Bourse : Le marché corrige à la hausse, mais la tendance globale reste incertaine

M.Ett | Le 7/6/2022 à 16:07
Le marché boursier marocain a clôturé 6 séances de cotation consécutives en hausse. Joint par LeBoursier, Bachir Tazi, directeur de CFG Bank Capital Markets, explique la progression récente du marché tout en insistant sur le fait que la tendance globale demeure incertaine sur le court et moyen terme. Analyse.

La bourse de Casablanca a clôturé 6 séances de cotation consécutives en hausse, depuis la séance du mardi 31 mai. Les principaux indices de la cote ont ainsi pu réduire légèrement les pertes accumulés depuis quelques mois.

La tendance globale demeure néanmoins baissière. La baisse cumulée du MASI est passée de -7,7% au 30 mai à -4,8% à la clôture de la séance de ce mardi 7 juin.

Evolution du MASI

Source : medias24.com

MSI20, l’indice regroupant les 20 valeurs les plus liquides de la cote, a vu sa baisse en YTD passer de -8,5% à -5,3% pendant la même période.

Les volumes des échanges qui accompagnent ces évolutions sont également en hausse. Le volume moyen quotidien a même dépassé les 100 millions de DH, pendant la période retenue, pour atteindre 236 MDH mardi 31 mai, et 378 MDH durant la séance du lundi 6 juin.

Quelles sont les explications de l’évolution récente du marché ? Joint par LeBoursier, Bachir Tazi, directeur de CFG Bank Capital Markets, livre son analyse en commençant par souligner que :

« La tendance globale de fond reste très incertaine tout au long de l’année 2022 et au début de l’année 2023, pour les raisons qu’on connait tous, notamment un tableau macroéconomique qui reste incertain au Maroc et à l’échelle du monde avec une pression inflationniste énorme sur les prochains mois, et qui pourrait se poursuivre sur une période longue ».

Malgré cette tendance baissière, le marché peut connaitre de temps en temps des corrections positives, comme ce qui vient de se produire au cours de ces dernières séances. « On peut assister périodiquement à des éléments qui peuvent militer pour ce genre de corrections positives, d’une manière ponctuelle », indique notre interlocuteur qui explique qu’il y a quelques explications fondamentales pour la hausse actuelle.

« La hausse de ces derniers jours est liée à quelques signaux positifs concernant l’approche de la sortie à l’international du Trésor. Cela a réconforté un peu les investisseurs institutionnels dans le sens où le Trésor confirme son intérêt pour effectuer une sortie à l’international, cela veut donc dire moins de pression sur le marché des taux. Eventuellement, cela pourrait éloigner les craintes liées à une tension sur les taux à court terme ».

S’ajoutent à cela les projections de la Banque mondiale et de l’agence de notation Fitch rating. « Malgré le contexte, la Banque mondiale et Fitch maintiennent plus ou moins un tableau optimiste pour le Maroc avec un taux de croissance qui serait supérieur à 1%. A rappeler que la Banque centrale tablait plutôt sur un taux de croissance de 0,7% ».

Il y a également un léger retour d’optimisme lié notamment à l’arrivée des touristes au Maroc et à la gestion de la pandémie. « Il y a des signaux positifs concernant l’arrivée des touristes et le lancement de l’opération Marhaba pour les MRE. Les signaux positifs concernent aussi  la gestion de la pandémie, qui malgré une légère augmentation des cas, la situation reste maitrisée et il n’y a pas de cas graves. Il n’y a également pas de nouvelles restrictions. Tout cela rassure ».

C’est pour dire qu’il y a « des petits signaux positifs par-ci, par-là, qui peuvent alimenter ce genre de progressions positives à court terme ».

Notre interlocuteur insiste tout de même sur le fait que « la tendance reste très incertaine sur le court et moyen terme ».

lire aussi
  • | Le 29/6/2022 à 17:03

    IPO : ce qu’il faut savoir sur Disty Technologies, nouvel arrivant en Bourse

    Le prix de l’action a été fixé à 284 dirhams et la première cotation s’effectuera le 20 juillet. La société est une PME et sera la première à intégrer le marché alternatif. En 2021, elle affichait un chiffre d’affaires de 456 MDH. Son IPO lui permettra d’étoffer son portefeuille produit, de recruter et d'envisager une croissance externe. Un premier dividende sera versé au mois de septembre suite à l’opération. La valorisation a induit un rendement de 5,3% sur les deux prochaines années.
  • | Le 28/6/2022 à 15:28

    La croissance de la masse bénéficiaire de la cote devrait ralentir à +3,5% en 2022 (CFG Bank)

    Après un bond des bénéfices de la cote en 2021, le rythme de croisière devrait fortement ralentir cette année. Les secteurs de l’énergie, des cimentiers et de l’automobile devraient le plus participer à la baisse de la masse bénéficiaire.
  • | Le 27/6/2022 à 16:20

    Les banques reculent en bourse malgré la bonne évolution de leur activité au T1-2022

    La majorité des banques cotées à la bourse de Casablanca affiche une évolution baissière depuis le début de l’année. Un analyste nous explique que cette baisse n’est pas fondamentale vu que l’activité a bien évolué en début d’année. Des craintes commencent néanmoins à encercler le secteur.
  • | Le 21/6/2022 à 15:52

    Bourse : voici les secteurs cotés qui résistent bien face à la baisse du marché

    Six secteurs cotés résistent bien en bourse, affichant une évolution positive de leurs cours depuis le début de l’année 2022, au moment où le MASI poursuit sa dégringolade. Un analyste de la place apporte des explications.
  • | Le 20/6/2022 à 16:30

    Le marché boursier entre baisse et attentisme, le Conseil de BAM est épié

    La baisse de la Bourse de Casablanca s'est accélérée à la clôture de la séance du vendredi 17 juin, reflétant ainsi les craintes et l’attentisme des investisseurs quant à l’évolution du taux directeur, d’après les explications d’un membre du directoire d’une société de bourse de la place. Analyse.
  • | Le 19/6/2022 à 7:24

    BCP : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’’accumuler’ à ‘alléger’

    Le groupe a affiché un bon regain de ses bénéfices au premier trimestre 2021 grâce à une bonne tenue des marges et une baisse du coût du risque. Cette tendance devrait se conserver sur le reste de l’année. Le groupe évolue dans un contexte global compliqué, marqué par le ralentissement de la production de crédits et fait face à la difficulté de générer une croissance externe et organique rentable. Le taux de contentieux est supérieur à la moyenne du marché.