χ

Conseil de la ville, la BNPJ enquête sur des affaires de corruption

Beaucoup d’élus l’affirmaient mezza voce, un élu PJD l’a crié haut et fort : des cessions de terrains de la part de la commune de Casablanca, sont entachés de corruption.  Et avec des preuves concrètes, dit-il. La BNPJ va diligenter une enquête.  

Conseil de la ville, la BNPJ enquête sur des affaires de corruption

Le 30 mai 2014 à 12h19

Modifié 30 mai 2014 à 12h19

Beaucoup d’élus l’affirmaient mezza voce, un élu PJD l’a crié haut et fort : des cessions de terrains de la part de la commune de Casablanca, sont entachés de corruption.  Et avec des preuves concrètes, dit-il. La BNPJ va diligenter une enquête.  

"Des terrains de la commune ont été cédés à des prix dérisoires. J’ai les preuves de ce que j’avance." Le conseiller Abdelkrim Hazraf, élu PJD, affirme que de nombreuses cessions, dans plusieurs quartiers de Casablanca, violent la loi et vont à l’encontre de l’intérêt de la ville. Une certitude qui lui a valu une convocation de la BNPJ, au lendemain d’une session du Conseil de la ville, où il avait déclaré, la fleur au fusil, détenir les preuves de dossiers de corruption impliquant plusieurs élus locaux.

"J’ai été convoqué deux fois par la police judiciaire, qui va ouvrir une enquête sur la base des documents que je vais leur fournir", explique à Médias 24 Abdelkrim Hazraf.

Il s’agit de plusieurs terrains, au Maârif, à Anfa, à Sidi Bernoussi et dans d’autres quartiers, cédés par la commune – donc approuvés par le Conseil de la ville – à des prix très bas, au mépris du dahir de 1924. Une série de cessions dont certaines datent de 2004 et qui n’ont jamais attiré la "curiosité" de nos élus. Récemment, un terrain de 400 m², qui appartenait à la commune, été cédé à "quelqu’un d’influent".

Mais le PJDiste rebelle refuse de donner des noms, arguant qu’il appartient à la police de déterminer la responsabilité des parties impliquées. «Je ne vise personne. Les documents dont je dispose prouvent qu’il y a de la corruption, c’est tout ce que je peux dire», nous déclare-t-il. Le conseiller sera bientôt reçu, pour la troisième fois, par la BNPJ pour la suite de l’enquête. «Je suis en train de rassembler tous les documents nécessaires», conclut-il.

Joint par Médias 24, un conseiller de l’Union Constitutionnelle nous explique que la corruption est monnaie courante dans tout ce qui a trait aux cessions des terrains de la commune. "Ce sont les preuves qui font défaut", nous dit-il en souriant.

Le 12 mars dernier, Mohamed Sajid, maire de Casablanca, avait été mis en cause dans des locations de bureaux, qu’il détient avec des membres de sa famille, à des sociétés publiques, Casa Aménagement et Casa Transport. "Le maire a esquivé nos questions concernant cette affaire lors des deux dernières sessions ordinaires du Conseil. C’est inadmissible!", maugrée un élu.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank – résultats au 30 juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.