Madrid: Brahim Ghali ne quittera pas l’Espagne sans avoir répondu à la Justice

Changement dans la position espagnole? En tous les cas, c'est la première fois que la ministre espagnole des Affaires étrangères adopte un discours clair.

Arancha Gonzalez Laya avec Nasser Bourita en janvier 2020 à Rabat.

Madrid: Brahim Ghali ne quittera pas l’Espagne sans avoir répondu à la Justice

Le 23 mai 2021 à 14h18

Modifié 23 mai 2021 à 16h01

Changement dans la position espagnole? En tous les cas, c'est la première fois que la ministre espagnole des Affaires étrangères adopte un discours clair.

Selon l’agence Reuters, la ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya a déclaré ce dimanche 23 mai que « le chef du polisario doit répondre de poursuites judiciaires en Espagne avant de quitter le pays ».

« Gonzalez Laya a déclaré que lorsque Ghali se serait remis de ses problèmes de santé, il devrait répondre à une affaire devant la Haute Cour d’Espagne avant de retourner dans son propre pays », selon l’agence.

« Nous avons promis de donner à cette personne une réponse humanitaire. Cette personne était dans une situation critique pour ses multiples problèmes de santé dont un cas grave de COVID-19 », a-t-elle déclaré à la Radio nationale espagnole.

« Quand il aura récupéré, il retournera dans son pays [sic]. Pendant ce temps, il fait face à une série d’affaires judiciaires et nous espérons qu’il s’acquittera de ses obligations envers la justice espagnole. »

Ghali fait face à une citation à comparaître en Espagne dans une affaire de crimes de guerre, de viol et de tortures. La déclaration de la ministre espagnole constitue malgré ses insuffisances, un changement dans la posture espagnole. Le Maroc a réussi à replacer la crise dans son vrai contexte, celui de l’accueil secret et sous une fausse identité, d’un homme qui mène une guerre (au vrai sens du terme) au Royaume, et qui fait l’objet de plaintes graves en Espagne.

Il se peut aussi que la déclaration de la ministre espagnole des Affaires étrangères ne soit qu’une manœuvre consistant à passer la patate chaude à la Justice espagnole, en espérant que celle-ci ne donne pas suite aux plaintes déposées contre Ghali.

Samedi, Fouad Yazourh, directeur des Affaires politiques au ministère marocain des Affaires étrangères a, une nouvelle fois, averti l’Espagne et signalé la nécessité d’une enquête transparente sur cette affaire trouble et troublante de l’accès de Ghali à un hôpital espagnol sous un faux nom. Il a laissé entendre que des complicités internes et externes (4 généraux algériens) seraient mises à jour en cas d’enquête.

Vendredi, Karima Benyaich, ambassadrice à Madrid rappelée à Rabat, a prévenu l’Espagne du risque de gel des relations entre les deux pays et d’une aggravation de la crise si Ghali était exfiltré par l’Espagne, sans répondre des accusations devant la Justice espagnole.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Microdata indicateurs financiers T1 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.