χ

Ce matin au Maroc

POLITIQUE. Vers des élections anticipées? Est-ce l'onde de choc égyptienne? Différentes déclarations du PAM et de l'Istiqlal, faites ce week-end, évoquent la possibilité de faire tomber le PJD par les urnes, notamment à travers des élections anticipées. Hamid Chabat promet un retrait de l'Istiqlal dans les prochains jours. EGYPTE. Coup d’Etat ou pas ? La question continue à revenir dans le débat. Et il y aura autant d’arguments pour, que d’arguments contre. Certes, Morsi a été élu à la régulière. Mais être élu ne signifie pas obtenir un chèque en blanc. Avec Morsi, l’Egypte n’avait pas achevé sa transition vers la démocratie. La grande leçon, c’est que les périodes de transition doivent être aussi consensuelles que possible. Morsi avait la morgue, l’arrogance, la volonté de gouverner, de décider seul, y compris sur les plans législatif et judiciaire. Une transition est réussie, lorsque les règles du jeu sont conçues en commun, pas à la majorité simple ; et que tout le monde s’approprie ces règles. C’est uniquement dans ce cas que la légitimité électorale devient opposable à tous.

Ce matin au Maroc

Le 8 juillet 2013 à 7h35

Modifié 11 avril 2021 à 2h35

POLITIQUE. Vers des élections anticipées? Est-ce l'onde de choc égyptienne? Différentes déclarations du PAM et de l'Istiqlal, faites ce week-end, évoquent la possibilité de faire tomber le PJD par les urnes, notamment à travers des élections anticipées. Hamid Chabat promet un retrait de l'Istiqlal dans les prochains jours. EGYPTE. Coup d’Etat ou pas ? La question continue à revenir dans le débat. Et il y aura autant d’arguments pour, que d’arguments contre. Certes, Morsi a été élu à la régulière. Mais être élu ne signifie pas obtenir un chèque en blanc. Avec Morsi, l’Egypte n’avait pas achevé sa transition vers la démocratie. La grande leçon, c’est que les périodes de transition doivent être aussi consensuelles que possible. Morsi avait la morgue, l’arrogance, la volonté de gouverner, de décider seul, y compris sur les plans législatif et judiciaire. Une transition est réussie, lorsque les règles du jeu sont conçues en commun, pas à la majorité simple ; et que tout le monde s’approprie ces règles. C’est uniquement dans ce cas que la légitimité électorale devient opposable à tous.

Premier ministre. ElBaradei était pressenti samedi, de source officielle, mais le véto du parti salafiste Nour, a tout remis en cause. Ce parti reproche à ElBaradei d’être laïc. Ce matin, l’Egypte cherchait toujours un premier ministre pour la phase de transition. Selon la télévision officielle, ElBaradei serait finalement nommé vice-président.

La vidéo qui a ému et choqué toute l’Egypte. Ce sont deux une vidéos amateur tournées à Alexandrie  et qui montrent des hommes prenant pour cible  quatre jeunes réfugiés sur la tourelle d’un toit. Ils finissent par en jeter deux du toit, d’une hauteur de plusieurs mètres. L’un des jeunes sera battu à coups de bâton et mourra de ses blessures. Celui qui paraît être le chef du groupe d’adultes, portant la longue barbe noire sur la vidéo, a été arrêté hier. Les jeunes jetaient des pierres sur une manifestation pro-Morsi.

Les télévisions égyptiennes ont montré plusieurs autres vidéos montrant des partisans de Morsi usant d’armes à feu contre l’armée au cours des manifestations.

Démonstrations de forces. Après les manifs et sit-in des pro-Morsi depuis vendredi , c’était hier le tour des anti-Morsi d’appeler à la mobilisation et d’exprimer leur soutien à l’armée et à la déposition du président. C’est une véritable marée humaine qui a envahi les principales places des grandes villes. Incontestablement, à en juger par les manifs, ceux qui sont contre lui sont bien plus nombreux.

Nouvelles victimes. Il est difficile d’établir un bilan des victimes, parce que les événements se précipitent. Ce matin, une dépêche de l’AFP annonçait que 16 personnes ont été tuées à l’aube

 lors de tirs des forces de l'ordre contre un rassemblement de partisans du président déchu Mohamed Morsi devant le siège de la Garde républicaine au Caire, ont déclaré les Frères musulmans."Seize personnes ont été tuées et cent blessées, dont de nombreuses dans un état grave", a affirmé à l'AFP Ahmed Aref, porte-parole de la confrérie dont est issu M. Morsi.

