Othmane Benmoussa

Enseignant-chercheur en Systems Thinking et directeur de l’Euromed Polytechnic School -Université Euromed de Fès

Défier un supérieur : une dynamique délicate à observer

Le 28 novembre 2023 à 11h02

Modifié 28 novembre 2023 à 11h02

Défier un supérieur nécessite plus que simplement élever la voix ; cela implique de comprendre, de naviguer et de s’engager dans la danse subtile, mais complexe de la dynamique du pouvoir, de la diplomatie et du respect mutuel. Aborder quelqu’un situé au-dessus de vous dans la hiérarchie professionnelle nécessite un équilibre délicat et une compréhension profonde de la personne et de la situation.

Pour ceux souhaitant maintenir le décorum professionnel et évoluer positivement dans leur rôle, ce papier peut contribuer à garantir que les conversations difficiles menées soient à la fois constructives et respectueuses.

  1. Choisir judicieusement ses batailles

Les lieux de travail représentent des écosystèmes dynamiques d’opinions, de processus et de méthodologies. Il peut être tentant d’aborder chaque désaccord ou divergence d’opinion que l’on rencontre, mais la sagesse réside dans le discernement des batailles qui valent la peine d’être menées. Chaque fois qu’un désaccord potentiel survient, il faut réfléchir quant à sa pertinence qui justifierait ou non une confrontation. Des divergences d’opinion mineures pourraient être traitées plus efficacement via des canaux passifs ou devraient même être négligées. A contrario, des préoccupations plus vastes, notamment celles affectant la dynamique d’équipe, la culture d’entreprise ou les objectifs commerciaux, nécessitent une approche plus directe.

  1. Comprendre l’importance du timing

Dans la sphère professionnelle, le timing est primordial. Choisir le bon moment peut faire la différence entre une préoccupation réellement résolue ou rejetée à la hâte. Avant même d’envisager de défier un supérieur, il est crucial de faire une pause et d’évaluer la situation selon une perspective holistique. La préoccupation devant être soulevée est-elle si urgente qu’elle nécessite une réponse immédiate ? Alternativement, serait-il préférable de la réserver pour plus tard dans le cadre d’une discussion privée, permettant de livrer de plus amples nuances ?

Il est sage d’éviter de confronter ses supérieurs lors de situations de forte pression ou dans le cadre de forums publics car cela peut être interprété, à tort souvent, comme une tentative de perturber ou d’organiser un « spectacle ». En choisissant le moment optimal, l’on trace un chemin plus fluide pour un dialogue constructif.

  1. Privilégier les échanges privés

L’environnement dans lequel l’on choisit d’exprimer ses craintes joue un rôle central dans la manière dont les diverses préoccupations sont recueillies. S’engager dans des désaccords ou des conflits publics peut entraîner de multiples complications imprévues, notamment comme le fait d’être perçu comme agressif ou conflictuel. En choisissant un cadre privé pour ces échanges, une atmosphère propice à un dialogue ouvert et authentique prend place. Cette approche minimise non seulement les préjugés et biais potentiels, mais renforce également l’idée selon laquelle l’intention est de nature constructive et non une critique publique.

  1. Maîtriser l’art des déclarations

Une communication efficace dépend autant du contenu que de la manière de le véhiculer. Les mots choisis et la manière dont on exprime ses préoccupations peuvent influencer considérablement la façon avec laquelle un message est reçu. Au lieu d’adopter un ton potentiellement conflictuel, il est fortement recommandé d’utiliser des déclarations à la première personne du singulier pour exprimer des observations, des sentiments et des suggestions.

Par exemple, au lieu de dire sans ambages « Vous avez négligé cet aspect crucial », une approche plus collaborative serait « Je pense que cet aspect particulier pourrait bénéficier d’une plus grande attention ».

Cette approche présente l’avantage de mettre l’accent sur le fond et non sur les préjugés ou les confrontations personnelles, rendant tout échange a minima stérile.

  1. S’inscrire dans une logique de « feedback »

La démarche consistant à défier un supérieur ou à exprimer des préoccupations est intrinsèquement double. Ce n’est pas seulement un moyen pour exprimer ses pensées, mais également une opportunité de comprendre le point de vue de l’autre partie.

Faire preuve d’une véritable ouverture d’esprit en étant pleinement réceptif aux commentaires, surtout négatifs, même s’ils contredisent son point de vue, est essentiel. Cette approche ouvre non seulement la voie au respect mutuel, mais favorise également une culture d’apprentissage continu et de collaboration au sein de l’organisation.

  1. S’aligner avec des pairs partageant des idées similaires, mais avec tact

Même si les préoccupations individuelles ont leur mérite, des « soutiens » émanant d’autres collègues procurent un caractère indéniablement plus solide.

Trouver des alliés ou des collègues qui partagent son point de vue peut ajouter du poids à ses préoccupations, mais il est toutefois impératif que cet alignement ne soit pas perçu comme une tentative de faire pression, voire de division.

L’accent doit toujours être mis sur le bénéfice collectif de l’organisation plutôt que sur la formation de factions au sein de l’équipe.

  1. Garder les objectifs organisationnels au premier plan

Toutes les préoccupations ou défis soulevés doivent pleinement résonner avec les objectifs plus larges de l’organisation.

En alignant systématiquement ses commentaires et suggestions sur la mission et les valeurs de l’entreprise, tout supérieur se sent rassuré sur l’engagement de ses collaborateurs envers la réussite collective de l’organisation plutôt que sur des aspirations individuelles.

  1. Se préparer à un éventail de réactions

Même si l’on espère des résultats positifs et constructifs suite aux désaccords mis en exergue, il est essentiel de se préparer à divers scenarii.

Un supérieur peut être réceptif, indifférent ou même sur la défensive. En anticipant ces réponses potentielles et en planifiant des stratégies en conséquence, l’on s’assure de rester constructif et professionnel, et ce, indépendamment des réactions immédiates.

Toute interaction professionnelle, en particulier celle impliquant un défi ou une confrontation, offre une riche opportunité de croissance personnelle. Après de tels échanges, il faut prendre le temps d’évaluer l’efficacité de la conversation, les stratégies utilisées et les résultats obtenus. Ces réflexions mettront en évidence des leçons inestimables et aideront à affiner et à améliorer continuellement ses compétences en communication pour de futurs défis.

In fine, même si la tâche de défier un supérieur peut sembler semée d’embûches, elle peut être gérée avec tact et professionnalisme sous réserve d’utiliser des stratégies appropriées et de mettre l’accent sur le développement et le respect mutuels.

Encourager un dialogue ouvert et une culture de feedback demeure le fondement des organisations innovantes et avant-gardistes, encourageant la réflexion, l’adaptation et l’évolution.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

A lire aussi


Communication financière

Upline Capital Management: FCP “CIMR PATRIMOINE” Rapport du commissaire aux comptes exercice du 1er Janvier 2023 au 31 Décembre 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.