Une proposition de loi pour “démocratiser” l’état civil

Une proposition de loi pour autoriser les prénoms amazighs et supprimer les titres comme Moulay et Lalla sera examinée en commission parlementaire.  

Une proposition de loi pour “démocratiser” l’état civil

Le 12 décembre 2014 à 16h25

Modifié 11 avril 2021 à 2h36

Une proposition de loi pour autoriser les prénoms amazighs et supprimer les titres comme Moulay et Lalla sera examinée en commission parlementaire.  

La proposition de loi, déposée par feu Ahmed Zaidi et les membres du groupe parlementaire ichtiraki en 2013, part d'un constat: malgré la possibilité offerte par la loi d'attribuer des prénoms amazighs aux nouveaux-nés, les interdictions perdurent.

Fruit d’interprétations de la loi sur l'état civil par les officiers en charge, l'interdiction des prénoms amazighs gâche "des moments de bonheur (...) en les transformant en conflits avec l'administration", selon les initiateurs de la proposition de loi.

Ainsi, le groupe ichtiraki propose-t-il d'amender l'article 21 de la loi sur l'état civil. L’amendement proposé consiste à mentionner qu'il est "interdit expressément aux officiers d'état civil de refuser le prénom choisi par la personne faisant la déclaration de naissance", à condition que le prénom présente "un caractère marocain et ne doit être ni un nom de famille ni un nom composé de plus de deux prénoms, ni un nom de ville, de village ou de tribu, comme il ne doit pas être de nature à porter atteinte aux bonnes mœurs ou à l'ordre public. Le prénom déclaré doit précéder le nom de famille lors de l'inscription sur le registre de l'état civil et ne doit comporter aucun sobriquet ou titre tel que Moulay, Sidi, ou Lalla", conformément aux dispositions de la loi sur l'état civil en vigueur.

La proposition de loi conteste, également, le second alinéa de l'article 20 de la loi, qui dit: "Si le nom de famille choisi est un nom de chérif, il en sera justifié par une attestation du Naquib des chorfas correspondant ou, à défaut de Naquib, par un acte adoulaire (Lafif)".

Le groupe ichtiraki y voit "une disposition ségrégationniste", qui entre, de plus, en contradiction avec l'interdiction, par la même loi, des titres tel que Moulay, Sidi et Lalla. Il se propose donc de l'abroger.

La proposition de loi sera examinée lors de la prochaine réunion de la commission de l'Intérieur, le 17 décembre à la Chambre des représentants.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Bourse. En 2023, les étrangers et les MRE détiennent 168 MMDH d'encours

En 2023, alors que le montant des investissements des étrangers en valeur a progressé de 8% par rapport à 2022, la part que les étrangers détenaient dans la cote a légèrement reculé du fait de la hausse de la capitalisation boursière globale. La grande majorité des investissements étrangers sont stratégiques. Les investissements étrangers sont représentés à quasi parts égales par le Moyen-Orient et l'Europe.

Aéroports. Voici les prévisions actualisées du trafic et le plan de bataille de l'ONDA

Les projections de trafic aérien entre 2024 et 2030 montrent qu’à l'exception de l’aéroport de Rabat qui aura un nouveau terminal en 2025, ceux de Casablanca, Marrakech, Agadir, Tanger et Fès risquent la saturation avant le Mondial 2030. Pour éviter ce scénario, l’ONDA a déjà lancé les chantiers nécessaires à court et long terme en vue d’accroître leur capacité d'accueil, qui répondra aux besoins jusqu’en 2040.

Communication financière

Managem: ÉTATS FINANCIERS SOCIAUX AU 31 DÉCEMBRE

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

En direct de la Cour d'appel de Casablanca, déclaration d'Achraf Jadoui, avocat de Said Naciri

En direct de la Cour d'appel de Casablanca, déclaration de Mohamed Karrout, avocat de Abdenbi Bioui

Affaire Naciri-Bioui. En direct de la cour d'appel, déclarations de la défense