χ

Irak: l’armée gagne du terrain sur l’EI accusé de « nettoyage ethnique »

Irak: l’armée gagne du terrain sur l’EI accusé de « nettoyage ethnique »

Le 2 septembre 2014 à 13h56

Modifié le 2 septembre 2014 à 13h56

Les forces irakiennes ont repris mardi le contrôle partiel d'une autoroute stratégique reliant Bagdad au nord du pays, poussant leur avantage face à l'Etat islamique (EI) accusé de "nettoyage ethnique" systématique par Amnesty International.  

Les forces irakiennes ont repris mardi le contrôle partiel d'une autoroute stratégique reliant Bagdad au nord du pays, poussant leur avantage face à l'Etat islamique (EI) accusé de "nettoyage ethnique" systématique par Amnesty International.  

L'armée, les combattants kurdes et les miliciens chiites ont obtenu ces derniers jours de premiers succès avec le soutien aérien américain.

Après avoir brisé dimanche le siège imposé par les jihadistes à la ville turcomane chiite d'Amerli, ils ont repris lundi la petite cité de Souleimane Bek, à 175 km au nord de Bagdad, et le village proche de Yankaja.

Bagdad a annoncé mardi qu'un tronçon de l'autoroute principale reliant Bagdad au nord de l'Irak, où les jihadistes contrôlent de vastes secteurs, était repassé sous le contrôle de l'armée, selon le général Abdelamir al-Zaidi. Fermée depuis près de trois mois, l'autoroute sera rouverte après avoir été nettoyée d'éventuels mines et obstacles placés par les jihadistes.

A Amerli, les habitants ont accueilli dans la joie les premiers convois militaires après avoir résisté plus de deux mois au siège de l'EI, souffrant de la faim et de la soif, et craignant d'être massacrés.

Sur le bord de la route, des enfants et des jeunes faisaient le "V" de la victoire. Mais la distribution de sacs de céréales et de bouteilles d'eau par les combattants a ensuite donné lieu à des échauffourées entre des habitants affamés.

"Tueries de masse"

Dans un rapport publié mardi, Amnesty International a dénoncé la "campagne systématique de nettoyage ethnique" lancée par l'EI pour "effacer toute trace des non-Arabes et des musulmans non sunnites" dans le nord de l'Irak.

Amnesty assure avoir des "preuves" que plusieurs "tueries de masse" ont eu lieu en août dans la région de Sinjar où vivaient de nombreux Yazidis, une minorité kurdophone non musulmane.

A Genève, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a décidé lundi soir d'envoyer une mission pour enquêter sur ces atrocités, des "actes à une échelle d'inhumanité qui est inimaginable" selon la Haut-Commissaire adjointe de l'ONU aux droits de l'Homme.

Alors qu'aucun bilan précis des pertes humaines depuis le début de l'attaque des jihadistes n'est disponible, l'ONU a annoncé lundi qu'au moins 1.420 personnes avaient été tuées et 1.370 blessées dans les violences en août.

Au cours de ce mois, les jihadistes ont relancé leurs assauts dans le nord de l'Irak, s'emparant de plusieurs localités et poussant les combattants kurdes à se retrancher dans leur région autonome du Kurdistan.

Selon l'ONU, 1,6 million d'Irakiens ont été déplacés cette année par les violences, dont 850.000 en août.

"Force extrême"

Cette crise a poussé les Etats-Unis à intervenir avec des frappes aériennes depuis le 8 août, premier engagement militaire de Washington en Irak depuis le retrait de leurs troupes fin 2011. Les raids ont notamment aidé à la reprise par les Kurdes du principal barrage d'Irak le 17 août, et Washington a également mené plusieurs raids sur Amerli.

Face à la menace de l'EI, le Premier ministre australien Tony Abbott a estimé mardi que l'usage de la "force extrême" était justifié.

Face à la menace jihadiste, Londres a notamment annoncé des mesures de sécurité renforcées et plusieurs gouvernements ont décidé d'armer les Kurdes.

L'Allemagne a ainsi annoncé qu'elle leur livrerait des armes, dont des milliers de fusils d'assaut. La chancelière Angela Merkel a justifié cette aide par les menaces que fait peser l'EI "sur l'Europe et l'Allemagne", soulignant que quelque 400 Allemands se trouvaient en Irak et en Syrie.

L'EI, qui a proclamé fin juin un califat à cheval sur l'Irak et la Syrie, est impliqué dans le très complexe conflit syrien, où il affronte à la fois les rebelles et les forces de Bachar al-Assad, et s'est emparé de vastes secteurs dans le nord-est du pays, où il sème la terreur.

Human Rights Watch a accusé lundi l'EI d'utiliser des bombes à sous-munitions – interdites par une convention internationale – dans le nord syrien.

Alors que Washington a admis que des frappes en Syrie pourrait être nécessaires, Barack Obama a reconnu jeudi "ne pas encore avoir de stratégie" contre l'EI et exclu toute coopération avec Damas dans la lutte contre les jihadistes.

Le chef de la diplomatie John Kerry, qui a appelé à une "coalition" mondiale contre l'EI, est attendu dans la région après un sommet de l'Otan les 4 et 5 septembre.

(Avec AFP) 

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.