Il y a dix ans, naissait Médias24

Dix ans après, promesse tenue. Alors, on continue. Voici un point d’étape, pour une date symbolique. Et notre engagement pour l’avenir.

Il y a dix ans, naissait Médias24

Le 4 avril 2023 à 11h40

Modifié 5 avril 2023 à 6h52

Dix ans après, promesse tenue. Alors, on continue. Voici un point d’étape, pour une date symbolique. Et notre engagement pour l’avenir.

Le 25 mars 2023, Médias24 a fêté sans tambour ni trompettes, ses dix ans. Le journal a en effet été créé début 2013. Le 1er mars de la même année, la rédaction avait commencé à produire quotidiennement des articles et à se mettre dans le rythme du journalisme en ligne. Le 25 mars, le journal était visible et mis en promotion sur les réseaux sociaux.

Médias24 fut ainsi, chronologiquement, le premier pure player de cette nouvelle génération de presse que l’on a vu essaimer en 2013 et au cours des années suivantes. Pure player signifie journal en ligne, et uniquement en ligne. Par opposition aux bimédias que nous voyons autour de nous.

Ce journal en ligne a été créé par deux professionnels, Hicham Senoussi et le signataire de ces lignes. Autour d’eux, un tour de table a été réuni, avec des investisseurs dont l’objectif essentiel était et demeure de faire le meilleur journal possible. Ils se sont engagés, dans une charte adoptée dès le premier jour, à respecter l’indépendance et l’autonomie de la rédaction. Cet engagement n’a jamais été transgressé.

L’édito de démarrage comportait, comme il se doit, la promesse de l’éditeur (ci-dessous).

En dix ans, la promesse a été tenue. Un vrai journal (en ligne), avec une information sourcée, hiérarchisée, crédible, vérifiée, pour un titre de référence, produit pour vous.

Au cours des deux dernières années, nous avons développé, comme nos lecteurs l’ont pour la plupart remarqué, une plateforme data. Elle agrège et actualise les chiffres d’une trentaine de secteurs économiques, avec un tableau de bord central. Deux moteurs de recherche spécifiques seront bientôt mis en ligne. Cette plateforme sera encore développée. Réunir la donnée vérifiée et en provenance de la bonne source, la stocker, la mettre à jour régulièrement, n’est que la première étape d’un projet plus ambitieux qui se met progressivement en place.

Nous poursuivrons également notre montée en gamme, en pertinence des choix éditoriaux, en angles de sujets, en recherche d’information, en technologie. D’autres nouveautés sont en cours de préparation. Le journalisme est notre vocation. Nous continuerons à tracer notre sillon avec les mêmes valeurs, les mêmes caractéristiques : donner aux lecteurs les informations nécessaires vérifiées et sourcées, avec un traitement aussi factuel et fidèle que possible, pour leur permettre de se faire leur propre opinion. Nous garderons les mêmes partis pris qu’au départ : l’égalité hommes-femmes, l’encouragement de l’effort et de l’initiative, la promotion des jeunes, l’humilité dans le traitement de l’actualité, le respect des lecteurs et bien d’autres encore.

Une audience fidèle et numériquement la communauté la plus importante de la presse économique

En dix ans, Médias24 est devenu le numéro 1 incontesté de la presse économique au Maroc. Numéro 1 signifie audience, crédibilité et engagement des lecteurs. Nous n’avons jamais communiqué à grande échelle autour de notre audience. L’occasion nous est fournie ici : Médias24, c’est 60.000 à 85.000 visites par jour en moyenne, avec des pics pouvant atteindre 100.000 à 150.000 visites/jour ; le pic historique ayant frôlé les 600.000 visites en une seule journée.

Mais l’audience, ce n’est pas le trafic. Autrement dit, ce n’est pas seulement un nombre d’usagers. C’est aussi l’engagement des lecteurs. A Médias24, les lecteurs fidèles, ceux qui lisent au moins une fois tous les trois jours, voire chaque jour ou plusieurs fois par jour, et qui se reconnaissent à la lecture de ces lignes, sont une communauté fidèle que les statistiques de sources indépendantes évaluent à plus de 200.000 lecteurs.

Ces lecteurs fidèles passent en moyenne de 15 à 23 mn par visite. Ce niveau d’engagement est exceptionnel et témoigne de la crédibilité de Médias24. Notre audience est d’ailleurs largement organique : 63% par les moteurs de recherche ; 25% en direct de la part de lecteurs qui tapent directement medias24.com dans la barre d’adresse. Et le reste par les canaux que tout le monde connaît.

Nous fournissons ces quelques données d’audience, qui ne sont pas exhaustives, en espérant que notre profession s’organisera pour encadrer les mesures d’audience de la presse en ligne et définir les métriques pertinentes. L’auteur de ces lignes a joué un rôle important dans la création de l’OJD Maroc, qui a permis de justifier la diffusion de la presse imprimée. Espérons que la presse en ligne suivra la même voie d’audience justifiée par un organisme indépendant. Notre profession doit évoluer vers cela dans l’intérêt des annonceurs qui dépensent des sommes importantes et qui doivent obtenir le meilleur retour sur investissement. La transparence et les règles de marché sont indispensables pour assurer la meilleure allocation possible des ressources.

