Addoha : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre de ‘vendre’ à ‘accumuler’

B.B | Le 11/5/2021 à 14:38

Malgré la crise, la résilience des cash-flows et des fonds propres d’Addoha est appréciable. La légère reprise de la demande locale et son positionnement sur l’Afrique de l’Ouest en pleine croissance, pourraient aider le groupe à améliorer sa capacité de génération de revenus. La poursuite de son désendettement est également saluée par la société de recherche. 

 

Dans une note publiée le 7 mai, Alpha Mena a changé sa recommandation sur le titre Addoha. Auparavant recommandé à la vente, la société de recherche recommande désormais d’accumuler le titre dans les portefeuille. Elle anticipe une hausse de 12,7% du cours dans les 6 prochains mois, à 7,67 dirhams.

Alpha Mena rappelle que le titre a été fortement malmené en bourse l’an dernier notamment avec « un effondrement de 30% durant les mois de mars et avril 2020 », le tout dans un contexte de crise de la demande sur le secteur.

Mais depuis le début de l’année, le titre affiche une croissance de 7,67% à 6,88 dirhams à la clôture de la séance du 11 mai.

Graph Addoha P

Pour la société de recherche, si les signaux de la demande locale se manifestent encore timidement, le cashflow de la société a globalement bien résisté à la crise sanitaire.

Des cash-flows d’exploitation intéressants

Addoha a naturellement été fortement affectée par la crise. En 2020, le groupe affichait un déficit de 744 millions de dirhams contre un bénéfice de 336 millions de dirhams en 2019. « Cette forte baisse est due principalement à la dégradation de la capacité de génération de revenus du développeur qui ont baissé de 66,3%, en glissement annuel à seulement 1 173 millions de dirhams » explique Alpha Mena. L’EBITDA du groupe a également été rogné par les répercussions de la crise. Il s’est situé à -139 millions de dirhams contre 444 millions de dirhams l’année d’avant.

Cependant, le groupe est parvenu sur la période à dégager un cash-flow d’exploitation positif malgré le stress sur les liquidités, rappelle la société de recherche. « Ceci a été réalisé grâce à la maitrise du BFR et des décaissements non opérationnels. De plus, même avec la baisse du résultat du groupe, les fonds propres restent dans un bon niveau à 8,94 milliards de dirhams » explique Alpha Mena.

Une stratégie africaine prometteuse

La présence du groupe en Afrique de l’Ouest est de plus en plus marquée. Alors que la contribution de la région au chiffre d’affaires du groupe était de 1% en 2018, elle s’est élevé à 23% en 2020. « Cette diversification régionale permettrait à Addoha de profiter du potentiel de croissance dans cette région et donc d’améliorer sa capacité de génération de revenus » note Alpha Mena.

La société de recherche pointe également la bonne poursuite du désendettement d’Addoha avec une baisse de 8,3% de la dette nette en 2020 à 4,77 milliards de dirhams. « Nous restons optimistes quant aux réalisations sur le moyen et long termes du groupe immobilier surtout qu’il continue de monitorer son niveau d’endettement, en comptant également sur la relance de son activité » explique la société de recherche.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 23/7/2024 à 16:14

    Malgré des performances notables, voici pourquoi le secteur bancaire décolle peu en bourse

    Le secteur bancaire affiche des niveaux assez bas de valorisation. Attijari Global Research l'évoque dans une récente note. Le MASI traite à 19,1x ses bénéfices alors que l'indice Banques traite à 15x ses bénéfices, au plus bas depuis quinze ans. Malgré des performances notables en 2023 et au T1-24, les bancaires bougent peu en bourse. Du cash frais des institutionnels pourrait changer la donne. Les OPCVM, eux, sont limités.
  • | Le 23/7/2024 à 13:40

    Le groupe Hayan boucle une émission obligataire de 110 MDH

    Le groupe Hayan annonce, ce mardi 27 juillet, la finalisation d'une émission obligataire de 110 millions de dirhams pour sa filiale éducative, le groupe scolaire Jacques Chirac.
  • | Le 22/7/2024 à 17:02

    Placements. Les investisseurs se positionnent sur le moyen, long terme au détriment du court terme

    Les chiffres de l’ASFIM à fin juin montrent que l’encours sous gestion des OPCVM a progressé de 7,3% au premier semestre, en franchissant les 600 MMDH. Une décollecte de l’obligataire court terme est observée, de l’ordre de 5,5 MMDH. D’un mois sur l’autre, l’encours a baissé de 11,2% traduisant une volonté des investisseurs de se positionner sur de l’OMLT plus risqué, mais plus rémunérateur.
  • | Le 18/7/2024 à 16:39

    Marsa Maroc veut se positionner comme un acteur majeur en Méditerranée occidentale

    Après plusieurs annonces marquantes qui impacteront positivement la dynamique de développement du groupe à Agadir, à Nador West Med ou encore à Cotonou au Bénin, Marsa Maroc nous explique ses choix.
  • | Le 17/7/2024 à 18:16

    Akdital réussit son augmentation de capital et comptera 51 établissements de santé d'ici 2026

    Souscrite 29 fois, l'augmentation de capital réalisée par le groupe a connu un grand succès. Le groupe accélérera sa croissance dans les mois à venir pour livrer un établissement de santé par mois au cours des quinze prochains mois. D'ici fin 2026, Akdital devrait en détenir 51 au total, avec une capacité de plus de 5.700 lits.
  • | Le 16/7/2024 à 14:29

    La hausse des cours des métaux précieux devrait se poursuivre sur le reste de l'année

    Les anticipations de la hausse du taux directeur de la FED joue en faveur du cours du dollar. Ce dernier augmente quand la rentabilité de la monnaie américaine diminue. Les facteurs géopolitiques mondiaux et l'instabilité qui en découle, jouent également dans l'appréciation de l'Or. Cette situation sera bénéfique aux minières qui l'ont dans leurs portefeuilles.