AGR : une accélération des dépenses publiques attendue fin 2023, baisse des taux obligataires

Siège du ministère de l'Economie et des finances à Rabat. Photo Médias24
| Le 28/11/2023 à 16:38
Les finances publiques accusent, à fin octobre, un retard dans l'exécution du budget par rapport à la même période l'an dernier. Une accélération des dépenses devrait être observée en novembre et décembre. Les taux obligataires poursuivent leur baisse du fait du retrait de l'exigence des investisseurs et d'une trésorerie confortable du Trésor.

La société de recherche Attijari Global Research (AGR) a publié une note hebdomadaire concernant les finances publiques à fin octobre. Il en ressort que l’exécution budgétaire accuse un retard par rapport à la même période en 2022.

Accélération des dépenses attendue en novembre et décembre

En effet, le déficit budgétaire s’affiche à fin octobre à 37,3 MMDH, soit un taux de réalisation de seulement 57%. "Dans ce contexte, nous devrions assister à une accélération du rythme d’exécution des dépenses ordinaires durant les deux prochains mois", annonce AGR.

Sur les 10 premiers mois de l’année, les recettes ordinaires progressent de 2% par rapport à la même période l’an dernier à 254 MMDH, et les dépenses ordinaires de 4,3% à 291 MMDH.

In fine, le besoin de financement s’établit à 47,5 MMDH au mois d’octobre, couvert à hauteur de 65% par les ressources extérieures.

37 MMDH de besoin de financement brut restant d’ici la fin de l’année

Le Trésor devrait afficher, d’ici la fin de l’année, un besoin de financement de 36,9 MMDH. Ce dernier provient du reliquat du financement du déficit budgétaire et des arriérés du Trésor à hauteur de 28,8 MMDH, et du reliquat cumulé des tombées du Trésor restantes d’ici la fin de l’année, "dont 9,5 MMDH sur le marché intérieur et un excédent sur le marché extérieur", précise AGR.

D’après la LF 23, le Trésor devrait couvrir 20,7 MMDH de son besoin de financement brut sur le marché extérieur. "Le reliquat de 16,2 MMDH devrait être satisfait sur le marché domestique. De fait, le besoin de financement intérieur brut mensuel d’ici la fin de l’année serait de 8,1 MMDH, en retrait de 36% par rapport à la même période l’an dernier où il atteignait 11 MMDH.

Des taux obligataires en baisse pour deux raisons 

AGR souligne que les taux sur le marché obligataire poursuivent leur tendance baissière en octobre. Cela vient notamment de l’accalmie concernant les exigences des investisseurs. Le fait que l’inflation recule pour atteindre 4,3% en octobre fait que certaines maturités affichent des rendements positifs à long terme.

"D’autre part, une trésorerie confortable du Trésor de 20 MMDH a été accumulée depuis la dernière sortie record à l’international réalisée en mars 2023", explique AGR.

Le fait que le financement du Trésor se soit orienté vers l’extérieur s’est favorablement reflété sur la maîtrise de l’offre en BDT. "À fin octobre, le Trésor a effectué des tirages extérieurs à hauteur de 39 MMDH contre 60 MMDH prévus dans la LF 23, soit un taux de réalisation de 65%", indique AGR.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 1/3/2024 à 16:53

    Fort ralentissement du crédit bancaire en janvier et hausse des impayés

    Les crédits bancaires marquent un fort ralentissement en janvier. L’encours global des crédits recule de plus de 24 milliards de dirhams d’un mois sur l’autre. L’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie chute particulièrement de 12 MMDH en janvier par rapport à décembre. Les impayés, eux, progressent en janvier de près d’un milliard de dirhams d’un mois sur l’autre.
  • | Le 1/3/2024 à 16:37

    Label'Vie : baisse de 31% du résultat net en 2023, hausse de 12% du dividende

    Le groupe est parvenu à maintenir une bonne croissance de son chiffre d'affaires et de ses ventes sur l'année 2023. Alors que 24 magasins ont été inaugurés, la profitabilité a diminué, notamment du fait d'un effet de base défavorable et de la non-récurrence des plus-values exceptionnelles réalisées en 2022.
  • | Le 1/3/2024 à 16:30

    Le FM6I et le GBPM vont lancer le nouveau produit de dette subordonnée

    Le Fonds Mohammed VI pour l’Investissement a annoncé la création, en partenariat avec le GPBM, de CapAccess, le nouveau produit de dette subordonnée. Le produit aura pour but l’injection de quasi-fonds propres dans les entreprises sous forme de dette subordonnée pour remédier à la problématique de sous-capitalisation, engendrant des difficultés d’accès au financement.
  • | Le 1/3/2024 à 13:05

    OCP : hausse des investissements en 2023 à 26 MMDH

    Le groupe affiche une baisse de son chiffre d’affaires en 2023, notamment du fait d’un effet de base négatif après une année 2022 exceptionnelle. L’OCP a maintenu une forte dynamique d’investissement en hausse de 34% par rapport à 2022 avec 26,8 MMDH.
  • | Le 29/2/2024 à 12:47

    Virement instantané : 21 milliards de DH émis et 31.000 virements par jour en 2023

    Entre le 1er juin et jusqu’au 31 décembre 2023, 31.000 virements instantanés en moyenne ont été effectués chaque jour. Sur cette même période, un total de près de 21 milliards de dirhams a été émis. Détails.
  • | Le 29/2/2024 à 10:05

    Cosumar : chiffre d’affaires consolidé quasi-stable en 2023

    Le chiffre d’affaires demeure stable par rapport à 2022 du fait d’une baisse des volumes de ventes disponibles à l’export et d’une légère hausse des ventes sur le marché local. La production de sucre blanc a baissé de 30% du fait de la campagne agricole compliquée.