Sonasid : La valeur bénéficiera de bons effets volume et prix cette année

| Le 21/6/2021 à 15:07

La valeur a fortement progressé en bourse cette année. Le groupe devrait bénéficier d’un effet favorable prix et volume en 2021 grâce à la reprise et à la hausse des cours de l’acier. Les mesures de protection commerciale devraient également rassurer les investisseurs à terme. Cependant, la valeur reste fortement encline aux spéculations.

Depuis le début de l’année, le cours de Sonasid a connu une envolée de plus de 101% passant de 300 dirhams au 3 janvier, à 603,3 dirhams à la clôture de la séance du 21 juin.

Au premier trimestre 2021, le groupe a vu son chiffre d’affaires bondir de 58% à 997 millions de dirhams. Par rapport à la même période en 2020, le volume de ventes du groupe a progressé de 43%. Comparé à la même période en 2019, année plus normative, la progression du volume de vente était de 7,5%.

Graph Sonasid P

Malgré le contexte, le groupe demeure résilient financièrement. Mais ses performances boursières sont-elles justifiées ?

Une structure financière résiliente et un bon effet prix/volume attendu en 2021

Le groupe a été malmené durant l’année 2020 avec un déficit de 28 millions de dirhams, cependant moindre que celui observé en 2019 à 41 millions de dirhams. Cependant, un analyste de la place nous indique que la société améliore sa capacité à générer du cash.

« Même si l'an dernier a été mouvementé avec un résultat net déficitaire, la trésorerie de Sonasid s’est améliorée de 312 millions de dirhams additionnels, à 865 millions de dirhams fin 2020 » nous explique un analyste de la place. Cette année, le groupe devrait continuer de bénéficier d’un effet volume favorable, particulièrement au second trimestre qui était marqué par le confinement en 2020.

Le groupe devrait également bénéficier d’un effet prix favorable cette année. Notre source nous indique : « Avec la reprise, le groupe bénéficiera d’un effet prix et volume. L’effet prix se fait principalement ressentir avec la hausse des matières premières et notamment l’acier. Le groupe vendra très probablement ses produits plus chers en répercutant cette hausse sur le prix de vente ». Rappelons qu’en 2020, le redressement des ventes s’était fait ressentir dès la seconde moitié de l’année. La baisse des volumes était de -27% au premier semestre 2020 et n’était plus que de -4% en fin d’année.

Cette amélioration des ventes pourrait laisser présager une nouvelle distribution de dividendes en 2021. Il est à rappeler qu’un dividende de 7 dirhams par action avait été distribué au titre de l’année 2020.

Le groupe devrait également bénéficier d’une bonne protection commerciale dans le futur.

Des mesures de protection commerciale qui soulageront la pression concurrentielle

Il est nécessaire de rappeler que le secteur reste soumis à de fortes pressions, comme le confiait au Boursier, Ismaïl Akalay, directeur général de Sonasid : « Le problème que nous avons aujourd’hui est que beaucoup d’importations de produits finis viennent nous concurrencer. Nous avons jusqu’à fin 2021, une clause de sauvegarde qui permet de taxer ces produits importés de l’ordre de 50€ la tonne, ce qui représente une taxe de 10% sur la valeur du produit importé. Mais le quota d’importation non soumis à cette taxe, autorisé par le ministère de l’industrie et du commerce, augmente de 10% chaque année ».

Notre source du marché rappelle que « la Turquie est l’un des principaux pays d’origine des importations d’acier. Elle a conclu avec le Maroc un avenant de l’accord bilatéral de libre-échange. Cet avenant permettra d’appliquer 90% du droit d’importation (36% selon le taux actuel) sur les importations turques du rond à béton et du fil machine pendant 5 ans après l’expiration des mesures de sauvegarde. Cela sera renouvelable pour une durée de 5 ans » explique notre source.

