La lagune de Marchica se dote d’un nouveau programme d’actions d’ici à 2020

Le plan de réalisation du projet Marchica, prévu initialement sur la période 2008-2025, a été redéployé dans le cadre d’un nouveau plan 2014-2020. Après la dépollution, la priorité est donnée à 3 projets urbains.

La lagune de Marchica se dote d’un nouveau programme d’actions d’ici à 2020

Le 9 juin 2014 à 14h00

Modifié 9 juin 2014 à 14h00

Le plan de réalisation du projet Marchica, prévu initialement sur la période 2008-2025, a été redéployé dans le cadre d’un nouveau plan 2014-2020. Après la dépollution, la priorité est donnée à 3 projets urbains.

C’est en juillet prochain que les travaux vont vraiment commencer sur le site de Marchica, plusieurs années après le début de la dépollution du site. « Des réalisations dont les études ont démarré en 2007 », ne manque de préciser Saïd Zarrou, directeur général de l’agence d’aménagement du site de la lagune de Marchica et président du directoire de MarchicaMed.

Il s’exprimait, à Nador, ce samedi 7 juin, à l’occasion des journées environnement de la Marchica organisées du 7 au 14 juin 2014. Cette manifestation a également coïncidé avec l’escale dans la lagune de Marchica du bateau PlanetSolar, le plus grand vaisseau solaire mondial.

L’année 2014 va marquer la réalisation d’un grand nombre d’objectifs fixés par le conseil d’administration de l’agence d’aménagement du site de la lagune de Marchica, après un recentrage du plan stratégique décidé à l’issue de la dernière réunion du conseil d’administration du l’agence en date du 18 mars dernier.

« Le retard enregistré au titre de l’année 2014 par rapport à la vision de départ s’explique par l’année et demie de réflexion que nous avons mené au sein de nos équipes », lance M. Zarrou. « Le plan d’aménagement des 7 cités prévues dans le plan stratégique initial a nécessité d’autres études », dit-il. Le projet Marchica porte sur la création de 7 cités touristiques : la cité d’Atalayoun, la cité des Deux  Mers, la ville nouvelle de Nador, la baie des Flamants, Marchica Sport, les vergers de Marchica et le village des pêcheurs.

Le programme d’actions, qui s’étale de 2014 à 2020, se donne de nouvelles priorités parmi lesquelles l’urbanisation de nouveaux territoires et la requalification et la restructuration urbaine de certains quartiers sur l’axe Nador-Béni Ansar. La priorité est donnée à la finalisation de trois projets stratégique de développement de cités : celle de l’ONDA (ville nouvelle de Nador), d’Atalayoun et des Deux mers.

Côté investissement, ce projet de mise en valeur sur une superficie de 19.000 hectares, mixant des ambitions touristiques, urbanistiques, socioéconomiques et écologiques s’est vu attribué sur la période 2008-2025, un investissement global de 49 MMDH. « La cité d’Atalayoun mobilisera à elle seule une enveloppe budgétaire de l’ordre de 2 MMDH, hors investissements immobiliers. Quant au budget global destiné à la mise en œuvre du plan 2014-2020, il est ventilé sur quatre pôles stratégiques. « Les prévisions budgétaires ont été revues à la baisse. Le climat économique international nous a poussé à réviser notre programme d’investissement sur une période de 7 années », ajoute-t-il.

Au final, le 1er pôle concernant les travaux de restructuration, de requalification et d’équipement des quartiers de Trikaa, Chaala, Bouarourou et Sidi Moussa et des corniches de Nador et de Béni-Ansar, se voit accordé un budget de 1,2 milliard de DH. Les projets d’amélioration de l’accessibilité du site à travers notamment des voies d’accès à Nador et de contournement de la ville via Béni-Ansar mobiliseront une enveloppe de 300 millions de DH.

Le 3ème pôle visant la promotion de la zone de la lagune de Marchica se voit doté d’un montant de 100 millions de DH. Ce qui se manifestera par la réalisation de projets soutenant les activités de pêche artisanale ou encore les actions culturelles. La même somme est attribuée à la consolidation du parc ornithologique et des zones naturelles protégées le long du rivage de la lagune. Il s’agit de la mise en place d’outils de valorisation environnementale et de protection contre les inondations et les risques dus aux intempéries. Pour la petite histoire, en 2011, depuis le démarrage des travaux d’enfouissage et de terrassement, les oiseaux sont déjà revenus sur le site, notamment, le cormoran, qui ne visite que les sites dépollués.

Depuis 2009, plusieurs actions ont eu lieu sur le site avant de lancer les travaux proprement dits. « Depuis 9 mois, les travaux de nettoyage de la lagune ont pris fin, soit 25 kms de plage. L’eau est enfin de couleur bleue » a déclaré Saïd Zarrou. Parmi les autres réalisations : la transformation du site de la décharge de l’ancienne usine de minerai de fer en une académie de golf, espace arrosé par l’eau puisée des forages, et ce dans l’attente de la construction de la station d’épuration de Béni-Ansar. Cette étape sonnera le début des travaux pour la réalisation d’un golf de 18 trous.

Ensuite, l’opération d’extraction de 2 milliards de mètres cube de sable provenant de la nouvelle entrée du site, dont le produit est recyclé dans le projet de l’édification de l’académie de golf. « Le recyclage demeure très important dans la démarche de Marchica. D’ailleurs, les pierres utilisées dans les constructions sont également puisées du site », indique M. Zarrour. Il insiste sur le fait que la pose des pierres est réalisée par les ouvriers de Nador.

Les travaux de construction d’un établissement hôtelier 5 étoiles en partenariat avec l’ONCF sont également dans le pipe. Prêt dans deux ans, il est conçu afin de respecter les normes environnementales en matière d’énergie propre. Le solaire sera essentiel dans son alimentation énergétique. Autres projets immobilier : le lancement de la construction de résidences touristiques destinées principalement à la population de la ville de Nador, qui disposera d’habitations à proximité de la marina et du golf.

La cité Des Mers a connu les premiers travaux de terrassement. «  Ce phare écologique ne sera construit qu’en fonction de l’énergie disponible à partir du site, qu’elle soit d’origine solaire ou éolienne », confie M. Zarrou.

Viennent des réalisations réalisées au sein même de l’agence d’aménagement de la lagune. Cette entité créée en juillet 2010 a redéfini la délimitation de sa zone d’intervention. « Nous y avons inclus même les problèmes liés à l’absence de raccordement à l’eau et à l’électricité, les infrastructures routières notamment pour les villages à proximité de la ville de Melilia », explique Saïd Zarrou. Des partenariats ont vu le jour avec les associations locales afin de sensibiliser les riverains et les informer sur les interventions de l’agence.


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Wafabail : Indicateurs au 1er Trimestre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.