χ

Les ambitions de Kifal Auto après son rachat par Autochek

Le rachat de la start-up marocaine Kifal Auto par le Nigérian Autochek marque le premier exit du programme '212Founders'. Le cofondateur de Kifal nous explique les changements stratégiques et la complémentarité que ce rachat apportera au sein de la structure marocaine.

Les ambitions de Kifal Auto après son rachat par Autochek

Le 19 mai 2022 à 18h11

Modifié 19 mai 2022 à 18h42

Le rachat de la start-up marocaine Kifal Auto par le Nigérian Autochek marque le premier exit du programme '212Founders'. Le cofondateur de Kifal nous explique les changements stratégiques et la complémentarité que ce rachat apportera au sein de la structure marocaine.

Le 19 mai, la start-up nigériane Autochek, qui vise à rendre l’achat de voiture plus accessible et plus abordable en Afrique, a annoncé avoir racheté la start-up marocaine Kifal Auto, opérant elle aussi dans le secteur automobile, pour assurer son expansion en Afrique du Nord.

La nouvelle n’est pas passée inaperçue dans le monde des start-up marocaines. En effet, ce rachat marque le premier exit du programme d’accélération ‘212Founders’.

Kifal Auto est une plateforme d’intermédiation dans l’achat et la vente de véhicules d’occasion. Elle effectue l’expertise, la cotation et le règlement des procédures administratives. Fondée en 2019, elle avait intégré la première cohorte de ‘212Founders’ la même année, avant de bénéficier d’un financement début 2020 pour développer ses activités.

Après trois ans d’existence, la jeune entreprise a été rachetée. Une opération qui n’était prévue ni par le management de Kifal ni par ses actionnaires. « Aucun de nous n’avait l’intention de céder Kifal si tôt », nous confie le cofondateur de la start-up, Nizar Abdallaoui Maane. Mais avec une vision commune sur l’évolution de l’industrie des véhicules d’occasion et une nécessité d’être robuste sur le plan capitalistique dans ce domaine d’activité, « cela faisait véritablement sens de poursuivre l’aventure avec un autre acteur. Le fait est qu’à deux, on va plus loin et plus vite », justifie-t-il.

Quid de l’avenir des activités de cette start-up, et que sait-on de son acquéreur ?

Autochek, un acteur d’intermédiation et de financement

Autochek est une start-up nigériane déjà présente sur différents marchés ouest-africains et est-africains (Nigeria, Ghana, Côte d’Ivoire, Kenya et Ouganda). Quel est son business model ? « Le cœur de métier de Kifal Auto, c’est l’intermédiation CtoC. Concernant Autochek, leur marketplace fait de l’intermédiation en CtoB. Autrement dit, ils mettent en relation des vendeurs avec un réseau de garagistes partenaires. Puis, par la suite, ils mettent ces garagistes partenaires en relation avec des acheteurs potentiels », nous indique Nizar Abdallaoui Maane.

L’autre atout d’Autochek, c’est qu’elle facilite l’accès au financement. « Ils ont principalement construit leur proposition de valeur autour du financement. 90% des véhicules vendus par l’entreprise le sont avec une solution de financement. Ces offres sont opérées par 70 partenaires financiers, dont un détenu par Autochek », précise l’entrepreneur.

Cet atout permet à la start-up nigériane de vendre un véhicule avec une offre clé en main, dont la mensualité du client comprend l’assurance, la maintenance et la garantie sur ses ventes en BtoC.

LIRE LA SUITE SUR LEBOURSIER

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SNEP : avis de convocation à l’Assemblée Générale Ordinaire

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Présentation du rapport national sur la qualité des eaux de baignade et du sable