Rachat du Crédit du Maroc : Holmarcom se prépare à verser 4 milliards de dirhams au profit du Crédit Agricole

| Le 25/9/2022 à 15:38
Cette transaction est en cours de préparation, selon une source sûre. Les banques ont d'ores et déjà commencé à constituer une enveloppe pour couvrir cette sortie de devises qui signera officiellement le passage de témoin entre le groupe bancaire français et le groupe de la famille Bensalah. Le marché prévoit ce versement avant la fin de l'année.

L’opération de rachat du Crédit du Maroc (CDM) par Holmarcom avance. Selon une source sûre, le groupe de la famille Bensalah procèdera dans les prochaines semaines à un versement aux alentours de 4 milliards de dirhams en faveur du français Crédit Agricole, actionnaire de référence du CDM.

Ce versement se fera en devises. Et les salles de marché des banques marocaines préparent d’ores et déjà une enveloppe en devises en vue d’assurer le dénouement de la transaction le jour J. Le marché anticipe toujours les grosses transactions.

>>>Les banques vendent les devises plus cher que le cours central de Bank Al-Maghrib - Médias24 (medias24.com)

>>> Dépréciation du dirham, cours de change : les explications de Bank Al-Maghrib - Médias24 (medias24.com)

Ce versement imminent signera l’officialisation du deal qui se négocie depuis plusieurs mois déjà et qui a été annoncé en avril dernier.

>>>Holmarcom va acquérir 78,7% de Crédit du Maroc - Médias24 (medias24.com)

Théoriquement, un simple calcul montre que les 4 milliards de dirhams équivalent à près de 60% du capital du CDM si on se base sur la capitalisation boursière du titre en Bourse, à l’heure où ces lignes sont écrites.

Les données de la Bourse de Casablanca indiquent que le Crédit Agricole détient actuellement 78,69% du Crédit du Maroc. Si on se base sur ce scénario indicatif en termes de valorisation, le groupe français devrait garder près de 18% dans le capital du Crédit du Maroc. Ce qui, si cela se confirme, correspond aux exigences de la Banque centrale qui avait souhaité que l’actionnaire actuel de la banque maintienne, le temps de la transition, une présence dans le capital du CDM.

Les détails du deal ne sont bien sûr pas connus, encore moins la valorisation retenue. Mais ce qui est sûr, selon un banquier d’affaires consulté par Médias24, c’est que la valorisation de la banque ne se basera pas simplement sur la valeur du titre en Bourse et prendra en compte plusieurs d’autres éléments.

"Dans ce genre de deals, la valorisation est un mix entre plusieurs composantes. On ne se base pas sur le cours actuel du titre mais sur une moyenne historique assez significative. On se base également sur une analyse de fond des cash-flow futurs que peut dégager l’entreprise, avec éventuellement des ratios comparatifs par rapport à d’autres titres bancaires ou d’autres transactions passés récemment sur le marché de blocs sur des valeurs bancaires", explique notre source.

A cette valorisation théorique s’ajoute aussi la prime de contrôle que doit payer Holmarcom pour prendre les rênes du CDM.

"Crédit Agricole exigera certainement une prime de contrôle assez élevée, vu l’importance stratégique de l’actif. Et pour accéder au marché bancaire marocain, qui est quasiment fermé aux nouveaux entrants, il faut mettre le prix…", souligne notre banquier d’affaires.

Enfin, les 4 milliards de DH pourraient correspondre uniquement à un premier versement. Le reste pouvant se faire à une ou des dates différées; ou bien après la réalisation de certains objectifs ou échéances. En d'autres termes, un paiement fractionné, en deux ou trois fois; ou encore le paiement d'une avance sous conditions.

Résultat : les 4 milliards qui seront bientôt versés ne correspondront pas forcément à 60% du capital du CDM. On ne peut même pas savoir ce que cela couvre exactement. Mais il s'agit d'une indication forte sur la progression du deal.

lire aussi
  • | Le 29/11/2022 à 10:56

    Sonasid : hausse de 17% du chiffre d’affaires à fin septembre

    Le groupe continue de bénéficier d’un bon effet prix provenant de la répercussion de la hausse des intrants sur les prix de vente. Les investissements augmentent fortement à fin septembre et continueront de croître durant le T4-2022. L’endettement net s’établit à -878 MDH.
  • | Le 29/11/2022 à 10:36

    BOA : hausse de 6% du résultat net à fin septembre

    Le groupe affiche à fin septembre une bonne tenue de ses marges d’intérêts et sur commissions. Le PNB progresse de 5% par rapport à la même période de l’an dernier.
  • | Le 29/11/2022 à 9:17

    TGCC : hausse de 69% du produit d’exploitation

    Le groupe a connu une forte amélioration de son produit d’exploitation du fait de projets d’envergure et de la montée en puissance de ses filiales subsahariennes. L’endettement progresse de 9,5% à 884,4 MDH.
  • | Le 29/11/2022 à 8:43

    A fin septembre, OCP réalise un chiffre d’affaires historique de près de 89,5 MMDH

    Malgré une baisse des volumes exportés, le groupe a pu capitaliser sur une forte hausse des prix de vente pour améliorer ses revenus et son chiffre d’affaires, qui atteignent des records historiques.
  • | Le 28/11/2022 à 13:54

    CIMAR : des résultats conformes à fin septembre et un regain d’activité dès l’an prochain

    Le groupe a affiché un chiffre d’affaires stable à fin septembre, porté par un bon effet prix. La conjoncture pèse sur sa rentabilité et ses volumes de ventes. Dès 2023 cependant, une hausse mécanique des revenus et des marges sera observée, du fait notamment de l’allègement des prix des intrants.
  • | Le 26/11/2022 à 7:14

    Aradei Capital : une bonne dynamique à fin septembre et des revenus diversifiés

    Lors d’une conférence de presse organisée le 25 novembre à la Bourse de Casablanca, la foncière a présenté ses résultats à fin septembre et est revenue sur les objectifs de son augmentation de capital. Le PDG du groupe a également évoqué les discussions sur un second plan d’investissement avec Akdital Holding pour les deux ans à venir.