Othmane Benmoussa

Enseignant-chercheur en Systems Thinking et directeur de l’Euromed Polytechnic School -Université Euromed de Fès

Hackathons, teckathons, concours d’innovation : comment dépasser certains problèmes systématiques sous-jacents ?

Le 8 février 2024 à 13h09

Modifié 8 février 2024 à 13h09

Tous les concours d’innovation ne devraient pas être attribués systématiquement au seul lauréat arrivé en 1ère position ou jugés par les supérieurs hiérarchiques. De nouvelles recherches montrent comment structurer ces compétitions pour l’atteinte d’objectifs spécifiques.

Les employés ont souvent des idées créatives qui peuvent profiter à leurs organisations. Ces avancées vont des moyens de rendre un processus de production plus efficace à l’idéation de nouveaux produits.

Comment les entreprises peuvent-elles exploiter au mieux le large éventail d’idées proposées par leurs collaborateurs ?

Les concours d’innovation sont devenus une réponse populaire. L’idée derrière ces concours est bonne, mais de nouvelles recherches montrent que la manière dont de nombreuses organisations les conçoivent doit être améliorée. Le point le plus important à retenir consiste en ce que les concours d’innovation soient organisés de façon à ce qu’ils s’alignent sur les objectifs de l’organisation.

En ce sens, quelques décisions-clés doivent être préalablement appréhendées par les dirigeants :

  • Qui doit juger la compétition ?
  • Sommes-nous à la recherche d’idées utiles ou innovantes ?
  • Devrions-nous utiliser une approche où le gagnant remporte tout ou offrir plusieurs prix ?

Les recherches montrent que ces facteurs façonneront de manière significative le nombre et la diversité des participants, le temps qu’ils consacreront à développer des idées, ainsi que le type et la qualité des concepts proposés.

Dans ce cadre, quelles sont les implications de chaque approche et comment choisir parmi elles, en fonction des objectifs de l’organisation ?

  1. Comment structurer au mieux les concours d’innovation : de nouvelles perspectives.

Dans les concours d’innovation, les meilleures propositions sont récompensées par un prix et la possibilité de gagner motive les employés à partager leurs réflexions avec les dirigeants de leur organisation. Ceci est essentiel pour que des idées intéressantes ne restent pas inexploitées. Les concours sont également accompagnés d’un ensemble de règles et d’instructions qui informent les employés sur les types d’idées recherchées par l’organisation. Ces éléments de motivation et d’orientation ont fait des concours une méthode populaire de collecte d’idées depuis des siècles. Par exemple, Napoléon a organisé des compétitions qui ont conduit à des progrès significatifs en termes de préparation militaire, comme les conserves et la margarine, qui ont facilité le transport de la nourriture. Les entreprises modernes continuent d’utiliser les concours pour stimuler l’innovation, à l’instar des célèbres hackathons annuels de Facebook qui ont été cités comme l’un de ses plus importants moteurs d’innovation et ont donné naissance à diverses fonctionnalités.

En dépit du fait que ces concours d’innovation ne soient pas une idée nouvelle, de nombreuses inconnues subsistent quant à la meilleure façon de les structurer. Les recherches récentes fournissent de nouvelles informations sur les implications de la conception de ces compétitions. Dans le cadre d’expériences de terrain menées, les participants ont été invités à soumettre leurs idées les plus créatives ; la créativité de chaque soumission devant être évaluée subjectivement par un panel de juges.

Ce point soulève un point crucial concernant les concours de créativité. Puisque la créativité ne peut être mesurée objectivement, les opinions des juges sur ce qui est créatif et ce qui ne l’est pas déterminent en fin de compte les gagnants. La sélection des juges est ainsi cruciale pour le résultat du concours car ce qu’une personne individuellement peut considérer comme très créatif, une autre jugerait le contraire. Tous les juges n’auront pas la même appréciation de la créativité liée à une idée particulière.

Cette subjectivité dans la détermination des gagnants d’un concours crée une incertitude dans l’esprit des participants potentiels. Il peut être difficile pour les employés d’estimer leurs chances de gagner s’ils ne sont pas sûrs des opinions et préférences des juges.

En revanche, dans une compétition où le gagnant est déterminé objectivement, il est plus facile d’estimer ses chances de gagner. Par exemple, les 10 premiers d’un marathon donné gagnent entre un montant minimal et un autre maximal pré-indiqués, ce qui en fait une course lucrative parmi les marathoniens d’élite. Etant donné que les gagnants sont objectivement déterminés en fonction de leurs temps de course, une personne pourrait estimer – avec une précision raisonnable – ses chances de gagner de l’argent audit marathon en comparant simplement les temps de placement historiques dans le top 10 de la course à ses propres temps au marathon.

Prenons le cas maintenant de prix attribués en fonction de la personne qui a terminé le marathon avec la meilleure tenue sportive. Dans ce cas, les gagnants seraient déterminés subjectivement, sur la base des opinions et préférences des juges du concours de tenues sportives. Cette subjectivité créerait une incertitude supplémentaire dans l’esprit des participants quant à leurs chances de gagner un prix, ce qui aurait un impact sur leur décision de participer ou non et sur l’effort requis. Ces constats valent dans tous les domaines, y compris au sein même de la recherche scientifique.

