Maroc-Espagne : une vingtaine de protocoles d’accord prévus pour la visite de Pedro Sánchez

La visite au Maroc de Pedro Sánchez ce mercredi 1er février devra consacrer le renforcement du partenariat économique maroco-espagnol. Plusieurs domaines de coopération sont concernés, dont principalement les énergies renouvelables, au moment où les échanges commerciaux ne se sont jamais aussi bien portés.

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a été reçu, en avril 2022, par le Roi Mohammed VI.

Maroc-Espagne : une vingtaine de protocoles d’accord prévus pour la visite de Pedro Sánchez

Le 31 janvier 2023 à 19h14

Modifié 31 janvier 2023 à 20h34

La visite au Maroc de Pedro Sánchez ce mercredi 1er février devra consacrer le renforcement du partenariat économique maroco-espagnol. Plusieurs domaines de coopération sont concernés, dont principalement les énergies renouvelables, au moment où les échanges commerciaux ne se sont jamais aussi bien portés.

La réunion de haut niveau Maroc-Espagne qui se tiendra ce 1er février 2023 à Rabat connaîtra la signature d’une vingtaine de protocoles d’accord entre les deux pays, révèle le journal espagnol El Confidencial, ce 31 janvier. Le chef de gouvernement espagnol Pedro Sánchez y sera accompagné de douze ministres représentant divers domaines.

Dans une déclaration à ce même média, une source gouvernementale espagnole qualifie cette semaine d’historique, considérant qu’elle marquera "un avant et un après dans les relations bilatérales".

L’accent y sera mis, vraisemblablement, sur l’aspect économique, les deux pays voyant des opportunités de coopération importantes, notamment dans le secteur des énergies renouvelables, mais aussi dans ceux de l’eau, de l’agriculture, du dessalement et du tourisme. L’Espagne veut également avoir sa part du gâteau sur le marché des infrastructures et travaux publics.

Un financement de 800 millions d’euros

L’un des protocoles d’accord prévoit une ligne de crédit de 800 millions d’euros pour les institutions et les entreprises marocaines, à des conditions avantageuses, afin de s’approvisionner auprès d’entreprises et PME espagnoles. Ces dernières seraient de cette façon avantagées sur les appels d’offres et pourraient grignoter de nouvelles parts de marché.

Un autre protocole prévoit de nouveaux mécanismes de coopération pour "le développement conjoint de technologies propres". L’Espagne lorgnerait plus précisément, selon le même journal, les secteurs de l’énergie solaire et de l’hydrogène vert.

Le patronat espagnol compte beaucoup sur ce secteur où les opportunités sont considérées comme importantes au Maroc. C’est l’un des objectifs du forum économique maroco-espagnol qui se tient ce 1er février à Rabat en marge de la réunion de haut niveau, et qui réunira les chefs de gouvernement Aziz Akhannouch et Pedro Sanchez lors de la clôture.

Pas d’ouverture douanière prévue à Sebta et Melilia

Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la feuille de route sur laquelle se sont accordés les deux pays, le 7 avril 2022, lors de la dernière réunion de haut niveau. Cette feuille de route prévoyait "une pleine normalisation de la circulation des personnes et des marchandises, y compris des dispositifs de contrôle douanier et des personnes".

Un test, réalisé le 27 janvier, a révélé que des ajustements restaient à faire. Une ouverture douanière officielle pourrait avoir lieu en marge de la réunion, espèrent les médias espagnols. Néanmoins, elle pourrait n’être que symbolique, aucune date d'ouverture définitive n’étant fixée pour l’instant.

Il n’y a pas d’information non plus sur les conditions, les produits et les quantités autorisés. Les médias espagnols font écho des inquiétudes des commerçants de Sebta quant à cette situation.

Le doute persiste également au sujet des visas. On ne sait pas si l’exception Schengen sera donnée aux habitants de la province de Tétouan, comme avant 2020. Sur ce point, El Confidencial rapporte que le gouvernement espagnol est favorable au maintien des visas dans un souci "d’ordre et de contrôle".

Enfin, l’ouverture douanière signerait la fin définitive du portage. Selon le même journal, en 2018, ce commerce correspondait à 266 millions d’euros de chiffre d’affaires pour les Espagnols, avec 27.000 tonnes de marchandises exportées de manière informelle au Maroc.

Le Maroc a tenu ses engagements en matière d’immigration

"Le Maroc a tenu ses engagements en matière d’immigration", a estimé le journal espagnol La Vanguardia, puisque seules les routes migratoires vers l’Espagne qui passent par le Maroc ont régressé en 2022.

Selon les chiffres officiels espagnols, le nombre de migrants arrivant aux Canaries à travers le Maroc a baissé de 31%, alors que ceux débarquant sur les côtes espagnoles à partir des côtes marocaines de la Méditerranée ont baissé de 21%

Les exportations espagnoles ont dépassé les 10 milliards d’euros en 2022

Les exportations espagnoles ont atteint un record historique de 10,8 milliards d’euros. Elles se sont améliorées de 12,7% par rapport à 2021 et de 28,2% par rapport à 2019, selon le journal espagnol El País.

Quant aux importations espagnoles du Maroc, elles ont atteint 8,1 milliards d’euros, au lieu de 7 milliards en 2019. Entre 2019 (année de référence avant la crise Covid) et 2022, la balance commerciale a ainsi évolué en faveur de l’Espagne. Le déficit commercial marocain par rapport au voisin ibérique s’est creusé de 1,3 milliard d’euros sur cette période.

Les chiffres marocains de l'Office des changes précisent que les importations marocaines se sont établies à 77,6 milliards de dirhams à fin septembre 2022, contre des exportations qui avoisinent les 63,4 milliards de dirhams pour la même période.

La position de l’Espagne sur la question du Sahara, favorable au plan d’autonomie proposé par le Maroc, lui a coûté la détérioration de ses relations commerciales avec l’Algérie. Les exportations espagnoles vers l’Algérie se sont ainsi vues divisées par trois. De 2,9 milliards d’euros en 2019, elles sont tombées à 1 milliard en 2022.

Mais le journal espagnol souligne que malgré tout, l’Espagne en sort gagnante, puisqu’elle a récolté avec le Maroc un demi-milliard d’euros par rapport à ce qu’elle a perdu dans ses relations commerciales avec l’Algérie.

Le Maroc troisième marché d’export pour l’Espagne en dehors de l’UE

Le Maroc est devenu le neuvième marché d’export pour l’Espagne, se classant derrière la France, l’Allemagne, le Portugal, l’Italie, le Royaume-Uni, la Belgique, les Etats-Unis et le Pays-Bas. Il se classe ainsi troisième en dehors de l’Union européenne, indique La Vanguardia.

Les échanges commerciaux entre les deux pays ont plus que doublé pendant les dix dernières années et le Maroc représente 50% des exportations espagnoles vers l'Afrique, s’est félicité Mohammed Khachani, universitaire marocain, dans une tribune publiée au journal El País intitulée "Espagne-Maroc comme centre de gravité de la relation Europe-Afrique".

L’Espagne, premier fournisseur et premier client du Royaume, a tout intérêt à renforcer son partenariat avec son voisin du Sud, dans une optique de synergies pour s’étendre sur les marchés africains. Il rappelle dans ce sens, que 60% des investissements étrangers marocains lors des 15 dernières années sont destinés à l’Afrique.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Jaida: COMMUNICATION FINANCIÈRE 31/12/2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.