χ

L’appel d’offres pour la faisabilité d’un système d’alerte au tsunami relancé

Après un premier appel d’offres jugé infructueux, le ministère de l’Equipement a lancé un second appel d’offres pour l’étude de la mise en place d’un système d’alerte au tsunami au Maroc.

L’appel d’offres pour la faisabilité d’un système d’alerte au tsunami relancé

Le 7 septembre 2022 à 13h11

Modifié 7 septembre 2022 à 14h18

Après un premier appel d’offres jugé infructueux, le ministère de l’Equipement a lancé un second appel d’offres pour l’étude de la mise en place d’un système d’alerte au tsunami au Maroc.

Le délai global d’exécution du marché est toujours fixé à 420 jours. Son coût est estimé à 1.572.480 DH, selon l’avis d’appel d’offres. Le bureau d’étude sélectionné aura pour missions :

le diagnostic et l’état des lieux exhaustifs (90 jours) ;

le benchmarking international (60 jours) ;

l’étude d’exposition au risque de tsunami (90 jours) ;

l’étude de pertinence de mise en place d’un système d’alerte aux tsunamis (60 jours) ;

– la formulation d’un processus d’alerte et d’un guide d’établissement d’un plan d’urgence territorial (90 jours) ;

le dossier d’appel d’offres et du coût financier de mise en place du système d’alerte aux tsunamis au Maroc.

De par sa position géographique, le Maroc est exposé aux tsunamis. En atteste celui du 1er novembre 1755 : provoquée par un tremblement de terre survenu au Portugal, à Lisbonne, la vague avait dévasté les côtes atlantiques, occasionnant d’énormes dégâts humains et matériels.

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) redoute par ailleurs la survenue d’un tsunami en Méditerranée dans les 30 prochaines années. “Les statistiques montrent que la probabilité d’une vague de tsunami de plus d’un mètre est proche de 100%”, indique l’agence onusienne dans un communiqué.

D’où l’intérêt pour le Maroc de renforcer sa résilience à ce phénomène naturel. A ce titre, les villes d’El Jadida et d’Alexandrie (Egypte) ont été désignées par l’Unesco pour représenter le continent africain dans le cadre du programme “Tsunami Ready”.

Le terme “tsunami” est composé de deux mots japonais : “tsu” (port) et “nami” (vague). Il désigne une onde provoquée par le rapide mouvement d’un grand volume d’eau dans l’océan ou en mer. Ce mouvement est généré par l’activité sismique (78%), l’activité volcanique, les glissements de terrain (10%) et l’activité météorologique (2%).

Le Maroc renforce sa résilience face aux tsunamis

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LafargeHolcim Maroc : résultats annuels 2020 et avis de convocation AGO

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.