BOA: Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’ ‘alléger’ à ‘accumuler’

| Le 28/9/2021 à 17:28
Le groupe a connu une bonne tenue de ses indicateurs, à l’instar des principales banques du secteur grâce à une effet de base favorable. Le provisionnement en baisse a permis de faire ressortir un résultat net en meilleure forme au premier semestre. Les créances en souffrances se sont accrues de 4,1% par rapport à fin 2020 pour se fixer à un total de 9,1%. Un bon rattrapage des activités africaines pourrait booster la croissance au second semestre.

Dans une note diffusée ce 28 septembre, la société de recherche a réagi aux réalisations de Bank Of Africa (BOA) au premier semestre 2021. Alpha Mena a révisé ses projections et sa recommandation sur le titre. Autrefois recommandé à l’allègement, le titre est désormais recommandé à l’accumulation avec un cours cible à 183 dirhams, en hausse de 4,57% par rapport au cours d’ouverture de la séance du 28 septembre.

Le groupe a vu son cours progresser de près de 13% cette année, globalement en ligne avec la progression du MASI. Pour la société de recherche, « une performance à deux chiffres est en ligne avec le cours de son secteur bancaire marocain couvert par AlphaMena ». Néanmoins, elle précise que cette progression a partiellement épuisé le potentiel fondamental du groupe.

Des indicateurs en amélioration

A l’instar des principales banques du pays, BOA a présenté des indicateurs en amélioration ce semestre, bénéficiant d’un effet de base favorable. Alpha Mena précise également « qu’un effort de provisionnement moins accentué a également stimulé les bénéfices. Le provisionnement a en moyenne baissé de 25% en glissement annuel pour les trois banques principales du pays ».

La performance de BOA sur le semestre est alignée avec les attentes de la société de recherche. « Les réalisations de BOA se démarquent parfaitement de nos attentes, affichant une croissance de 4% du PNB à 7,3 milliards de dirhams et un résultat net de 1,2 milliard de dirhams » explique Alpha Mena qui table sur un PNB de 14,6 milliards de dirhams et un bénéfices de 2,4 milliards de dirhams d’ici la fin de l’année 2021.

Les performances marocaines du groupe demeurent les principales contributrices des résultats. Néanmoins, les activités africaines du groupe ont freiné le développement.

Léger ralentissement des activités africaines et hausse des créances en souffrance

Le groupe affiche dans son bilan, une léger retrait de 0,3% des crédits à 193 milliards de dirhams, principalement affecté par les activités internationales, particulièrement africaines. « Le management explique qu'en excluant les prêts hypothécaires, la croissance est positive » précise cependant la société de recherche.

Cependant, le groupe a vu ses dépôts clientèle consolidés se bonifié de 3% à 213 milliards de dirhams « soutenue par la bonne performance des deux marchés, local et international » indique Alpha Mena.

Le groupe a également souffert, comme prévu, de la dégradation de ses actifs sur la période. « Les créances en souffrances ont augmenté de 4,1% pour atteindre un taux de 9,1% contre 8,7% à fin 2020 » souligne la société de recherche.

Un potentiel fondamental modéré

Pour Alpha Mena, la valorisation de BOA est dégradée par les méthodes intrinsèques, tant à long terme qu'à court terme.

Selon la société de recherche, les performances du groupe sont conformes aux attentes au premier semestre, sans toutefois les dépasser. Durant la seconde moitié de l’année, « une reprise différées des activités africaines peut faire la différence » considère Alpha Mena.

Avec la croissance enregistré depuis le début de l’année conduite par « le fort intérêt des investisseurs pour le secteur bancaire dans la zone MENA », le potentiel est désormais modeste pour BOA en bourse.

lire aussi
  • | Le 4/12/2022 à 12:06

    Bourse : le chiffre d’affaires de la cote s’améliore de 15% à fin septembre à 206 MMDH (BKGR)

    A fin septembre, le chiffre d'affaires des sociétés industrielles cotées progresse de 21,4%. Ceux des secteurs financiers et des assurances stagnent. Le chiffre d'affaires global a notamment été poussé à la hausse par un effet prix. Les groupes ayant publié leurs résultats nets pèsent 58% de la capitalisation boursière. En comptant l'astreinte d'IAM, la capacité bénéficiaire de la cote baisse de 12% à fin septembre.
  • | Le 4/12/2022 à 9:11

    Auto Hall : des résultats en ligne au T3 et de bons leviers attendus l’an prochain

    Le groupe fait face aux tensions sur la demande et l’approvisionnement cette année, en plus d’un effet de base défavorable après une année 2021 excellente. En 2023, le groupe devrait améliorer ses revenus et sa profitabilité en misant sur l’accroissement de son réseau, sa plateforme Autocaz et l’évolution structurelle du marché marocain, encore assez peu équipé en automobile.
  • | Le 29/11/2022 à 15:04

    IAM : une légère amélioration des revenus et de la profitabilité attendue en 2023

    Le cours de bourse de Maroc Telecom chute de plus de 25% en YTD. Le contexte global du marché et les différentes amendes de l’ANRT font craindre une baisse du rendement. Les fondamentaux sont pourtant bons. Une légère amélioration des revenus et des bénéfices est attendue l’an prochain, portée par les filiales internationales.
  • | Le 25/11/2022 à 15:07

    BKGR recommande de souscrire à l'IPO d'Akdital et valorise le titre à 340 dirhams

    Premier entrant en bourse sur le secteur de la santé, Akdital représente une opportunité de diversification du portefeuille des investisseurs. Son maillage territorial et la faible offre médicale à l'échelle nationale offrent un bon potentiel de croissance.
  • | Le 17/11/2022 à 16:58

    La prime de risque actions d'AGR progresse de 50 points de base à 8%

    En retenant la méthode de calcul de la prime de risque par sondage, la société de recherche note une hausse de la prime de risque actions de 50 points de base à 8% par rapport à l'édition du mois de mai 2022. Cette méthode vise à déterminer la rentabilité annuelle exigée par les investisseurs en bourse, et ce, sur un placement supérieur à 5 ans.
  • | Le 16/11/2022 à 16:08

    Taqa Morocco : BKGR recommande d’accumuler le titre dans les portefeuilles

    Cette année, la hausse des cours du charbon et les bonnes performances industrielles vont fortement faire progresser les revenus et la profitabilité. Le groupe, en cette période de crise, fait figure de refuge pour les investisseurs, avec une visibilité sur ses cash flows et un rendement attendu de 3,7% cette année, d’après les projections de la société de recherche BKGR.