χ

Les études en médecine passent officiellement de 7 à 6 ans

La durée de la formation en médecine est officiellement réduite à 6 ans. Le nombre de sièges pédagogiques dans les facultés de médecine et de pharmacie, au titre de l'année universitaire 2022-2023, est désormais porté à 3.924 sièges.

Les études en médecine passent officiellement de 7 à 6 ans

Le 2 juillet 2022 à 9h18

Modifié 2 juillet 2022 à 9h18

La durée de la formation en médecine est officiellement réduite à 6 ans. Le nombre de sièges pédagogiques dans les facultés de médecine et de pharmacie, au titre de l'année universitaire 2022-2023, est désormais porté à 3.924 sièges.

Le ministère de l’Enseignement supérieur a publié, jeudi 30 juin, une note circulaire portant sur l‘accès aux facultés de médecine, de médecine dentaire et de pharmacie, au titre de l’année universitaire 2022-2023. La note concrétise les projets de l‘augmentation des sièges pédagogiques dans ces facultés et la réduction, en particulier, de la durée de formation en médecine, annoncés auparavant par le gouvernement Akhannouch en vue de réformer le système de santé.

Facultés de médecine et de pharmacie : le nombre de places levé désormais à 3.924

Le nombre de sièges pédagogiques dans l’ensemble des facultés de médecine et de pharmacie du Royaume, au titre de l’année universitaire prochaine, a été fixé à 3.924 sièges, peut-on lire dans la note. Signalons que ce chiffre était  de 3.060 pour l’année universitaire 2021-2022.

355 places pédagogiques sont par ailleurs disponibles dans les facultés de dentaire de Casablanca et de Rabat, au titre de l’année universitaire 2022-2023. Notons qu’elles étaient de 300 sièges au titre de l’année d’avant.

L’augmentation du nombre de sièges dans les facultés susmentionnées fera l’objet d’une signature officielle, prévue pour la semaine prochaine, nous indique Mohammed Tahiri, directeur de l’Enseignement supérieur et du développement pédagogique. Une convention-cadre sera signée dans ce sens par le ministère de l’Enseignement supérieur, le ministère de la Santé et celui de l’Economie et des finances, a-t-il ajouté.

La stratégie d’augmenter le nombre de diplômés des facultés de médecine, de pharmacie et de dentaire a été adoptée pour faire face à la pénurie du personnel de santé causée entre autres par la migration de ce dernier. « On parle de 30% à 40% de diplômés des facultés de médecine qui essaient de partir à l’étranger en raison de l’offre attrayante, mais aussi de la faiblesse de l’attractivité des recrutements dans le secteur public et de l’inégale répartition territoriale des cadres de santé », avait  signalé auparavant le chef du gouvernement Aziz Akhannouch, en évoquant le projet de réforme de la santé.

Les études en médecine ne se feront plus en 7 ans

Toujours dans le but d’apporter une réponse à un besoin pressant en ressources humaines, il a été décidé, février dernier, d’étudier la possibilité de réduire la durée de formation en médecine de 7 à 6 ans. La note mentionnée ci-haut concrétise officiellement ce projet puisque les études de médecine dureront désormais 6 ans, à l’instar des études de médecine dentaire et de pharmacie.

Les étudiants en médecine inscrits en troisième année, au titre de l’année universitaire 2021-2022, seront concernés par le cycle de 6 ans, nous explique Mohammed Tahiri qui rassure que la qualité de la formation sera maintenue intacte.

« Ces six ans seront suffisants pour former les étudiants en médecine. La réduction n’aura pas un impact sur la qualité de la formation puisque les cinq premières années de base seront maintenues », note le directeur de l’Enseignement supérieur.

« La décision de réduire le nombre d’années d’études n’a pas été le fruit du hasard puisqu’elle a été adoptée en concertation avec les professeurs et les doyens qui sont les mieux placés pour juger de ce qui pourrait, ou pas, affecter la qualité de la formation », a-t-il ajouté notant que la plupart des pays du monde optent pour six ans de formation en médecine.

Cette nouvelle réforme permettra aux étudiants de gagner un an de plus mais aussi au ministère de la Santé de se doter, au plus vite, de médecins, poursuit Mohammed Tahiri qui signale que les spécificités du diplôme de 6 ans resteront les mêmes (possibilité d’ouvrir un cabinet, reconnaissance du diplôme à l’étranger… ).

Concrètement, il s’agira de fusionner, tout en maintenant la qualité de la formation, les programmes de la 7e et la 6e année. Ainsi, au lieu de passer toute la 7e année à effectuer un stage dans les hôpitaux périphériques, les étudiants passeront, en 6e année, un stage condensé de 2 mois pour préparer, plus tard, leurs examens cliniques et leurs sujets de thèse, nous explique le directeur de l’Enseignement supérieur.

Si le sujet de la réduction de la durée de formation en médecine est désormais clos, celui de la suppression du concours de résidanat et celui d’internat pour opter pour un seul et unique concours, est quant à lui toujours à l’étude, nous confirme Mohammed Tahiri.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

ARADEI : AVIS DE REUNION VALANT AVIS DE CONVOCATION A L’ASSEMBLEE GENERALE DES OBLIGATAIRES DU 06 JANVIER 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.