Omra 2024 : inflation, situation géopolitique et secteur informel ont fait chuter le nombre de pèlerins

L’opération Omra du Ramadan, qui s’étend du 18 mars au 4 mai, a rencontré beaucoup moins de succès que l’édition 2023 qui avait attiré plus de 30.000 Marocains. Selon Mohamed Semlali, qui préside la Fédération nationale des associations des agences de voyages du Maroc (FNAAVM), la baisse de 30% du nombre de pèlerins s’explique par plusieurs facteurs conjoncturels. Cette année, le nombre de pèlerins se limite à 20.000.

Omra 2024 : inflation, situation géopolitique et secteur informel ont fait chuter le nombre de pèlerins

Le 3 avril 2024 à 16h13

Modifié 3 avril 2024 à 16h57

L’opération Omra du Ramadan, qui s’étend du 18 mars au 4 mai, a rencontré beaucoup moins de succès que l’édition 2023 qui avait attiré plus de 30.000 Marocains. Selon Mohamed Semlali, qui préside la Fédération nationale des associations des agences de voyages du Maroc (FNAAVM), la baisse de 30% du nombre de pèlerins s’explique par plusieurs facteurs conjoncturels. Cette année, le nombre de pèlerins se limite à 20.000.

"Au regard des circonstances économiques au Maroc et géopolitiques au Proche-Orient, cette opération ponctuelle du mois de Ramadan a généré une baisse de 30% des demandes par rapport à la même période de l’année dernière", nous apprend le président de la FNAAVM, en précisant que la capacité aérienne était par conséquent largement suffisante.

"Une désaffection due à l'augmentation de 50% du coût du séjour"

Selon notre interlocuteur, le manque de pluies et la crise économique ont fait flamber le prix de ce produit qui, par conséquent, n'était plus à la portée de toutes les bourses.

Ainsi, tous produits confondus, les prix du séjour (billet d'avion et hôtel) a, selon lui, augmenté d'au moins 50% en une année, avec un coût moyen actuel de 35.000 DH contre 25.000 en 2023.

En cause, l'inflation galopante qui a caractérisé l'année 2023 et la situation régionale ont, selon lui, réduit de 30% le nombre de pèlerins. Ces derniers n'ont plus les moyens de faire du tourisme religieux.

"Le secteur informel propose des produits fictifs qui occasionnent des faillites"

Et d’ajouter que le secteur informel constitue un énorme problème pour les agents de voyages, avec un nombre croissant d'intervenants clandestins qui commercialisent, sans aucune autorisation administrative, des produits réglementés soumis à une procédure stricte.

"De plus en plus de rabatteurs proposent sur les réseaux sociaux des packs de séjour à des prix imbattables pour la Omra ou le Haj pour arnaquer les pèlerins", dénonce le président de la FNAAVM. Il appelle l’Etat à mettre fin aux activités d’escrocs qui agissent sans se cacher en se faisant passer pour des agents de voyages, avant de disparaître dès qu’ils empochent l’argent de personnes crédules.

Cette concurrence illégale et déloyale qui entraîne chaque année plusieurs centaines de victimes est également à l’origine de plusieurs faillites d’agents de voyages spécialisés dans les opérations de pèlerinage.

 "L’opération du Haj au mois de juin affichera complet"

Contrairement à la Omra qui s’inscrit dans le tourisme religieux, le quota fixe de 34.000 pèlerins attribué aux agences de voyages pour l'opération du Haj, en juin prochain, ne sera pas impacté par la crise économique ou par le conflit géopolitique du Proche-Orient.

"Avec les restrictions imposées et le tirage au sort qui limite le nombre de places, cette opération qui fait partie des cinq piliers de l'islam n’aura aucun mal à afficher complet, d’autant plus que certaines personnes économisent vingt ans pour accomplir ce devoir religieux”, avance Mohamed Semlali en soulignant que la demande dépasse largement le quota géré par le ministère des Habous.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Africa Stone Management: “AL AKHAWAYN UNIVERSITY SPI” Rapport de gestion ex 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.