Voici l’impact de la hausse du taux directeur sur les OPCVM

| Le 4/10/2022 à 16:39
Le marché des OPCVM avait déjà intégré partiellement l’effet de la hausse du taux directeur en anticipant cette décision. Des réajustements des taux et des choix de placement sont en train d’être opérés. Le marché demeure néanmoins impacté par le manque de visibilité, d’après un gérant de fonds de la place.

Le Conseil de Bank Al-Maghrib a décidé, le mardi 27 septembre, d’augmenter le taux directeur qui passe de 1,50% à 2%. Quel impact sur le marché des Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) ?

Ce sont les OPCVM Obligations moyen et long terme (OMLT) qui sont le plus sensibles à la hausse du taux directeur, d’après un gérant de fonds de la place, joint par LeBoursier. "Le premier impact de la hausse du taux directeur sur ces fonds est d’ordre technique. Celui-ci se traduit par une moins-value sur le stock des obligations existant."

Mais l’impact ne devrait pas être énorme vu que la décision de la hausse du taux directeur avait été anticipée par le marché et, par conséquent, intégrée partiellement dans la courbe des taux. "L’impact ne sera pas de la même ampleur que celui de la hausse du taux directeur, parce que le marché a anticipé la réaction de la Banque centrale et ce, depuis le début du deuxième trimestre de l’année 2022 ; période durant laquelle on a observé une hausse des taux d’intérêts", ajoute notre interlocuteur.

En ce qui concerne le stock qui sera nouvellement constitué après la hausse du taux, sa rémunération sera relativement plus attractive que celle du stock des obligations détenues avant la hausse du taux. "Les flux futurs des obligations seront actualisés par des taux plus élevés. Les nouvelles émissions lancées sur le marché prennent en compte le nouveau taux de référence. La dette est achetée sur la base des nouveaux taux, qui reflètent la hausse du taux directeur. Le taux de coupon de ces dettes a augmenté."

Mais cette hausse n’est pas suffisante pour pouvoir se placer sur les OMLT avec confiance. "Les actifs OMLT sont un investissement sur le moyen et long terme. Afin de placer sur cette catégorie d’actif, il faut avoir de la visibilité sur le moyen et long terme. A présent, personne ne l’a. Malgré la hausse des taux qui se poursuit, on ne peut pas conseiller aux investisseurs de se placer sur les OMLT à cause du manque de visibilité qui persiste. Ce manque de visibilité est lié à l’instabilité macroéconomique et monétaire", souligne notre interlocuteur.

La hausse du taux alimenterait le mouvement de rachat

A rappeler que l’actif net sous-géré par les OPCVM est en baisse depuis début 2022, principalement du fait de la dépréciation des fonds Actions et OMLT. La baisse YTD de l’actif net sous-géré s’est située à 5,4% au 23 septembre 2022, d’après les dernières statistiques publiées par l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).

Cette baisse est causée par la dépréciation des fonds OMLT (-14,6%) et Actions (-7,3%). L’évolution de l’actif géré par les autres catégories d’OPCVM est positive. Les plus fortes hausses d’actifs sont enregistrées par les fonds Contractuel (+86,7%) et Monétaire (+11,1%).

Dans ce contexte de baisse globale, il a été observé que les investisseurs se retirent des OPCVM pour se réorienter vers les OPCI qui offrent un rendement quasi certain.

Le volume des rachats continue ainsi de dépasser celui des souscriptions. Au 23 septembre, le volume des rachats hebdomadaire s’est établi à 22,8 MMDH dépassant largement celui des souscriptions (12,2 MMDH), d’après les statistiques de l’AMMC.

La hausse du taux continuerait d’alimenter le mouvement de rachat qui était déjà observé depuis quelques mois. "Les investisseurs qui sont exposés sur des OPCVM dont la sensibilité est relativement importante sont susceptibles, notamment les OMLT, de basculer leur position sur d’autres OPCVM ou d’autres catégories d’actifs en attendant que les niveaux des taux soient réajustés après la décision de la Banque centrale. C’est normal qu’il y ait du rachat en cette période, et il ne faut pas oublier non plus que cette décision a coïncidé avec la fin du trimestre. Cette période connaît généralement un mouvement de rachat", d’après notre interlocuteur.

lire aussi
  • | Le 25/7/2022 à 16:36

    Marché obligataire : affaiblissement de la demande et effet vendeur

    Les rachats de fin de semestre et la dynamisation du marché privé pèsent sur le marché obligataire. Cela a provoqué un effet vendeur sur la dette souveraine, d’après un gérant de fonds de la place, joint par LeBoursier.
  • | Le 4/7/2022 à 16:01

    Marché obligataire : faible levée et baisse de la volumétrie à cause de l’attentisme des investisseurs

    Le marché obligataire connaît une faible levée du Trésor sur le marché primaire et une baisse de la volumétrie sur le marché secondaire, d’après le dernier point hebdomadaire diffusé par BMCE Capital Global Research. Un gestionnaire de fonds de la place, joint par LeBoursier, apporte des explications.
  • | Le 8/6/2022 à 17:31

    Taux : le Trésor augmente le poids de ses souscriptions sur le compartiment moyen terme

    Pression sur le marché domestique, hausse des taux, orientation vers le compartiment moyen terme… Voici les principales observations tirées de l’évolution du marché des taux au cours du premier trimestre par Attijari Global Research.
  • | Le 25/5/2022 à 17:51

    OPCVM : un mouvement de rachat est observé face à l’incertitude

    Les investisseurs en OPCVM qui étaient en phase d’attentisme ont décidé de réagir en effectuant des rachats, d’après un gérant de fonds de la place qui table sur une poursuite de la tendance actuelle. Par ailleurs, une réallocation vers les Obligations court terme est observée.
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 24/1/2022 à 18:23

    Marché obligataire : les taux augmentent mais une stabilisation est anticipée au 1er semestre

    Les taux obligataires ont connu une hausse en ce début d’année. Joint par LeBoursier, un directeur d’une salle des marchés explique la hausse observée et livre se prévisions pour le 1er semestre 2022.