Lancement des abonnements fin avril 2023

A propos d’annonceurs, notons que le marché publicitaire reste aujourd’hui le principal pourvoyeur de recettes pour le secteur. A l’avenir, nous assisterons à la montée progressive des abonnements dont les précurseurs au Maroc ont été Le Desk, puis Telquel et L’Economiste. Il y aura à l’avenir deux catégories de presse en ligne : la presse gratuite, dont une partie seront des agrégateurs d’information comme on en voit autour de nous ; et une presse payante. Médias24 basculera vers un modèle freemium au lendemain du prochain Aïd. Freemium signifie qu’une partie de Médias24 restera en libre accès et que l’autre sera réservée aux abonnés.

Un marché publicitaire étriqué, qui a besoin de transparence

Restons encore un moment sur le marché publicitaire. Celui-ci a été littéralement siphonné par le modèle bon marché des grandes plateformes internationales, essentiellement Google et Facebook. Selon notre évaluation, 80% du marché marocain ont été aspirés par ces géants. Aucune concurrence n’est possible contre eux : leurs coûts sont modiques et imbattables.

C’est pour cette raison que Médias24 a toujours estimé que les plateformes internationales étaient indispensables aux PME marocaines. Quant aux grandes entreprises, elles doivent certes y être présentes, défendre leur image, mettre en avant leurs produits, échanger avec leurs clients. Mais elles doivent consacrer la partie la plus importante de leurs budgets aux médias marocains, car in fine, pour une stratégie payante sur la durée, les supports locaux sont irremplaçables.

Nous voulons témoigner ici qu’aucun gouvernement n’a pris la peine de contacter les plateformes en question ; ni pour faire prévaloir les droits voisins, ni pour évoquer la survie d’un secteur, ou encore la concurrence déloyale. De leur côté, le cabinet Afrique Advisors et Me Leila Slassi ont élaboré une remarquable étude sur l’activité de ces plateformes internationales au regard du droit de la concurrence, au Maroc et dans d’autres pays. Cette étude a été transmise à Médias24 qui l’a transférée à l’ANME, l’Association nationale des éditeurs et des médias ; laquelle en fera le meilleur usage.

Publicité : le contrat tripartite est indispensable

Toujours sur le marché publicitaire, un cadre éthique et des règles de fonctionnement sont nécessaires pour défendre les droits de toutes les parties :

- l’annonceur, car c’est lui qui paie. Il doit savoir où va son argent, sur quel support, et pourquoi ce choix a-t-il été fait.

- le journal, car il doit être payé à temps, dans les délais légaux ; il doit toucher exactement ce que l’annonceur a souhaité, sans opacité en cours de route ; aucune pression ne doit être exercée sur lui, et aucune commission supplémentaire ne doit être exigée de lui. Il devrait être interdit aux journaux de créer des filiales faisant office d’agences de publicité ou de conseil en communication, car à chacun son métier et le mélange des genres est préjudiciable.

- de même, il faut veiller à ce que l’agence conseil gagne correctement sa vie, car on ne rémunère pas un simple achat d’espace mais du conseil et de l’expertise. Une agence ne devrait pas avoir le droit de créer son propre journal en ligne (si, si), ni de blacklister la presse qui refuse de payer des rétro-commissions (si, si). La relation entre l’annonceur, l’agence et le média doit faire l’objet d’un contrat tripartite qui garantit à chacun ses droits.

- enfin, le lecteur doit être respecté. Lorsqu’il lit un journal, il doit savoir par exemple si le message est payé (publicité donc) ou s’il s’agit d’une production de la rédaction.

En conclusion

Il y a encore beaucoup à dire sur les sources et la difficulté à obtenir des informations pourtant censées être publiques ou d’intérêt général. Ou encore la défense des droits des éditeurs dont les articles peuvent être victimes de copier-coller voire de partages de screens shots à grande échelle sur WhatsApp.

A tous ceux qui réclament une presse de haut niveau, qui comparent notre production à celle des grands journaux dans le monde : si vous voulez cette qualité, sachez qu’il ne faut pas hésiter à payer. Si l’information de qualité n’a pas de prix, elle a un coût. Si vous comparez nos journaux aux NYT, FT ou WSJ, sachez que l’abonnement à la presse marocaine est incontournable.

Le journalisme est une mission et une vocation. Il est indispensable au vivre-ensemble et à la démocratie. Pour mieux exercer cette mission, son indépendance économique est indispensable. La subvention publique est pratiquée à grande échelle dans une majorité écrasante des pays. Il est normal qu’elle le soit au Maroc. Mais le plus gros des ressources doit venir du marché, ce dernier devant fonctionner selon les règles de transparence communes à tous les secteurs. Tel est notre message.

Edito : Médias 24, pourquoi

 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Sofac : AVIS DE CONVOCATION À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 25 MARS 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.