Les commerces coptes ciblés. Dans la ville d’ElMinieh, les populations ont découvert hier matin que les magasins tenus par des coptes, ont été marquées dans la nuit de samedi à dimanche, par des croix, comme pour les désigner en tant que cibles. Les images ont été montrées par les châines de tv égyptiennes.

Commentaire de Tawakkol Karmane. Un commentaire en particulier a suscité beaucoup de réactions. Il s'agit du post sur Facebook de la militante révolutionnaire yéménite Tawakkol Karman, Prix Nobel de la paix 2011 et elle-même issue du plus grand parti d’opposition – le Rassemblement yéménite pour la réforme [Islah, islamiste] – affilié aux Frères musulmans. Elle critique vertement ses camarades égyptiens : 

"Chers Frères musulmans, ce n'est pas moi qui me suis alliée avec les militaires au lendemain de la chute du régime de Moubarak et contre mes compagnons de la révolution, ni moi qui ai affaibli la révolution et mis son projet en danger", écrit-elle, reprochant aux Frères musulmans égyptiens leur opportunisme qui les avait poussés à privilégier des arrangements en coulisses avec l'armée plutôt qu'à répondre à l'élan révolutionnaire de la rue. 

"Votre politique vous a mis dans un isolement complet. N'avez-vous pas remarqué que tous les partis, y compris les partis religieux, les organisations de la société civile, les médias, l'université Al-Azhar et l'église copte, que tous, absolument tous, sont contre vous ? Qui est responsable de cet échec ? A quoi vous attendiez-vous ?"

Les réactions marocaines. Le Roi a consacré la plus grande partie de son message par intérim à la nécessité du respect de la feuille de route, à la tenue des élections, à la réconciliation entre Egyptiens et au rétablissement de l’Etat de droit.

Les forces politiques sont partagées selon une ligne de démarcation assez claire, le PJD se retrouvant isolé dans son soutien au président déposé  et à ce qu’il appelle la légitimité des urnes. Hamid Chabat n’a pas hésité à faire le parallèle, profitant de l’occasion pour décocher de nouvelles flèches à son rival. Toutes les occasions sont bonnes en politique… Pour Hamid Chabat, Benkirane va tomber dans les tout prochains jours car l’Istiqlal va se retirer du gouvernement, le PJD ne trouvera pas de nouveaux alliés et les élections anticipées vont le chasser du pouvoir…

Le propre fils de Qaradaoui désavoue son père. Le cheikh Youssef Qaradoui, principal soutien des Frères, a émis une fatwa demandant aux Egyptiens, y compris les militaires, de s’opposer à ce qu’il qualifie de coup d’Etat. Son propre fils, Abderrahmane, vient de rendre publique une lettre dans laquelle il s’oppose totalement à la fatwa de son père.

Abou Qatada expulsé vers la Jordanie. Le prédicateur radical Abou Qatada a été expulsé dimanche du Royaume-Uni après des années de procédures judiciaires, a été inculpé pour terrorisme peu après son arrivée en Jordanie, où il a plaidé non coupable.

Parti de Londres dans la nuit, sous escorte britannique et jordanienne, celui qui était jadis considéré comme "l'ambassadeur de ben Laden en Europe" a été inculpé pour "complot en vue de commettre des actes terroristes", et le prédicateur de 53 ans a été placé en détention préventive pour 15 jours à la prison de Mouwaqar, un centre de haute sécurité hébergeant 1.100 prisonniers, en majorité des islamistes accusés de terrorisme, a ajouté cette source citée par l’AFP.

TUNISIE, Ramadan. Noureddine Khademi, ministre tunisien des Affaires religieuses, a déclaré le samedi 6 juillet sur une radio, que la fermeture des cafés et des restaurants est obligatoire pendant le mois de Ramadan. Aucune loi tunisienne n’interdit de servir pendant le mois sacré. Jusqu’à l’année dernière, quelques cafés et restaurants étaient restés ouverts, dans la plus grande discrétion, mais ils étaient beaucoup moins nombreux que d’habitude.
Seigneur, le ministre des Affaires religieuses a précisé : «Si une personne ne veut pas jeûner, elle est libre, mais elle doit le faire chez elle ». Encore heureux que l’on ne contrôle pas les gens chez eux….

TUNISIE, champ religieux. Le très laïc président tunisien Moncef Marzouki a démis le mufti de la république, qui est la plus haute autorité religieuse du pays et l'a remplacé par un théologien proche d'Ennahdha et favorable à la polygamie. Le mufti limogé avait fait il y a quelques jours, des déclarations condamnant les appels au jihad en Syrie qui s'étaient multipliés dans le pays.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CENTRALE DANONE : Indicateurs du troisième trimestre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.