Le gouvernement français déploie un nouveau budget en soutien aux secteurs fragilisés

| Le 10/6/2020 à 8:57

Environ 45 milliards pour soutenir les secteurs les plus fragilisés alors que la récession s'annonce terrible: le gouvernement présente mercredi 10 juin en conseil des ministres un nouveau budget de crise.

Il s'agit du troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR) élaboré depuis le début de la crise et il correspond au "deuxième temps de la réponse à la crise," a affirmé mardi soir le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur RTL.

"Le deuxième temps, c'est de venir au secours de tous les secteurs qui sont les plus menacés", a-t-il ajouté.

Après les plus de 400 milliards d'euros de mesures d'urgence prises dans les deux budgets précédents, ce nouveau budget rectifié va faire monter le soutien public à "460 milliards" d'euros, a précisé le ministre.

Il inclut ainsi les 18 milliards d'euros du plan d'aide au secteur du tourisme, l'un des plus affectés par le confinement avec les restrictions de déplacement et la fermeture qui se poursuit en partie pour les cafés et restaurants.

Il comprend aussi les 8 milliards d'euros du plan pour l'automobile, les 600 millions pour la French Tech, les 15 milliards d'euros de soutien au secteur de l'aéronautique et les aides au secteur du livre.

S'y ajouteront des mesures en faveur du petit commerce et du bâtiment, a indiqué Bercy.

Pour ce dernier secteur, le gouvernement envisage notamment de compenser les surcoûts engendrés par les mesures sanitaires sur les chantiers.

"L'accent est mis sur des secteurs qui sont des marqueurs forts de l'économie française et qui concernent beaucoup d'emplois. Cela permet d'envoyer un signal positif pour soutenir la confiance des entrepreneurs et des ménages", estime Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas.

Alors que se profilent faillites et licenciements, le gouvernement va renforcer d'environ 5 milliards d'euros le dispositif de chômage partiel et va débloquer 1 milliard pour élargir les aides aux entreprises qui embauchent un apprenti.

Même si à Bercy, on défend une politique de soutien à "l'offre", ce budget intégrera aussi des aides exceptionnelles directes pour les 800.000 jeunes précaires de moins de 25 ans et les ménages les plus modestes.

Enfin, il doit entériner un soutien de 4,5 milliards d'euros de l'Etat pour les collectivités, au moment où leurs recettes fondent avec la crise et où leurs dépenses augmentent pour faire face à l'épidémie.

Au total toutefois, les dépenses budgétaires directes supplémentaires ne représenteront que 13 milliards d'euros, le reste étant des mesures de trésorerie (reports de charges, prêts garantis, etc.).

Mais le déploiement de ces aides suscite des critiques, certains secteurs s'estimant oubliés, comme l'agriculture ou les transports publics.

L'ONG environnementale Greenpeace regrette elle qu'à côté des plans pour l'automobile ou l'aérien, il y ait "toujours zéro pour la relance du ferroviaire", moins émetteur de gaz à effet de serre.

- Récession, déficit et dette records -

Outre ces plans d'aides, le gouvernement est contraint d'aggraver encore ses prévisions économiques pour cette année. Il table désormais sur une récession de -11%, contre 8% de baisse du PIB anticipée il y a seulement quelques semaines.

Les difficultés du secteur du tourisme devraient à elles seules amputer le PIB de quasiment un point cette année.

Conséquence: avec des recettes fiscales qui vont fondre de 27 milliards de plus par rapport à l'estimation déjà en baisse du précédent budget rectifié, le déficit devrait encore s'aggraver à 11,4% du PIB et la dette publique gonfler à 120,9%, estime le gouvernement.

Mardi, la Banque de France a elle tablé sur une chute d'environ 10% du PIB français cette année, pénalisé notamment par un recul de 9% de la consommation, effet mécanique de l'augmentation de l'épargne des ménages, qui devrait gonfler de 100 milliards d'euros.

Si la banque centrale envisage un rebond de l'activité dès le troisième trimestre, le patron du Medef, appelle lui dans un entretien aux Echos à accélérer le déconfinement et notamment à "réviser les protocoles sanitaires s'appliquant en entreprise".

De son côté, le gouvernement souhaite mettre fin au 10 juillet à l'état d'urgence sanitaire, a annoncé Matignon mardi soir.

(AFP)

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 12/7/2024 à 13:16

    Megaflex dans le giron de Dislog Group : montant du deal et ambitions de Moncef Belkhyate

    Dislog Group a fait l'acquisition de 75% du capital de Megaflex SARL, entreprise du secteur de la santé, spécialisée dans la distribution d'automates et de réactifs. Ambitions, prix du deal... Moncef Belkhyate, PDG de Dislog Group nous livre les premiers détails sur sa dernière acquisition.
  • | Le 11/7/2024 à 8:22

    Après la confirmation de l'amende contre IAM, un communiqué acerbe d'Etisalat, son actionnaire majoritaire

    L'actionnaire majoritaire du groupe Maroc Telecom a annoncé que l'environnement règlementaire entourant les activités de Maroc Telecom affectait négativement les perspectives d'investissement au Maroc.
  • | Le 10/7/2024 à 16:20

    Maroc Telecom : CFG Bank valorise le titre à 105 dirhams malgré l'amende et le recommande à l'achat

    Tout en conservant une approche prudente, la société de recherche anticipe une hausse du cours de 14% à 105 dirhams. L'activité en Afrique joue un rôle fort dans la croissance des revenus du groupe, notamment grâce à l'essor de la data mobile. L'opérateur affiche des indicateurs de rentabilité opérationnelle très élevés, avec une marge d'EBITDA qui se stabilisera autour de 52%.
  • | Le 9/7/2024 à 15:41

    La baisse des taux se formalise sur le court terme (AGR)

    La baisse du taux directeur de Bank Al-Maghrib a eu des répercussions immédiates sur la courbe des taux. Cette dernière affiche des baisses notables, en particulier sur le court terme. Sur le marché obligataire secondaire, des retraits de 30 pbs sont observés, notamment à maturité un an. En revanche, en variation hebdomadaire, les taux sur toutes les maturités sont en recul.
  • | Le 8/7/2024 à 17:39

    Villes sans bidonvilles : un programme ambitieux aux fortes contraintes opérationnelles ?

    Le nombre restant de logements en bidonvilles a été estimé à environ 120.000 unités réparties à travers le Royaume. Un nouveau programme a été présenté pour y remédier. D'un point de vue opérationnel, les professionnels de l'immobilier estiment qu'il est difficile à réaliser et peu rentable au regard des critères.
  • | Le 8/7/2024 à 10:49

    Le spécialiste du thé de luxe Imperium Holding ouvre son capital à IFU et Proparco

    Le groupe Imperium Holding, spécialiste du thé de luxe, propriété de la famille Baroudi effectue une levée en deux tranches auprès du fonds danois IFU et de Proparco. Le dossier a été déposé le 5 juillet au conseil de la concurrence.