IPO : ce qu’il faut savoir sur Disty Technologies, nouvel arrivant en Bourse

| Le 29/6/2022 à 17:03
Le prix de l’action a été fixé à 284 dirhams et la première cotation s’effectuera le 20 juillet. La société est une PME et sera la première à intégrer le marché alternatif. En 2021, elle affichait un chiffre d’affaires de 456 MDH. Son IPO lui permettra d’étoffer son portefeuille produit, de recruter et d'envisager une croissance externe. Un premier dividende sera versé au mois de septembre suite à l’opération. La valorisation a induit un rendement de 5,3% sur les deux prochaines années.

Ce mercredi 29 juin, la Bourse de Casablanca a abrité une conférence de presse autour de l’introduction en bourse de Disty Technologies, PME œuvrant dans l’import et la distribution de matériel informatique.

Le directeur général et fondateur de Disty Technologies, Younes El Himdy, a présenté l’entreprise aux côtés d’Idriss Berrada et de Youssef Chaouki d’Attijari Finances Corp, organisme de conseil et coordinateur global de l’opération.

Pour rappel, la période de souscription de cette opération s’étalera du 5 au 8 juillet 2022. Les titres seront des actions ordinaires dont le prix d’émission est fixé à 284 dirhams. Le nombre de nouvelles actions à émettre est de 218.310, et le nombre maximal d’actions à céder est de 386.191. Le montant global de l’opération s’affiche à près de 172 MDH. L’opération sera réalisée à travers une augmentation de capital et une cession d’actions. L’opération est ouverte à l’ensemble des investisseurs, et la première cotation est prévue le 20 juillet avec un règlement livraison de la transaction au 25 juillet.

Cette première IPO de l’année a été présentée sous un aspect particulier. En effet, Disty Technologies recèle quelques singularités en tant que nouvel entrant sur le marché boursier.

Une première opération sur le marché alternatif

L’entreprise, fondée en 2011, a été accompagnée par un financement public-privé de la part d’AfricInvest en 2013. C’est une PME qui a fait partie de la première cohorte du programme Elite lancé par la Bourse de Casablanca, dans le but d’accompagner les PME vers le marché financier.

« C’est une transaction qui est la première dans le compartiment alternatif de la Bourse de Casablanca, c’est-à-dire celui créé pour les PME. C’est la première transaction d’une entreprise accompagnée par le programme Elite, mais c’est également une entreprise qui est jeune et qui, en dix ans, a réussi à franchir le pas et s’introduire », souligne Tarik Senhaji, directeur de la Bourse de Casablanca lors de la conférence. Il est à préciser que ce compartiment marché alternatif est globalement similaire au marché central, mais dispose d’une réglementation plus souple pour encourager les PME à l’intégrer. Il est notamment moins restrictif concernant le nombre de titres minimum et le montant minimum à diffuser dans le public.

Cette IPO est l’aboutissement d’un cas d’école dans la chaîne du développement et du financement de la PME au Maroc. Son introduction lui permettra désormais d’atteindre différents objectifs de financement et de développement.

Mais que sait-on sur son activité et son état financier ? Durant la conférence, Younes El Himdy a levé le voile sur son cœur de métier et son potentiel.

Disty Technologies en quelques chiffres

A l’instar de son concurrent déjà coté sur le marché, Disway, Disty Technologies est un importateur et distributeur de produits informatiques qui travaille auprès d’une centaine de revendeurs à travers tout le territoire national. « Nous sommes un distributeur qui se situe après la douane et distribue les produits sur le Maroc. Nous vendons de façon indirecte. Notre rôle est de servir, conseiller et animer ce réseau », explique le fondateur de Disty Technologies

Le fondateur a présenté quelques données chiffrées concernant la société, notamment le fait qu’elle affichait un chiffre d’affaires de 456 MDH en 2021 avec un taux de croissance annuel moyen (TCAM) du chiffre d’affaires de 24% sur la période 2013-2021. Concernant la rentabilité de la PME, elle se situe dans les normes du secteur avec une marge nette de 4% en 2021. Le résultat net en 2021 s’établissait à 18,3 MDH, et le TCAM sur la période 2017-2021 s’affichait à 20,3%. Sur la même période, la marge d’EBE moyenne était de 6,5%. Cette croissance a été catalysée par l’élargissement du catalogue et du nombre de revendeurs. « Aujourd’hui nous marquons une étape qui institutionnalise cette entreprise et lui donne les moyens pour qu’elle puisse se développer », explique Younes El Himdy.

D’un point de vue bilanciel et d’endettement, « nous pouvons voir le renforcement de la solidité bilancielle du groupe avec une décroissance progressive de l’endettement du groupe sur les cinq dernières années. Nous sommes passés sur la période 2017-2021 d’un gearing de 4,5x à 0,5x. Cela démontre une bonne gestion du BFR, une meilleure rationalisation des stocks et une bonne gestion des créances clients », souligne Youssef Chaouki, directeur de l’investissement chez Attijari Finances Corp.

