historique de près de 89,5 MMDH

    Malgré une baisse des volumes exportés, le groupe a pu capitaliser sur une forte hausse des prix de vente pour améliorer ses revenus et son chiffre d’affaires, qui atteignent des records historiques.
  • | Le 28/11/2022 à 13:54

    CIMAR : des résultats conformes à fin septembre et un regain d’activité dès l’an prochain

    Le groupe a affiché un chiffre d’affaires stable à fin septembre, porté par un bon effet prix. La conjoncture pèse sur sa rentabilité et ses volumes de ventes. Dès 2023 cependant, une hausse mécanique des revenus et des marges sera observée, du fait notamment de l’allègement des prix des intrants.
  • | Le 26/11/2022 à 7:14

    Aradei Capital : une bonne dynamique à fin septembre et des revenus diversifiés

    Lors d’une conférence de presse organisée le 25 novembre à la Bourse de Casablanca, la foncière a présenté ses résultats à fin septembre et est revenue sur les objectifs de son augmentation de capital. Le PDG du groupe a également évoqué les discussions sur un second plan d’investissement avec Akdital Holding pour les deux ans à venir.