Banques cotées : légère amélioration du PNB au premier semestre 2022

| Le 6/9/2022 à 17:43
Les six banques cotées de la place casablancaise ont réalisé un produit net bancaire total en légère hausse de 4,6%. Cette évolution conforte les prévisions d’Attijari Global Research, d’après son dernier document d’analyse. Joint par LeBoursier, un membre du directoire d’une société de bourse de la place analyse l’évolution des principaux indicateurs de ce secteur.

Le PNB (produit net bancaire) des banques cotées à la Bourse de Casablanca a augmenté de 4,6% pour atteindre 35,7 milliards de DH au premier semestre 2022, contre 34,2 MMDH au premier semestre 2021, soit 1,5 MMDH de PNB additionnel.

Les six banques cotées, à savoir Attijariwafa Bank (AWB), BCP, Bank of Africa (BoA), BMCI, CIH et CDM, affichent toutes des variations positives de leur PNB pendant la période retenue.

C’est AWB qui a le plus contribué à la hausse du PNB du secteur coté en générant 600 MDH de PNB additionnel. Son PNB s’est ainsi établi à 13,1 MMDH  au premier semestre 2022, soit une hausse de 4,8% en comparaison avec la même période en 2021.

AWB est suivie par BoA qui a réalisé un PNB de 7,7 MMDH, en hausse de 460 MDH (+6,3%) en comparaison avec la même période en 2021. BCP, quant à elle, a vu son PNB augmenter de 300 MDH pour s’établir à 10,5 MMDH (+3%).

CIH et CDM ont réalisé un PNB de 1,6 MMDH (+123,7 MDH, +8%) et de 1,2 MMDH (+78 MDH, +6,4%) en ordre respectif.

BMCI affiche la plus faible évolution du PNB des banques cotées. Son PNB s’est établi à 1,5 MMDH, en hausse de 10 MDH (+0,6%).

Contacté par LeBoursier, un membre du directoire d’une société de bourse de la place commente l’évolution de l’activité des banques cotées : “On constate une petite amélioration du PNB conjuguée à une hausse du coût du risque global. Les crédits ont enregistré une légère hausse de 4%. En face, les dépôts ont reculé de 13,5% à cause, entre autres, de la baisse de la rémunération des dépôts qui pousse les déposants à s’orienter vers d’autres actifs de placement. Ces évolutions étaient globalement attendues vu le contexte économique difficile.”

“Une hausse de 4% du PNB reste faible en comparaison avec les années précédentes. Mais elle est tout de même meilleure que l’évolution observée en 2021”, ajoute-t-il.

La hausse du coût du risque pourrait impacter les résultats semestriels. “L’activité des banques a tout de même résisté malgré le contexte actuel. Désormais, il reste à savoir comment les résultats ont évolué à la suite de la hausse du coût du risque. L’impact pourrait être négatif”, souligne notre interlocuteur.

Les réalisations des banques cotées confortent les prévisions d’AGR

Dans son dernier document de recherche analysant les réalisations semestrielles des sociétés cotées, Attijari Global Research (AGR) souligne que les réalisations des bancaires confortent ses prévisions 2022. “Au titre du premier semestre 2022, le secteur bancaire coté affiche une progression de son PNB consolidé de 4,6% contre une prévision annuelle de 3,2%. Des réalisations qui confortent notre scénario de croissance 2022 à travers un taux de réalisation du PNB légèrement supérieur à 50%”, indique AGR.

La société de recherche liste les grandes tendances qui se dégagent de l’activité bancaire durant ce premier semestre 2022. Celles-ci se déclinent comme suit :

> Une orientation favorable de la marge d’intérêt soutenue par l’optimisation continue du coût de la ressource ;

> Une contribution positive des activités à l’international et des filiales spécialisées ;

> Un impact négatif de la hausse des taux obligataires sur le résultat des activités de marché, principalement pour les grands groupes bancaires cotés.

Sur le plan économique, les crédits bancaires ont progressé à un rythme soutenu de 4% au premier semestre 2022, largement supérieur à la croissance du PIB estimée à 1% pour 2022. À ce niveau, deux principaux constats se dégagent au premier semestre ;

> La contribution importante des crédits de trésorerie qui ont progressé de 10,1% pour atteindre un poids de 24,3% dans l’encours global des crédits. Cette évolution s’expliquerait par l’augmentation du BFR des entreprises en lien avec le renchérissement des prix des intrants à l’échelle internationale ;

> La contribution négative des crédits à l’équipement pour la 2e année consécutive, soit -2,3% au premier semestre 2021 et -2,6% au premier semestre 2022. Cette évolution traduit le décalage des décisions d’investissement des acteurs économiques dans un contexte économique moins porteur (tensions inflationnistes, sécheresse, tensions géopolitiques mondiales).

lire aussi
  • | Le 23/9/2022 à 15:50

    Managem : les bénéfices à fin juin dépassent le milliard de dirhams

    Avec un effet de change favorable, un bon maintien des niveaux de production et une appréciation des cours des métaux de base sur la période, la profitabilité du groupe explose. Elle passe de 185 MDH à fin juin 2021 à 1 210 MDH à fin juin 2022.
  • | Le 23/9/2022 à 15:12

    Disway : baisse de 15% du RNPG à fin juin

    La hausse du dollar et des coûts d'achat a pesé sur le résultat d'exploitation et la rentabilité. L'endettement atteint 252 MDH à fin juin 2022 contre -29 MDH à la même période l'an dernier.
  • | Le 23/9/2022 à 9:43

    Attijariwafa Bank : hausse de 16,2% du RNPG au 1er semestre 2021

    Les réalisations du groupe Attijariwafa Bank sont en hausse au premier semestre 2021. Le résultat net part du groupe a atteint trois milliards de DH, en progression de 16,2%.
  • | Le 23/9/2022 à 8:21

    SNEP : hausse de 33% du résultat net consolidé

    Le groupe a profité du bon maintien de la demande sur le marché et d’une politique commerciale efficace. Le démarrage des essais d’entrée en production des nouvelles installations est prévu courant T4 2022.
  • | Le 22/9/2022 à 11:00

    OCP : un chiffre d’affaires en hausse de 72% et le RNPG frôle les 17 MMDH (S1)

    Le Groupe OCP enregistre une forte hausse de ses résultats opérationnels et financiers. La marge d’EBITDA atteint un record de 50% à fin juin et le résultat d’exploitation est presque multiplié par trois. Le résultat net passe de 4,6 MMDH à fin juin 2021 à 16,8 MMDH à fin juin cette année.
  • | Le 22/9/2022 à 9:38

    Cosumar : baisse de 19% du RNPG consolidé à fin juin

    La hausse des ventes à l’export tire à la hausse le chiffre d’affaires global à un peu plus de 5 MMDH. L’EBE recule du fait de la hausse des prix des intrants et de la baisse de la production locale.