Des pluies prévues à partir de ce mercredi, regain d'espoir pour l'agriculture

Les plateformes internationales de météo montrent que de fortes pluies intéresseront le Maroc à partir de ce mercredi 25 novembre, et s’étaleront sur une semaine. Quel pourraient être leur impact sur la campagne agricole en cours ? Les réponses. 

0-https://medias24.com//photos_articles/big/24-11-2020/agriculture.jpg-oui
Des pluies prévues à partir de ce mercredi, regain d'espoir pour l'agriculture (Photo MAP)

Le 24 novembre 2020 à 14:54

Modifié le 24 novembre 2020 à 15:57

Les conditions météorologiques vont connaître des perturbations à partir de ce mercredi, nous a confirmé Houcine Youabed de la Direction de la météorologie nationale (DMN), joint par nos soins. "Il y aura un changement de la situation actuelle, suite au rapprochement d’une dépression sur le nord du pays, qui va générer des pluies", nous a-t-il déclaré.

"Celles-ci intéresseront mercredi matin la région de Tanger, puis les côtes atlantiques et centres ainsi que l’intérieur du Souss, l’après-midi. Dans la soirée du mercredi des précipitations, avec des averses parfois orageuses, s’abattront sur les reliefs de l’Atlas et les régions de l’intérieur. Les pluies devraient se poursuivre jusqu’au weekend".

Toujours d'après notre source, une baisse des températures sera également enregistrée sur tout le Royaume à partir de mercredi, suite à des chutes de neige sur les reliefs de l’Atlas. Rappelons que les températures étaient anormalement élevées pour un mois de novembre.

Une pluie bénéfique pour les sols déjà labourés

Après deux années consécutives de sécheresse, les agriculteurs ont plus que jamais besoin de pluie. Tout d'abord, "ces précipitations vont améliorer le moral des Marocains, notamment des agriculteurs", nous confie Abdelmoumen Guennouni, ingénieur agronome. 

"Si elles sont de quantités suffisantes et bien réparties sur toutes les régions du pays, elles profiteront aux grandes cultures", même si la campagne démarre tardivement. 

"Ces pluies seront bénéfiques pour les agriculteurs qui ont déjà semé le blé et quelques légumineuses, en permettant la germination des semences". On est au mois de novembre et les agriculteurs ont déjà perdu deux semaines du cycle de production, ce qui est énorme.

"Pour les agriculteurs qui n’ont pas encore labouré leurs terres, les pluies faciliteront le travail du sol, mais ceux-ci perdront une partie de ces pluies", et seront encore plus en retard dans le cycle de production.

"Ces précipitations joueront également un rôle important au niveau de la qualité de l’eau pour les cultures irriguées, comme l’arboriculture ou la pomme de terre. Elles permettront aux agriculteurs de pomper de l’eau qui n’est pas salée".

"Elles profiteront également au cheptel. La pluie va apporter un début de germination des herbes qui serviront à alimenter d'ici quelques mois le bétail".

Toutefois, M. Guenouni insiste sur l'importance de la continuité de ces pluies durant les mois à venir, et de leur bonne répartition sur tout le pays. 

Quid des régions qui ont le plus besoin de pluies actuellement ? "Toutes les régions du Maroc en ont besoin", nous explique M. Guenouni. Par ailleurs, "il y a un graduant des précipitations qui va du nord vers le sud". 

"Dans le Nord, on peut atteindre les 600 mm, contre 300 mm au sud du pays. Plus on va vers le sud plus les précipitations diminuent". 

"Le climat et les températures dans le Sud font que l’évaporation soit importante. En plus, si le sol est sablé, il ne retient pas beaucoup d’eau".

Les barrages seront alimentés

En effet, les pluies et la neige permettront de remplir les barrages qui sont actuellement quasi vides, et d'alimenter les nappes phréatiques.

Au 24 novembre, les réserves totales en eau dans les barrages au niveau national s’élèvent à 5.549,4 Mm3, sur une capacité totale de 15.597,2 Mm3, soit un taux de remplissage de 35,6%, inférieur de 10 points que celui enregistré à la même période de l’année passée.

Comme indiqué par Médias24 dans un article précédent, la nappe phréatique est tellement sèche dans la région de Souss-Massa que lorsque les agriculteurs essaient de pomper de l’eau, il y a un appel de l’eau de mer, qui est très nocif pour la production. 

