χ

Pommier: une culture à haut potentiel, mais sous exploité

La cueillette est vendue sur pied et profite commercialement à une multitude d’intermédiaires. Les infrastructures de stockage et de transformation sont insuffisantes.

Pommier: une culture à haut potentiel, mais sous exploité

Le 18 décembre 2019 à 17h00

Modifié 10 avril 2021 à 22h07

La cueillette est vendue sur pied et profite commercialement à une multitude d’intermédiaires. Les infrastructures de stockage et de transformation sont insuffisantes.

La ville de Midelt a accueilli le 17 décembre le 1er forum d’investissement dédié à la filière du pommier. Organisée par le ministère de l’Agriculture en collaboration avec les autorités locales de la région du Drâa Tafilalet, cette rencontre qui a réuni plus de 300 personnes s’est fixé comme objectif de stimuler cette filière arboricole et développer son potentiel. La culture du pommier stagne, en effet, au niveau de sa production, de sa commercialisation et de sa transformation. Elle souffre de problèmes à tous ces stades.

Au niveau de la production, la quasi-totalité de la cueillette est vendue sur pied, à des prix très bas, privant ainsi les agriculteurs d’une grande partie du revenu auquel ils pourraient aspirer. Le pommier est considéré comme une culture à haute valeur ajoutée estimée par les experts à 50.000 dirhams par hectare.

Quant à la commercialisation, elle atterrit entre les mains d’une multitude d’intermédiaires, ce qui se traduit par des prix très élevés pour le consommateur dont les agriculteurs ne profitent pas.

Deux unités de transformation dans toute la région

Enfin, au niveau de la transformation, la filière souffre d’une insuffisance flagrante en infrastructures : il existe seulement deux unités de transformation (vinaigre et jus de pomme) pour toute la filière, avec une capacité de traitement inférieure à 100 tonnes. D’autre part, dans la région de Midelt, qui fournit la plus grande production de pommes, à peine 22% de la production annuelle est stockée à cause du nombre insuffisant d'unités de stockage. Ce qui ne permet pas une commercialisation échelonnée dans le temps.

Pour toutes ces raisons, le forum d’investissement s’est attelé à présenter aux participants des business modèles qui ont fait leurs preuves aux niveaux national et international pour améliorer la filière dans toutes ses composantes. Le but final est d’attirer des investisseurs nationaux et locaux, ce qui contribuerait à assurer aux agriculteurs un revenu plus substantiel et à créer des emplois grâce au développement de cette culture.

Le forum donne ainsi une place aux expositions, aux démonstrations et aux ateliers de rencontres et de formation sur les activités nouvelles que pourrait générer la dynamisation de la filière.

Rappelons que la région de Darâa Tafilalet est la principale région de culture du pommier. Il couvre une superficie de 17.450 hectares, soit 65% de la surface de l’arboriculture fruitière, avec une production annuelle atteignant les 400.000 tonnes et un chiffre d’affaires de 1,17 milliard DH.

Il constitue aussi la principale source de revenus pour les populations rurales. D’où l’intérêt de pousser à une exploitation plus rationnelle de son potentiel.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Centrale Danone : Convocation AGO 16 juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.