Il s’ensuit les questions suivantes essentielles à se poser et à prendre en compte lors du parrainage d’un concours d’innovation.

  1. Qui doit juger les concours ?

Il convient d’examiner comment l’identité des juges dans un concours d’innovation influence la participation et les efforts déployés par les individus invités à participer audit concours. Il a été constaté que les personnes deviennent davantage confiantes lorsqu’elles arrivent à prédire les goûts des juges – et plus les individus sont assurés dans leur capacité à deviner ce que les juges trouvent créatif, mieux ils peuvent estimer leurs chances de gagner. Les recherches montrent que les individus ont le sentiment de mieux comprendre les perspectives de ceux qui leur ressemblent, ce qui augmente leur confiance dans leurs estimations des opinions des juges sur ce qui est hautement créatif ou qui ne l’est pas. Cela signifie que lorsque les juges ressemblent davantage aux participants potentiels, l’incertitude est réduite. Ces mêmes recherches ont testé si les individus sont plus susceptibles de participer à un concours de partage d’idées créatives lorsque les juges leur ressemblent plus ou moins et le résultat est sans appel. Les gens soumettent plus d’idées à ces concours lorsque les juges sont leurs pairs – des personnes exerçant le même métier et dont les goûts créatifs sont plus faciles à évaluer – que lorsque les juges sont leurs managers, dont les goûts sont plus difficiles à estimer.

  1. Quelle est la priorité : idées utiles ou idées nouvelles ?

Les recherches ont également montré que l’identité des juges influence les caractéristiques des idées soumises. La créativité d’une idée repose sur deux caractéristiques, l’utilité et la nouveauté.

Les participants aux concours tentent généralement de considérer ce que les juges sont le plus susceptible d’apprécier, à savoir les idées qui sont très utiles, qui peuvent être mises rapidement en pratique et ont un effet clair sur la valeur organisationnelle versus des idées très innovantes, particulièrement originales et contre-normatives.

Dans cette optique, lorsque les juges sont des managers, les participants soumettent des idées plus utiles. Ils estiment que la hiérarchie est plus encline à se soucier davantage de l’utilité des idées puisqu’elle supportera in fine les coûts de leur mise en œuvre.

A contrario, lorsque les juges sont leurs pairs, les participants soumettent des idées plus innovantes – et la créativité globale est plus élevée.

Il s’ensuit donc que, lorsque les managers organisent un concours de créativité, ils doivent sélectionner les juges avec soin car cette décision influencera probablement à la fois les taux de participation et les caractéristiques des idées soumises.

  1. Combien de prix faudrait-il offrir ?

Un autre élément important lors de la conception des concours d’innovation est le nombre de prix à gagner. Il existe une grande variété de structures de prix des concours, allant du modèle « tout ou rien » où le gagnant remporte tout, dans lesquels une seule soumission au concours remporte un gros prix, au modèle « universel » de récompense de participation, dans lesquels chaque soumission légitime reçoit un prix. La sélection de la structure de prix optimale pour un concours est toujours importante, mais lorsque le jugement est effectué de manière subjective, cela devient encore davantage primordial.

Lorsque l’évaluation est objective et qu’il existe un lien direct entre un effort plus élevé et une performance plus aboutie, les participants peuvent évaluer avec précision quels seront probablement leurs résultats, compte tenu de leur niveau d’effort et de leurs capacités. En conséquence, seuls les plus performants sont susceptibles de croire qu’ils ont plus de chances de gagner un prix lorsque le nombre de prix augmente. Les moins performants pourraient prédire que, même si le nombre de gagnants augmente, leur production restera probablement inférieure au seuil permettant de remporter une récompense de sorte que l’augmentation du nombre de prix n’influencera pas leurs décisions de participation.

Reprenons l’exemple plus haut du marathon : la grande majorité des participants ont des temps de course plus lents que ceux du top 10. Il est donc peu probable que leurs décisions de participation soient affectées par le fait que la course offre ou non un ou plusieurs prix. Dans une compétition à jugement subjectif – comme le concours de tenues sportives – où l'incertitude sur les goûts de l’évaluateur ne permet pas de savoir clairement qui pourrait être le meilleur, l’augmentation du nombre de prix influencera probablement positivement la probabilité estimée de victoire des participants. S’appuyant sur cette idée, l’on peut examiner si la participation augmente lorsque plusieurs petits prix sont offerts plutôt qu’un unique prix plus important. La conclusion des recherches dans le domaine conclut qu’offrir plusieurs petits prix augmente la participation, mais seulement pour certaines personnes, celles qui sont démographiquement sous-représentées dans les efforts créatifs.

Pourquoi cet effet ne serait-il présent que pour ceux qui sont démographiquement sous-représentés ? Ceci peut être attribué à la perception, au degré de confiance de la personne dans le fait que sa créativité puisse être reconnue ou non par les autres.

