Filière de l’avocat. Une “campagne productive et rentable” selon la profession

La campagne 2023-2024 de la filière de l’avocat a été marquée par une amélioration en termes de rendement, d’exportation et de rentabilité. Les fruits marocains sont de plus en plus prisés sur le Vieux Continent, d’autant que certains pays producteurs ont souffert d’une baisse de production. Le point avec Abdellah Elyamlahi, président de Morocco Avocado Association (MAVA).

Filière de l’avocat. Une “campagne productive et rentable” selon la profession

Le 24 avril 2024 à 10h05

Modifié 24 avril 2024 à 10h05

La campagne 2023-2024 de la filière de l’avocat a été marquée par une amélioration en termes de rendement, d’exportation et de rentabilité. Les fruits marocains sont de plus en plus prisés sur le Vieux Continent, d’autant que certains pays producteurs ont souffert d’une baisse de production. Le point avec Abdellah Elyamlahi, président de Morocco Avocado Association (MAVA).

Même si la superficie d’avocatiers du Maroc s’est stabilisée, la productivité des fermes et la rentabilité à l’export se sont améliorées lors de la campagne 2023-2024. "Une campagne satisfaisante en termes de volume et de rentabilité. Les fruits ont été vendus à un bon prix, plus avantageux que lors de la précédente campagne", confirme Abdellah Elyamlahi, président de Morocco Avocado Association (MAVA). 

L’amélioration des techniques de production et la maturité des arbres ont eu un effet positif sur le rendement. En outre, les producteurs marocains ont réussi à négocier de meilleurs prix. Un scénario favorisé, d’une part, par la qualité des récoltes de cette année et une demande plus importante, d’autre part, par une production espagnole en baisse.

L’irrigation d’un avocatier : 3.000 à 5.000 m³ par hectare et par saison

L’avocatier n’est pas un arbre endémique du Maroc. Il est originaire de l'Amérique tropicale. C’est au mitan des années 1980 qu’il a fait son apparition dans le Royaume. D’abord dans le périmètre agricole du Loukkos. Ensuite, cette espèce d’arbres fruitiers de la famille des Lauracées s’est étendue jusqu’au Gharb. "De Larache jusqu’à Kénitra, en passant par Moulay Bousselham", précise Abdellah Elyamlahi.

L’avocatier est une plante particulière. Hermaphrodite, elle doit sa survie aux pollinisateurs. Récoltés entre octobre et mars, les avocats sont cultivés quatre à cinq mois plus tôt dans des régions aux températures comprises entre 12,8 et 28,3 degrés. En termes d’irrigation, deux systèmes sont privilégiés : le goutte-à-goutte et par cuvette.

Les agriculteurs actionnent le système du goutte-à-goutte "entre deux et trois heures par jour", affirme le président de Morocco Avocado Association. "Quand il pleut, nous arrêtons le système d’irrigation", assure-t-il, avant de préciser que l’irrigation d’un hectare d’avocatier au goutte-à-goutte se situe entre 4.000 et 5.000 m³, soit 4 à 5 millions de litres

Dans le cas de l’irrigation par cuvette, chaque plant d’avocat nécessite 23 périodes d’irrigation, à raison de 40 litres par période. C’est l’équivalent de 920 litres par plant, d’après la Direction provinciale de l’agriculture (DPA) de Chefchaouen. Soit plus de 3.000 m³ par hectare. Il faut compter généralement 4 à 8 semaines pour que la graine plantée au sol germe. Après quelque temps, les premières feuilles poussent. S’ensuit la floraison jusqu’à l’obtention du fruit à récolter.

Production : 70.000 tonnes dont 60.000 exportées

C’est en 2018 que les avocats du Maroc ont commencé à être exportés. De ce fait, la superficie cultivée a presque doublé en l’espace de quatre ans, avant de se stabiliser à environ 7.500 ha. Si la production a également augmenté de manière significative, atteignant 43.000 tonnes en 2023 (3.000 t dédiés au marché national) contre 25.000 t en 2018, cette campagne a encore battu quelques records. 

"Nous avons atteint une production de 70.000 t (9,3 t par hectare en moyenne)", précise notre interlocuteur. À noter l’hégémonie de la variété Hass, originaire de Californie et connue pour produire des avocats de qualité supérieure, prisés pour leur texture crémeuse et leur goût riche. "Le rendement s’est amélioré car les techniques de production sont meilleures, mais aussi parce que les fermes existantes deviennent plus productives. Une ferme de trois ans n’est pas aussi productive qu’une ferme de quatre ou cinq ans d’âge. Plus l’arbre est âgé, plus il donne de fruits", explique-t-il. 

La majeure partie de la production marocaine d’avocats est destinée à l’export, notamment vers l’Union européenne (80%) et la Russie (20%). Les autres pays exportateurs sont l’Espagne, la France, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie. Un marché compétitif où le Maroc s’est fait une place. "Nous essayons d’améliorer d’année en année la qualité des fruits", souligne Abdellah Elyamlahi. À cela s’ajoute "une baisse de la production en Espagne et une hausse de la demande du fruit marocain".

Vendu en Europe entre 3 et 3,75 euros

Selon lagence de presse espagnole EFE, la culture de fruits tropicaux en Espagne, comme la mangue ou l’avocat, a vu son rendement diminuer. "L’avocat, lui, voit sa production diminuer de 60% par rapport à la saison précédente", ajoute la même source ; ce qui explique "l’arrivée de nouveaux exportateurs espagnols qui se sont implantés au Maroc", indique notre interlocuteur. Comme il y a peu de producteurs-exportateurs marocains, les agriculteurs vendent leurs productions à d’autres acteurs du marché qui en assurent l’exportation.

Lors de cette campagne, "sortie de la ferme, le kilo d’avocat coûtait de 18 DH à 40 DH le kilo. L’exportateur a quant à lui écoulé cette marchandise en Europe à un prix oscillant entre 3 euros (32,3 DH) et 3,75 euros (40,4 DH) le kilo". Une grille tarifaire qui ne dessine pas encore un plafond de verre, tant il y a encore une marge de progression en matière de rendement.     

"Certains producteurs sont persuadés que la culture de l’avocat ne nécessite pas beaucoup d’entretien", déplore Abdellah Elyamlahi. "En réalité, plus le processus de production est perfectionné, plus les rendement sont meilleurs. Raison pour laquelle il est recommandé d’investir dans des programmes de fertigation (fertilisation et irrigation), mais aussi de tailler correctement les avocatiers pour favoriser un ensoleillement optimal". Un verger bien entretenu peut produire en moyenne 14 tonnes par hectare.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Wafa Gestion: Communication FCP “AZ TAWFIR” Rapport du commissaire Aux Comptes Période du 1er Octobre 2023 au 31 Mars 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.