χ

Elections 2015, Benkirane recherche un consensus avec les partis

Lors d'une réunion jeudi soir, le chef du gouvernement a invité la classe politique à lui faire parvenir ses propositions sur la préparation des futures élections. Il leur a donné rendez-vous dans un mois pour discuter dans le détail de l’organisation des prochaines échéances communales.

Elections 2015, Benkirane recherche un consensus avec les partis

Le 21 juin 2014 à 15h30

Modifié 21 juin 2014 à 15h30

Lors d'une réunion jeudi soir, le chef du gouvernement a invité la classe politique à lui faire parvenir ses propositions sur la préparation des futures élections. Il leur a donné rendez-vous dans un mois pour discuter dans le détail de l’organisation des prochaines échéances communales.

C’est désormais le chef du gouvernement qui gère personnellement le dossier des élections communales de 2015. C’est logique, conforme à la Constitution mais inhabituel car jusqu’à présent, le ministère de l’Intérieur avait la haute main sur la question, de la préparation des textes de loi en allant jusqu’au découpage et aux listes électorales, pour finir par la supervision du scrutin.

 

 

Cette fois-ci, Abdelilah Benkirane a pris la main. Une réunion tenue jeudi soir avec les chefs des principaux partis politiques, de la majorité ou de l’opposition, en présence du ministre de l’Intérieur. Elle a installé le chef du gouvernement dans ce rôle et assis sa légitimité dans ce domaine. La présence de tous les partis invités ainsi que de M. Hassad (il ne pouvait en être autrement), vaut acceptation par tous. La démocratie, ce ne sont pas uniquement des textes mais une pratique.

Au cours de cette réunion, le chef du gouvernement a donné un mois à ses interlocuteurs pour lui livrer chacun un mémorandum résumant la manière dont ils voient le prochain scrutin.

Les points de friction ne manquent pas : listes électorales (qui vote ?), instance électorale indépendante pour contrôler les élections, mode de scrutin, découpage et d’autres encore…

Cette réunion avec le chef du gouvernement a été l’occasion d’évoquer les doléances de chacun des partis d’opposition et de la majorité sur plusieurs volets concernant l’organisation des élections prochaines.

A cet effet, il a déclaré vouloir aplanir les divergences concernant la préparation du scrutin communal.

Il a assuré que tous les participants étaient d’accord pour revenir à la table des négociations dans un mois pour examiner dans le détail leurs propositions et  améliorer le contenu des 68 textes législatifs électoraux. Pour preuve de sa bonne foi, il leur a distribué un avant-projet de loi sur la régionalisation qu’il a déclaré soumettre à leur appréciation.

Le chef du gouvernement s’est dit persuadé qu’un accord sera trouvé pour assurer les premières élections post-constitutionnelles transparentes carle programme des prochaines élections comporte des nouveautés. Ces dernières qui portent sur la régionalisation, le mode de scrutin et sur la tutelle  de l’administration ont été soumises à l'appréciation de tous les partis politiques.

A l’issue de la réunion, le ministre de l’intérieur a quant à lui déclaré que dans les quinze prochains jours sera dévoilée la teneur des lois qui encadreront les futurs scrutins. Mohamed Hassad a garanti la tenue des délais des élections à venir en assurant que les projets de lois organiques feront l'objet de consultations avec les partis politiques en juillet prochain, avant d'être examinés et adoptés en octobre ou novembre 2014.

Contacté par notre rédaction, Nabil Benabdellah a assuré que cette réunion s’est déroulée dans d’excellentes conditions. Il a affirmé que malgré les dissensions partisanes, l’ambiance était studieuse et constructive et qu’il n’y avait pas eu de clash entre les participants.

Pour le ministre de l’Habitat, malgré les critiques de l’opposition, Mohamed Hassad continuera de jouer un rôle clé pour organiser les futurs scrutins et le processus électoral comme dans tous les pays démocratiques qui se respectent.

Dans une déclaration à Médias 24, le numéro 2 de l’USFP Habib Malki s’est montré moins optimiste en déclarant d’emblée que ce conclave politique était en fait «un dialogue sous contrainte».

Pour Habib Malki, c’est la menace de boycott des futures élections par l’alliance du parti de la rose et de l’istiqlal qui a obligé le chef du gouvernement à initier cette rencontre.

C’est donc contraint et forcé que Benkirane s’est résolu à soulever le problème de la méthodologie et de l’agenda des préparatifs électoraux. Notre interlocuteur assure lors de cette rencontre, rien n’a été négocié et que c’était simplement une première prise de contact entre l’opposition et la majorité pour dialoguer et exposer les positions de chacun.

Oscillant entre scepticisme et inquiétude, il affirme que l’ambivalence du chef du gouvernement laisse craindre le pire car selon lui, ce dernier se pose plus en chef soucieux des intérêts de son parti que de ceux du peuple marocain dans ses diverses composantes.

Il l’accuse de pratiquer le double langage selon que l’on soit un jour de semaine ou un week-end où il enfile sa casquette partisane.

Il assure lui laisser le bénéfice du doute en affirmant que son parti et l’Istiqlal étudieront ses propositions et adopterons en conséquence une ligne de conduite appropriée.

Il prévient que si les prochaines élections communales devaient être entachées d’irrégularités, les alliés de l’opposition n’hésiteront pas à mettre à exécution leur menace de boycott des élections suivantes.

 


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

BP : COMMUNIQUÉ DE PRESSE-RESULTAT DE L’AUGMENTATION DE CAPITAL PAR CONVERSION OPTIONNELLE PARTIELLE EN ACTIONS DANS LA LIMITE DE 50% DES DIVIDENDES RELATIFS A L’EXERCICE 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.