Capital investissement: Le Maroc a encore du chemin à faire

Mouna Ettazy | Le 15/2/2018 à 16:31

En marge de la conférence annuelle du capital investissement organisée par l’Association Marocaine des Investisseurs en Capital (AMIC), le mercredi 14 février à Casablanca, la situation du capital investissement au Maroc a été examinée par plusieurs opérateurs. Quoiqu’il soit satisfaisant, le bilan du Private Equity au Maroc révèle quelques obstacles. Quid des défis qui guettent l’industrie du capital investissement au Maroc? Eléments de réponse.   

L’intervention des investisseurs locaux dans le capital investissement a un peu diminué. A fin 2016, les capitaux marocains représentent 46% de la totalité des fonds ; 39% des fonds émanent de l’Union Européenne, tandis que 15% proviennent des autres pays (Arabie Saoudite, EAU, Koweït, Tunisie et USA).  54% des capitaux ont donc été levés par des investisseurs étrangers, selon le rapport de l’AMIC (Association Marocaine des Investisseurs en Capital)  sur le capital investissement à fin 2016.

La part des fonds marocains a bel et bien reculé. A fin 2012, elle constituait 53% de la totalité des fonds alloués au capital investissement, selon la même source.

La question maintenant est de savoir ce qui bloque les investisseurs marocains vis-à-vis du Private Equity?

Cette problématique a été au cœur des discussions du quatrième panel – constitué d’investisseurs institutionnels locaux et internationaux - de la conférence annuelle du capital investissement. 

D’après le directeur des investissements à la CIMR, Nabil Ahabchane -l’un des intervenants -, ‘’La relation entre l'investisseur institutionnel marocain et le métier du Private Equity [le capital investissement, ndlr] au Maroc est un peu mal née’’.

Il s’est expliqué en soulignant que le ‘’Private Equity a été assimilé par les investisseurs institutionnels comme étant une classe d’actifs un peu exotique… Parfois il était considéré à la limite comme un service civique, dans un certain nombre de secteur’’. 

Bourse Vs Capital investissement

 Il y a également des facteurs conjoncturels qui n’ont pas facilité le développement du Private Equity au Maroc. 

Selon M. Ahabchane, ‘’le Private Equity est une industrie qui est née il y a une vingtaine d’années. Entre 2000 et 2008, la bourse des valeurs de Casablanca avait des rendements insolents. Du coup, se dépenser dans l’analyse d’une blue chips [société avec une grande capitalisation et une liquidité importante, ndlr] cotée en bourse, dans laquelle on pouvait mettre beaucoup d’argent, était plus confortable intellectuellement que de suivre une société de gestion qui allait investir pendant cinq ans avec un montant qui n’est pas énorme’’ 

Marie-Alexandra Veilleux-Laboire, directrice Maroc de la BERD (Banque Européenne pour la Reconstruction et le développement), quant à elle, a souligné la rareté des investisseurs ainsi que leurs exigences en termes de TRI (Taux de rentabilité interne). ‘’In fine, on parle de TRI’’, a-t-elle précisé en ajoutant qu’’’aujourd’hui, la région présente des retours sur investissement qui ne sont pas très attrayants’’. 

A l’issue de cette conférence, la quasi-totalité des intervenants s’avèrent optimistes par rapport au futur du capital investissement au Maroc. Dans ce cadre-là, la création du fonds ‘’Innov Invest’’, dédié au financement des porteurs de projet innovants et piloté par la CCG (ex-caisse centrale de garantie), a été largement saluée. 
Voici en vidéo, retranmises en live par LeBoursier, les échanges de la conférence:

lire aussi
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.
  • | Le 23/1/2023 à 10:10

    Disway Tunisie : le fonds Amethis est sorti avec succès du capital

    Le fonds d’investissement Amethis a effectué avec succès sa sortie du capital de Disway Tunisie en faveur de l’actionnaire majoritaire, Disway SA.
  • | Le 22/1/2023 à 10:13

    Sonasid : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’“alléger” à “acheter”

    Pour la société de recherche, le groupe recèle un très bon potentiel en bourse, notamment du fait de la baisse notable accusée en 2022 à partir du troisième trimestre. Le groupe dispose également d’un modèle résilient et d’une situation financière confortable. Un rendement supérieur à 6% est attendu en 2023.
  • | Le 19/1/2023 à 9:46

    Ce que l’on sait des effets de l'imminente suspension de l’intermédiation bancaire par l’UE

    Dans le sillage du Brexit, l’Union européenne prévoit d’interdire aux banques étrangères non établies sur son territoire de proposer des services bancaires du pays d’origine à leurs clients résidant dans un pays de l’Union. Comment cette décision impactera-t-elle les filiales des banques marocaines dans l’UE ? Quelles conséquences pour les Marocains du monde ? Eléments de réponse.
  • | Le 17/1/2023 à 19:56

    Feu vert au projet d’OPA de Holmarcom sur les actions CDM

    L’Autorité marocaine du marché des capitaux a visé le projet d’OPA visant les actions de Crédit du Maroc par Holmarcom Finance Company et AtlantaSanad, au prix de 502 dirhams par action.
  • | Le 16/1/2023 à 15:38

    Immobilier : les perspectives 2023 demeurent très incertaines

    La relance du secteur reste tributaire de plusieurs questions comme les aides au logement qui se font attendre, ou l’indécision des ménages qui repoussent leur décision d’achat. La demande, déjà exsangue, souffrira davantage du fait de la hausse des taux immobiliers, et les grandes immobilières cotées pourraient connaître un léger effet négatif sur leurs dettes à taux révisables cette année.