Une stratégie de développement en trois axes majeurs

Pour le nouvel arrivant, les objectifs de l’IPO sont, entre autres, d’accompagner son développement, d’améliorer son coût du financement et également d’offrir une sortie au fonds d’investissement AfricInvest qui détient 58,3% du capital pré-opération IPO. D’ailleurs, à la suite de l’opération, le fonds ne sortira pas totalement et conservera 10% du capital.

Les axes stratégiques, qui vont porter les activités de la PME dans les prochaines années, reposent en premier sur la consolidation du périmètre actuel. « Il s’agit d’élargir la capillarité sur le territoire, et l’envie est de toucher plus de revendeurs. Il sera également question d’accélérer la digitalisation de l’entreprise et de renforcer ses équipes à travers des recrutements », indique Youssef Chaouki.

Le second axe stratégique est l’élargissement du portefeuille produit. « Les constructeurs majeurs se reposent sur deux à trois distributeurs maximum. Disty Technologies dispose de 18.000 références, mais ne dispose pas de toutes les marques internationales dans son portefeuille. C’est un aspect qui permettra de renforcer le portefeuille et de drainer un chiffre d’affaires additionnel avec des marques à très fort potentiel et sur des segments à forte croissance », poursuit le directeur de l’investissement d’Attijari Finances Corp.

Le dernier axe stratégique repose sur la croissance externe, à savoir des acquisitions potentielles d’opérateurs dans l’IT qui pourraient générer des synergies ou des économies d’échelles. « L’IPO et, par la suite, de potentielles augmentations de capital sur le marché financier lui permettront d’avoir l’assise financière pour aller chercher cette croissance, au cas par cas », explique Youssef Chaouki.

Un business plan conservateur et un rendement alléchant

Pour valoriser la société, le business plan s’est basé sur des hypothèses conservatrices. « Ce business plan a été élaboré sur le périmètre actuel de la société, à savoir sans transformations majeures, sans acquisitions de cartes majeures et sans croissance externe », précise Youssef Chaouki.

Un TCAM du chiffre d’affaires de 5,1% est anticipé sur la période 2022-2028, avec un chiffre d’affaires à terme de 649,2 MDH. Sur la période, la marge nette moyenne est anticipée stable à 4,2%, en ligne avec les réalisations actuelles du groupe. Il faut mentionner que la croissance projetée est inférieure à celle anticipée par les spécialistes et observée sur la région MENA en général.

La valorisation des fonds propres de la société a été établie à 252 MDH, ce qui traduit des ratios P/E entre 12,9 et 13,8x les bénéfices. « Sur cette valorisation, il est d’usage d’avoir une décote sur le marché. La valorisation finale est donc de 221 MDH », précise Youssef Chaouki. D’un point de vue de yield, le groupe n’est pas en reste. La valorisation a laissé apercevoir un rendement de 5,3% sur les deux à trois prochaines années contre une moyenne marché autour de 3,5%.

Il est à rappeler que l’IPO sera réalisée à travers une augmentation de capital et une cession d’actions. « Nous sommes respectivement sur une cession de l’ordre de 110 MDH et de 62 MDH de levées de fonds qui vont venir renforcer les fonds propres de la société », précise Youssef Chaouki.

Pour rappel, actuellement, la répartition du capital est comme suit :

– Younes El Himdy : 33,85%

– Ahmed Reda Chami : 7,82%

– PME Croissance (AfricInvest) : 58,32%.

Post opération, la répartition sera comme suit :

– Flottant : 60,6%

– Younes El Himdy : 24,9%

– Ahmed Reda Chami : 4,5%

– PME Croissance (AfricInvest) : 10%

Lors de cette conférence, Younes El Himdy a tenu à rassurer sur les perturbations observées dans le secteur technologique depuis le début de la pandémie, notamment concernant les délais d’approvisionnement.

Un environnement actuellement sous tension, mais une croissance de fond

Naturellement, des questions émergent concernant le cadre complexe qui régit le secteur technologique, et les challenges auxquels il fait face. Le fondateur a expliqué comment son entreprise faisait face aux difficultés.

« Les contraintes liées à l’approvisionnement des semi-conducteurs ne sont pas nées durant la pandémie, mais avant. Les goulots d’étranglement sur la production existaient déjà, la crise a empiré le problème avec la fermeture des usines et des routes. Nous avons réagi à cela avec anticipation. Depuis 2020, nous avons doublé nos commandes fournisseurs pour adjuger le maximum de marchandises », explique-t-il.

En dépit des tensions conjoncturelles, le secteur, selon le dirigeant, continue de bénéficier d’une bonne croissance de fond. Et même après l’essor du télétravail en 2020 et 2021 et le boom des ventes réalisées, la demande se poursuit. « La croissance que nous constatons à fin juin 2022 est supérieure à celle que nous observions en 2021. Car la dynamique de la demande se poursuit sur les nouvelles technologies. A l’échelle mondiale, on prévoit une croissance de 3%. Mais comme le Maroc est dans un pays émergent, le taux de croissance est supérieur car le taux d’équipement est moindre. Une croissance de 7% à 8% est anticipée. Donc dans le BP, nous avons souhaité être conservateurs », conclut le dirigeant.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.