Lire aussi: 

Déficit pluviométrique au Maroc, début de campagne mitigé pour les céréales

Alerte météo. Froid, neige et pluie à partir de ce mercredi 25 novembre au Maroc

(Photo MAP)

Des pluies prévues à partir de ce mercredi, regain d'espoir pour l'agriculture

Le 24 novembre 2020 à15:12

Modifié le 24 novembre 2020 à 15:57

Les plateformes internationales de météo montrent que de fortes pluies intéresseront le Maroc à partir de ce mercredi 25 novembre, et s’étaleront sur une semaine. Quel pourraient être leur impact sur la campagne agricole en cours ? Les réponses. 

com_redaction-43

Les conditions météorologiques vont connaître des perturbations à partir de ce mercredi, nous a confirmé Houcine Youabed de la Direction de la météorologie nationale (DMN), joint par nos soins. "Il y aura un changement de la situation actuelle, suite au rapprochement d’une dépression sur le nord du pays, qui va générer des pluies", nous a-t-il déclaré.

"Celles-ci intéresseront mercredi matin la région de Tanger, puis les côtes atlantiques et centres ainsi que l’intérieur du Souss, l’après-midi. Dans la soirée du mercredi des précipitations, avec des averses parfois orageuses, s’abattront sur les reliefs de l’Atlas et les régions de l’intérieur. Les pluies devraient se poursuivre jusqu’au weekend".

Toujours d'après notre source, une baisse des températures sera également enregistrée sur tout le Royaume à partir de mercredi, suite à des chutes de neige sur les reliefs de l’Atlas. Rappelons que les températures étaient anormalement élevées pour un mois de novembre.

Une pluie bénéfique pour les sols déjà labourés

Après deux années consécutives de sécheresse, les agriculteurs ont plus que jamais besoin de pluie. Tout d'abord, "ces précipitations vont améliorer le moral des Marocains, notamment des agriculteurs", nous confie Abdelmoumen Guennouni, ingénieur agronome. 

"Si elles sont de quantités suffisantes et bien réparties sur toutes les régions du pays, elles profiteront aux grandes cultures", même si la campagne démarre tardivement. 

"Ces pluies seront bénéfiques pour les agriculteurs qui ont déjà semé le blé et quelques légumineuses, en permettant la germination des semences". On est au mois de novembre et les agriculteurs ont déjà perdu deux semaines du cycle de production, ce qui est énorme.

"Pour les agriculteurs qui n’ont pas encore labouré leurs terres, les pluies faciliteront le travail du sol, mais ceux-ci perdront une partie de ces pluies", et seront encore plus en retard dans le cycle de production.

"Ces précipitations joueront également un rôle important au niveau de la qualité de l’eau pour les cultures irriguées, comme l’arboriculture ou la pomme de terre. Elles permettront aux agriculteurs de pomper de l’eau qui n’est pas salée".

"Elles profiteront également au cheptel. La pluie va apporter un début de germination des herbes qui serviront à alimenter d'ici quelques mois le bétail".

Toutefois, M. Guenouni insiste sur l'importance de la continuité de ces pluies durant les mois à venir, et de leur bonne répartition sur tout le pays. 

Quid des régions qui ont le plus besoin de pluies actuellement ? "Toutes les régions du Maroc en ont besoin", nous explique M. Guenouni. Par ailleurs, "il y a un graduant des précipitations qui va du nord vers le sud". 

"Dans le Nord, on peut atteindre les 600 mm, contre 300 mm au sud du pays. Plus on va vers le sud plus les précipitations diminuent". 

"Le climat et les températures dans le Sud font que l’évaporation soit importante. En plus, si le sol est sablé, il ne retient pas beaucoup d’eau".

Les barrages seront alimentés

En effet, les pluies et la neige permettront de remplir les barrages qui sont actuellement quasi vides, et d'alimenter les nappes phréatiques.

Au 24 novembre, les réserves totales en eau dans les barrages au niveau national s’élèvent à 5.549,4 Mm3, sur une capacité totale de 15.597,2 Mm3, soit un taux de remplissage de 35,6%, inférieur de 10 points que celui enregistré à la même période de l’année passée.

Comme indiqué par Médias24 dans un article précédent, la nappe phréatique est tellement sèche dans la région de Souss-Massa que lorsque les agriculteurs essaient de pomper de l’eau, il y a un appel de l’eau de mer, qui est très nocif pour la production. 

Lire aussi: 

Déficit pluviométrique au Maroc, début de campagne mitigé pour les céréales

Alerte météo. Froid, neige et pluie à partir de ce mercredi 25 novembre au Maroc

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

S2M : Communiqué Financier des Indicateurs du 4e trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.