Marsa Maroc : Alpha Mena change sa recommandation de “vendre" à "alléger”

Rédaction Medias24 | Le 5/12/2022 à 16:52
Le groupe affiche des performances dynamiques cette année avec une hausse de 12% des revenus à fin septembre, mais pour la société de recherche Alpha Mena, les perspectives internationales sombres vont peser sur ses perspectives de croissance. Une opinion à nuancer par rapport à celles des sociétés de recherche marocaines, plus optimistes.

Dans une note diffusée récemment, la société de recherche Alpha Mena est revenue sur ses prévisions concernant la valeur Marsa Maroc. Autrefois recommandé à la vente, la société de recherche recommande désormais d’alléger le titre dans les portefeuilles et anticipe une baisse de 11% du cours en bourse à 198 dirhams.

Depuis le début de l’année, le titre a lâché plus de 22% en bourse, à 223 dirhams à l’ouverture de la séance du 5 décembre. Cette baisse s’affiche dans un contexte de performances financières pourtant favorables.

Source : medias24.com

Le groupe affiche à fin septembre une hausse de 12% à 2.965 MDH. Cette progression a notamment été poussée par la progression du trafic consolidé, en amélioration de 9% sur la période à 37,9 MT. Pour la société de recherche, le retrait en bourse du groupe provient "des craintes croissantes liées à la flambée de l'inflation et au ralentissement attendu de la croissance mondiale, qui ont affecté le sentiment des investisseurs".

Une bonne performance de Tanger Alliances mais un climat international qui freine les exportations

Pour la société de recherche, le groupe a bien profité de la reprise du commerce international et de l’entrée en vigueur de sa filiale Tanger Alliance et son activité de transbordement. D’ailleurs, à fin septembre, le trafic des conteneurs en transbordement s’est élevé à 795 milliers d’EVP, affichant une progression importante de 32%.

Cependant, elle souligne les risques liés à l’instabilité internationale et pense que ces dernières vont peser sur les perspectives de croissance du groupe. "Le trafic domestique des conteneurs devrait reculer en raison des pressions inflationnistes et de la flambée des cours des matières premières. Tous ces facteurs pourraient freiner la croissance du top line de Marsa Maroc. En outre, la montée des coûts de transport, dopée par la flambée des cours du pétrole, mettrait de plus en plus les marges sous pression", souligne la société de recherche.

Elle note que la montée des coûts de transport, dopée par la flambée des cours du pétrole, mettrait de plus en plus les marges sous pression. Cela viendrait à réduire le trafic domestique du fait d’un retrait des exportations. Cela s’est manifesté à fin septembre avec une baisse limitée de 6,5% du trafic domestique à 741 KEVP.

Alpha Mena s’attend à une croissance annuelle moyenne des revenus de 7,15% est attendue sur la période 2021-2024.

Des craintes à mettre en perspective

Les craintes d’Alpha Mena sont néanmoins à mettre en perspective comparées aux projections d’autres sociétés de recherche locales. Par exemple, BKGR et CFG Bank tablent toutes deux sur une forte croissance du titre en bourse et recommandent aux investisseurs d’acheter le titre.

Pour un analyste de la place contacté au mois d’octobre, la baisse en bourse vécue par le titre était à relativiser. "A l’instar des grosses capitalisations, le titre Marsa Maroc est impacté par la baisse générale du marché boursier, causée par le manque de visibilité qui plane sur le marché en raison de la crise économique. Fondamentalement, Marsa Maroc reste solide. Ses résultats semestriels ont marqué une forte hausse au premier semestre. L’activité commerciale a bien évolué. Et les bénéfices ont grimpé de près de 50% au premier semestre", expliquait cette source.

La progression de l’activité devrait se renforcer au S2 2022 également, avec la montée en puissance progressive de l’activité de transbordement et une amélioration sur les volumes de vracs solides traités. "L’an dernier, le taux d’utilisation était de 62% et d’ici fin 2022, il devrait osciller entre 70% et 75%", expliquait un autre interlocuteur de la place au sujet de la valeur. Le groupe démontre des fondamentaux solides et une bonne résilience avec une source diversifiée de revenus, provenant de ses activités de vrac solides, liquides, de conteneurs ainsi que de transbordement.

lire aussi
  • | Le 26/1/2023 à 16:21

    Sociétés de placement immobilier : des rendements résilients attendus cette année

    Le secteur des Sociétés de placement immobilier a bien résisté à la baisse du marché l’an dernier, principalement porté par Immorente Invest et Aradei Capital. Cette année encore, Immorente devrait assurer un bon rendement à ses actionnaires, malgré le climat économique dégradé.
  • | Le 25/1/2023 à 16:43

    Avec sa capacité à générer du cash et ses bonnes performances, HPS est à un bon point d’entrée (Alpha Mena)

    Le groupe HPS va profiter de l’essor de l’industrie des paiements électroniques, avec des résultats 2022 anticipés comme record. Le titre représente actuellement un bon point d’entrée pour les investisseurs, selon la société de recherche Alpha Mena.
  • | Le 24/1/2023 à 14:44

    La Bourse de Casablanca lance un nouvel indice regroupant les petites et moyennes capitalisations

    Un nouvel indice mettant en avant les mid cap et small cap a été lancé par la Bourse de Casablanca ce mardi 24 janvier, dans le but de renforcer la liquidité du secteur et d’accompagner le lancement du marché alternatif. Une harmonisation des noms des indices a également été opérée sous la signature Masi.
  • | Le 17/1/2023 à 16:06

    Auto Hall devrait bénéficier de plusieurs effets de bases favorables cette année

    Malgré la mauvaise conjoncture économique qui se profile, Auto Hall bénéficiera d'un bon effet de base grâce aux élargissements de son portefeuille, effectués en 2022. Les marques FCA-Stellantis ainsi que Maserati seront distribuées sur une année pleine. Le groupe pourra également compter sur la bonne contribution du marché de l'occasion avec sa plateforme Autocaz.
  • | Le 14/1/2023 à 9:26

    Label’Vie : une croissance présente bien qu'amoindrie est attendue en 2023

    Cette année, le groupe devrait toujours afficher de la croissance, malgré un contexte économique peu favorable. Une baisse des volumes de ventes est possible du fait d'un éventuel recul de la consommation engendré par la perte de pouvoir d’achat des ménages. Les charges financières devraient s’alourdir, mais seront compensées par les remontées des dividendes d’Aradei et de l’OPCI Terramis.
  • | Le 11/1/2023 à 15:13

    Aradei Capital : hausses du chiffre d’affaires et du périmètre attendues en 2023

    La foncière bénéficiera d’un bon effet de base et d’un agrandissement de son périmètre en 2023. Cela impliquera une amélioration de ses revenus cette année et donc un dividende plus conséquent.