Une valeur qui demeure fortement spéculative

Malgré cela, la fulgurante hausse de la valeur depuis le début de l’année est également perçue comme le fruit de mouvements spéculatifs. Même si le groupe dispose de bons fondamentaux financiers, une autre source du marché nous explique : « En bourse, Sonasid est une valeur spéculative. Le mouvement observé provient d’un pari des investisseurs. Notamment celui de miser sur la reprise économique surtout avec ce qui est lié aux infrastructures, aux chantiers publics, tout ce qui est lié à l’activité de Sonasid. Actuellement, il est difficile de savoir quelle sera le futur de la valeur ».  

Pour notre source, même si le fait d’avoir distribuer un dividende en 2020 a probablement réjouit les investisseurs, il faut nuancer. « Rappelons que le société ne dispose pas de politique de distribution claire. On ne peut pas savoir s’ils vont en distribuer l’an prochain, c’est en fonction des performances et du cash généré » explique-t-il.

Quant à l’avenant concernant l’ALE Maroc-Turquie, s’il a pu sécuriser les investisseurs, il ne serait en rien responsable d’une hausse aussi fulgurante. « Je ne lui accorderais pas énormément d’importance. L’annonce a probablement contribué à une partie de l’augmentation de la valeur, mais ce n’est pas cela qui explique une hausse comme celle-ci » conclut-il.

 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/7/2024 à 14:16

    Imane Belmejdoub nommée directrice du développement stratégique à Lesieur Cristal

    Lesieur Cristal a annoncé le retour d'Imane Belmejdoub au sein du groupe en qualité de directrice du développement stratégique, des fusions-acquisitions et d'autres initiatives de développement business.
  • | Le 24/7/2024 à 9:43

    Maroc Telecom : en prenant en compte l'amende, le RNPG du groupe passe dans le rouge

    Le groupe a pu capitaliser sur la croissance de ses filiales africaines pour tirer son chiffre d'affaires à la hausse. Les revenus de l'activité nationale reculent de 1,6% mais les marges s'améliorent. Les dotations nettes aux provisions et dépréciations comprennent l’impact de la provision complémentaire du litige opposant Maroc Telecom à l’opérateur Wana Corporate pour un montant de 5,9 milliards de dirhams au 30 juin 2024.
  • | Le 23/7/2024 à 16:14

    Malgré des performances notables, voici pourquoi le secteur bancaire décolle peu en bourse

    Le secteur bancaire affiche des niveaux assez bas de valorisation. Attijari Global Research l'évoque dans une récente note. Le MASI traite à 19,1x ses bénéfices alors que l'indice Banques traite à 15x ses bénéfices, au plus bas depuis quinze ans. Malgré des performances notables en 2023 et au T1-24, les bancaires bougent peu en bourse. Du cash frais des institutionnels pourrait changer la donne. Les OPCVM, eux, sont limités.
  • | Le 23/7/2024 à 13:40

    Le groupe Hayan boucle une émission obligataire de 110 MDH

    Le groupe Hayan annonce, ce mardi 27 juillet, la finalisation d'une émission obligataire de 110 millions de dirhams pour sa filiale éducative, le groupe scolaire Jacques Chirac.
  • | Le 22/7/2024 à 17:02

    Placements. Les investisseurs se positionnent sur le moyen, long terme au détriment du court terme

    Les chiffres de l’ASFIM à fin juin montrent que l’encours sous gestion des OPCVM a progressé de 7,3% au premier semestre, en franchissant les 600 MMDH. Une décollecte de l’obligataire court terme est observée, de l’ordre de 5,5 MMDH. D’un mois sur l’autre, l’encours a baissé de 11,2% traduisant une volonté des investisseurs de se positionner sur de l’OMLT plus risqué, mais plus rémunérateur.
  • | Le 18/7/2024 à 16:39

    Marsa Maroc veut se positionner comme un acteur majeur en Méditerranée occidentale

    Après plusieurs annonces marquantes qui impacteront positivement la dynamique de développement du groupe à Agadir, à Nador West Med ou encore à Cotonou au Bénin, Marsa Maroc nous explique ses choix.