χ

Mondial 2022. Autopsie des forces et faiblesses du Portugal (analyse)

Sans Cristiano Ronaldo, la Seleçao a opéré une mue spectaculaire sur le plan offensif. Mais sa gestion défensive de la profondeur et son repli sont toujours aussi défaillants.

Mondial 2022. Autopsie des forces et faiblesses du Portugal (analyse)

Le 10 décembre 2022 à 11h07

Modifié 10 décembre 2022 à 13h13

Sans Cristiano Ronaldo, la Seleçao a opéré une mue spectaculaire sur le plan offensif. Mais sa gestion défensive de la profondeur et son repli sont toujours aussi défaillants.

Le Portugal de Cristiano Ronaldo semble avoir fait son temps. Longtemps inféodée à la star portugaise, la Seleçao a été très cohérente sans son attaquant vedette. D’ailleurs, elle a entamé de manière spectaculaire la fin de l’ère CR7.

Le dernier match des Portugais a pour une fois réduit le décalage entre le jeu et le potentiel de la génération actuelle. Les Lusitaniens ont surclassé la Suisse (6-1) et marqué les esprits. Le Portugal a même été séduisant dans un 4-3-3 où Gomes remplaçait poste pour poste C. Ronaldo.

Cette excellente prestation en termes de dynamique et d’organisation n’a pas réussi à masquer le manque de maîtrise défensive affichée par les Portugais depuis le début de la compétition, au niveau de la réorganisation à la perte du ballon, et une gestion de la profondeur défaillante. Explication.

Plus polyvalents et créatifs 

A 68 ans, Fernando Santos n'est pas près de changer. Traité d'entraîneur "résultadiste" ou pragmatique par les médias portugais, il privilégie la rigueur à la prise de risque. Le nouveau Portugal qui a étrillé la Suisse est toujours aussi pragmatique dans son jeu, sauf que Ronaldo ne croque plus les ballons et ne ralentit plus les actions.

Désormais, le ballon circule vite et sans précipitation. La mise à l’écart de CR7 pour un geste d’humeur rend le Portugal encore plus polyvalent et créatif. La meilleure attaque du tournoi (12 buts) fait preuve d’une grande efficacité en comparaison à son score xG cumulé (7). 

Les hommes de Fernando Santos marquent aussi bien sur coups de pied arrêtés que sur des contres magistraux, ou encore sur des attaques placées. Ils ont une grande capacité à s’adapter à la situation de jeu qui se présente à eux.

Quand ils sont en possession du ballon dans une zone basse, ils privilégient de remonter le terrain via des passes courtes, à partir du gardien de but Diogo Costa. Sur ces séquences de jeu, les Portugais explorent d’abord la largeur avant d’essayer de trouver un appui plus haut sur le terrain.

Si la Seleçao n’arrive pas à sortir du pressing adverse, elle n’hésite pas à jouer de longs ballons. En tentant 44 passes longues par match, c’est l’une des équipes qui usent le plus du jeu long (6/32). A l’aise dans le jeu aérien (53% de duels aériens réussis), les Portugais sont souvent à la retombée du second ballon, en l'occurrence Bernardo Silva. Très mobile, le mancunien est le Portugais qui court le plus (37 km) depuis le début de la compétition.

Quant à Bruno Fernandes, le joueur le plus décisif de la compétition avec Mbappé, il fait preuve d'une qualité de passe sous pression impressionnante (75% de passes précises dans les 30 m adverses). A eux deux, ils essayent de trouver instinctivement la profondeur, grâce aux solutions proposées par les attaquants.

Si Joao Felix est plus attiré par le ballon, Gonçalo Ramos est un poison en profondeur. Sa prestation contre la Suisse semble marquer la naissance d’un attaquant de grande classe, premier joueur du 21e siècle à être impliqué sur 4 buts dans un seul match d'une Coupe du monde.

Agressif et généreux avec et sans le ballon, Ramos est à l’origine de courses incessantes qu’il va falloir particulièrement surveiller. Dans la même veine, Rafael Leao est aussi une grande menace s’il sort du banc, dans un rôle de détonateur capable d’offrir la profondeur que n'explorent pas Joao Felix ou même Cristiano Ronaldo.

A la récupération du ballon dans une position haute, les attaquants portugais multiplient les courses en profondeur pour donner des solutions au porteur.

Une réorganisation défaillante à la perte du ballon

Le sélectionneur portugais mise beaucoup sur le mental. Mais, lors de la préparation de la Coupe du monde 2022, il a principalement travaillé les aspects défensifs, conscient des lacunes parfois rédhibitoires de ses joueurs dans ce secteur.

La première manifestation des difficultés des Portugais en défense est symbolisée par un déficit d’agressivité, en étant très peu portés sur les duels. Le revisionnage des 5 buts encaissés et 8 tirs par match subis par le Portugal montre la méforme de Cancelo, le latéral droit doublé par Diago Dalot.

Ruben Dias est loin d'être le défenseur dominant qu’il est en club. Le raisonnement vaut aussi pour Pepe. Le roc portugais est devenu le plus vieux (39 ans) joueur portugais jamais aligné en phase finale. Il n’avait plus joué depuis près de deux mois en raison d’une blessure au genou. Désormais, il ne peut plus assumer une position trop haute sur le terrain. Et ce Portugal garni de talents attaque parfois sans penser à l’attitude à adopter à la perte du ballon. L’équipe concède encore quelques occasions.

Les Portugais sont en danger sur les phases de replis défensif

A cause donc d’une charnière défensive peu mobile, les Portugais souffrent parfois dans l'axe, mais également sur les côtés. Raphaël Guerreiro peine dans les duels, perdant un duel défensif sur deux et un duel aérien sur trois. En outre, son placement laisse à désirer.

Le latéral de Dortmund est souvent pris dans son dos, que ce soit en profondeur ou bien lorsqu'il est aspiré dans l'axe, laissant le champ libre à un adversaire au second poteau. C'est de cette manière que la Corée du Sud a marqué un de ses deux buts.

R. Guerreiro est aspiré vers son but et oublie un adversaire au second poteau
Medias24
Medias24

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

IB Maroc : Communication financière au 31-12-2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.