Bourse : L’endettement net et les investissements ont diminué au 1er semestre 2021 (CDG Capital)

B.B. | Le 24/10/2021 à 14:18
Une baisse de 6,7% de l’endettement net de la cote casablancaise a été enregistré par rapport à 2020. Les secteurs des télécoms, de la construction et de l’alimentaire ont été les principaux contributeurs à cette baisse. Les investissements sont également en recul de 15,3% par rapport au premier semestre 2021, conduits principalement par Taqa Morocco.

Dans un document publié le 21 octobre, CDG Capital a dressé les performances de la cote casablancaise au premier semestre 2021. L’instance note que la sortie de crise prend forme notamment avec la reprise économique qui soutient l’activité des sociétés cotés. Au global, la cote affiche de meilleurs chiffres d’affaires (+7,5%) à 127 milliards de dirhams ainsi qu’une amélioration des résultats nets (+116%) à 14,9 milliards de dirhams par rapport au premier semestre 2020.

CDG Capital dresse également les évolutions de l’endettement et des investissements au premier semestre 2021 par rapport à la fin d’année 2020.

Un endettement net en baisse de 6,7% par rapport à fin 2020

En 2020, l’endettement net de la place casablancaise atteignait 61,9 milliards de dirhams. Au premier semestre 2021, l’endettement net ressortait en baisse de 6,7% à 57,7 milliards de dirhams. De son côté, le gearing (endettement net/fonds propres) de la cote a diminué de 2,2 points à 56,5% par rapport à fin 2020.

Source : CDGK insight, AMMC

CDG note que les sous-secteurs des Télécoms, des Matériaux de construction, de l’Alimentaire et des Energies sont les principaux contributeurs à la baisse de l’endettement net de la place.

Le groupe précise que :

– Maroc Telecom a vu sa dette baisser de 2,7 milliards de dirhams en valeur à 14,9 milliards de dirhams.

– La dette nette de Ciments du Maroc et LafargeHolcim Maroc a baissé de respectivement 488 millions de dirhams et 280 millions de dirhams à fin Juin 2021.

– L’endettement net de Cosumar atteint 924 millions de dirhams en baisse de 733 millions de dirhams en valeur.

– L’endettement de Taqa Morocco a également reculé de 932 millions de dirhams pour se fixer à 8 milliards de dirhams sur la période.

Néanmoins, CDG Capital note que le secteur des transports a atténué la baisse de l’endettement net de la place. En effet, l’endettement net de Marsa Maroc a fortement progressé au premier semestre 2021 à 1,2 milliard de dirhams, en hausse de 494 millions de dirhams par rapport à fin 2020.

CDG Capital note que « par conséquent, les leviers du secteur coté (hors secteur Finance), ont baissé au S1-2021 par rapport à 2020. Les ratios Dettes/Capi et Dettes/FP se sont établis à 15,7% et 56,5% respectivement, contre 16,9% et 58,7%, du fait de la diminution de l’endettement ».

CDG souligne également que les remboursements ainsi que les émissions de la dette ont baissé de 50,5% et 69,1% respectivement au S1 2021 par rapport à fin 2020.

Une réduction des investissements au premier semestre 2021

Durant les six premiers mois de l’année, les investissement des sociétés cotés ont également diminué. CDG Capital note une diminution de 15,3% des Capex à 7,08 milliards de dirhams sur la période par rapport au premier semestre 2020.

Le secteur qui a été le principal contributeur à la baisse des investissement sur la période a été celui des Energies avec Taqa Morocco. Ce dernier a vu ses investissement diminuer de 1,5 milliards de dirhams à fin juin 2021 par rapport à la même période en 2020. « Notons que l’année 2020 a connu la prorogation du Contrat de Fourniture d’Energie Electrique des Unités 1 à 4 pour un montant de 1,5 milliard de dirhams en 2020 » note CDG Capital.

Retraité de cette valeur boursière, les investissements auraient progressé de 3,4% à fin Juin 2021. Le secteur ayant connu la plus forte évolution de l’investissement est celui des Télécoms avec une progression de 78,4% à 2,1 milliards de dirhams. CDG Capital note que « le taux d’investissement qui est passé de 6,5% au S1 2020 à 11,9% au S1 2021 ».

 

 

lire aussi
  • | Le 28/9/2022 à 15:46

    HPS : les leviers de croissance du groupe déclinés par Brahim Berrada

    Le directeur général de HPS revient sur les bonnes performances du groupe qui a affiché une hausse de 83% de ses bénéfices au S1-2022. Il évoque également la croissance dynamique du secteur, qui bénéficiera au groupe dans les années à venir, ainsi que les trois principaux leviers de développement.
  • | Le 27/9/2022 à 15:19

    La bourse dévisse en réaction à la hausse du taux directeur

    Bank Al-Maghrib a relevé son taux directeur de 1,5% à 2%. Elle prévoit une croissance économique flat cette année à 0,8% et une inflation plus persistante et intense que prévu. Elle devrait s’établir à 6,3% cette année et 2,4% en 2023. Les marchés ont mal réagi à ces annonces et la Bourse de Casablanca a dévissé à la clôture, lâchant 1,21% avec une forte accélération des volumes échangés en fin de séance.
  • | Le 27/9/2022 à 14:41

    LafargeHolcim Maroc : des résultats en baisse rognés par la hausse des cours du petcoke

    Le groupe a pu maintenir son chiffre d’affaires grâce à un effet prix positif, mais les volumes de vente ont baissé. 
  • | Le 26/9/2022 à 15:12

    Managem : grâce à l’intégration complète de Tri-K, l’année 2022 sera exceptionnelle

    Au second semestre, le groupe continuera de bénéficier des cours élevés de certains métaux de base et jouira particulièrement de la hausse de la production de Tri-K dans la production totale. 
  • | Le 22/9/2022 à 14:59

    Label’Vie : de bonnes perspectives en 2022 et des bénéfices en hausse liés à l’OPCI

    Selon la société de recherche BKGR, le distributeur devrait afficher un TCAM de 7,6% sur la période 2022-2031. Et ce, grâce à l’expansion de son réseau et au changement progressif des modes de consommation des Marocains vers la distribution moderne. L’OPCI Terramis et la plus-value constatée cette année amélioreront le résultat net, anticipé en progression de 15,9% à 472 MDH.
  • | Le 21/9/2022 à 15:44

    Matériel informatique : Disway se démarque en bourse, mais ralentie par le marché

    La valeur se démarque des autres valeurs du secteur “matériels, logiciels et services informatiques” en bourse. En revanche, elle fait face à des conditions plus compliquées de marché avec une demande en retrait sur le retail.