Les jeunes hommes sont souvent considérés comme des innovateurs. Le fait que des précurseurs célèbres comme Mark Zuckerberg soient des hommes et étaient dans la vingtaine lorsqu’ils ont développé leurs idées, pour la première fois, a contribué à créer cette perception sociétale et les recherches sur ce point sont convaincantes.

Les thèses de doctorat des jeunes hommes sont aussi souvent considérées comme plus innovantes, même en maintenant constant le niveau réel de créativité du travail[1]. Les jeunes hommes sont également plus susceptibles de recevoir du capital-risque pour leurs idées commerciales que les entrepreneurs de tout autre groupe démographique[2].

Ce n’est donc pas surprenant que les jeunes hommes soient susceptibles d’avoir plus confiance dans leur capacité à remporter une compétition, même lorsqu’ils concourent pour un prix où un unique vainqueur remporte tout.

Compte-tenu de cette perception, il est également logique que les personnes âgées et/ou les femmes se sentent moins optimistes quant à leurs chances, ce qui rend les concours de type « tout ou rien » peu attrayants pour ces personnes. Cela correspond bien à ce que les recherches ont révélé : les personnes âgées et/ou les femmes soumettent beaucoup plus d’idées lorsqu’elles concourent pour plusieurs petits prix plutôt que pour un seul grand prix.

Il y a néanmoins un inconvénient potentiel à remplacer une structure de prix où le gagnant remporte tout par des prix multiples et plus modestes. Cela pourrait affecter négativement les efforts déployés par les participants pour développer leurs idées, conduisant à des concepts de moindre qualité. Les recherches ont effectivement démontré que la nouveauté moyenne et la créativité globale des idées diminuent lorsque plusieurs petits prix sont offerts plutôt qu’un seul prix. L’effet négatif sur la nouveauté était évident même dans les meilleures soumissions, ce qui suggère que les participants faisaient moins d’efforts pour soumettre des idées novatrices lorsqu’ils concouraient pour plusieurs petits prix.

Un autre point à retenir consiste en ce que les participants ont réduit le temps passé à développer leurs idées lorsqu’ils concouraient pour plusieurs petits prix plutôt qu’un seul grand prix.

  1. Enseignements en matière de conception des concours d’innovation

La créativité demeure la partie floue de l’innovation. Alors que les tâches de plus en plus banales et répétitives sont prises en charge par les algorithmes et les machines, il devient nécessaire que les collaborateurs fassent ce pour quoi ils sont particulièrement qualifiés, c’est-à-dire être créatifs.

Même si les employés ont probablement de nombreuses idées créatives, les managers doivent les motiver et faciliter leur développement et leur partage.

Les concours d’innovation restent un moyen efficace à même d’encourager les employés à partager leurs idées, mais, dès le départ, les dirigeants doivent soigneusement décider des intérêts ultimes de leur entreprise afin de pouvoir ensuite adapter la conception de la compétition permettant d’atteindre les objectifs recherchés.

Il convient de tenir compte des lignes directrices ci-après :

  • Si vous voulez être sûr de susciter des idées auprès de l’ensemble de vos collaborateurs, – en d’autres termes, que toutes les voix soient entendues – un concours avec plusieurs petits prix reste le plus indiqué.
  • Si vous souhaitez obtenir de nombreuses idées utiles qui mèneront à des améliorations continues des processus, il est nécessaire de faire appel aux managers comme juges.
  • Si vous désirez susciter une très bonne idée, il est important d’offrir un gros prix et de faire en sorte que les juges soient les pairs des participants au concours. Cela se traduira par des efforts supplémentaires de la part des participants pour développer des idées et proposer une réflexion originale.

Un autre grand avantage des concours tient au fait que les dirigeants des organisations ont la possibilité de les ajouter aux systèmes existants de récompense et d’évaluation des performances. Les dirigeants n’ont pas besoin de remanier complètement ces systèmes pour promouvoir le partage d’idées.

En conclusion et c’est peut-être l’aspect le plus important, les organisations n’ont pas besoin de se limiter à un seul concours. Au lieu de cela, les dirigeants peuvent organiser différentes compétitions, avec des conceptions différentes, en fonction des priorités organisationnelles du moment, et ce, afin d’exploiter au maximum la créativité de leurs employés. Il est ainsi utile d’organiser des concours d’innovation, mais il faut d’abord réfléchir attentivement à ce qui est important pour son organisation et concevoir les divers concours en conséquence.


[1] B. Hofstra, V.V. Kulkarni, S. Munoz-Najar Galvez, et al., “The Diversity-Innovation Paradox in Science,” PNAS 117, no. 17 (Apr. 28, 2020): 9284-9291.

[2] R. Kornblum, “Stanford Professor: Older Founders Don’t Need VCs,” Business Insider, June 16, 2016, www.businessinsider.com; and I.H. Lang and R. Van Lee, “Institutional Investors Must Help Close the Race and Gender Gaps in Venture Capital,” Aug. 27, 2020, Harvard Business Review, https://hbr.org.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

A lire aussi


Communication financière

REIM Partners :Publication de la valeur liquidative exceptionnelle de l’OPCI « SYHATI IMMO SPI » au 31 janvier 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.