Round up. Voici où en est le projet de ligne à grande vitesse Kénitra-Marrakech

Le projet de ligne à grande vitesse de Kénitra à Marrakech va bon train. Selon un planning récent de l’ONCF, ce projet devrait obtenir l’autorisation de mise en service vers fin 2029. Le point sur l’avancement de ce chantier d’envergure. 

Round up. Voici où en est le projet de ligne à grande vitesse Kénitra-Marrakech

Le 25 février 2024 à 17h00

Modifié 26 février 2024 à 19h03

Le projet de ligne à grande vitesse de Kénitra à Marrakech va bon train. Selon un planning récent de l’ONCF, ce projet devrait obtenir l’autorisation de mise en service vers fin 2029. Le point sur l’avancement de ce chantier d’envergure. 

L’extension de la LGV Tanger- Rabat vers Marrakech puis Agadir s’est accélérée depuis l’annonce de la candidature unique et conjointe de l’organisation de la Coupe du monde 2030 par le Maroc, l’Espagne et le Portugal.

C’est un des nombreux chantiers structurants qui doivent être prêts pour cette échéance. L’extension de la ligne à grande vitesse (LGV) est constituée de deux axes principaux, Kénitra-Marrakech et Marrakech-Agadir. 5 des six villes marocaines seront ainsi desservies par LGV.

Cet article fera le focus sur l’axe Kénitra-Marrakech, qui est le plus avancé. Nous reviendrons plus tard sur l’axe Marrakech- Agadir. 

Le Grand stade de Casablanca à Benslimane sera desservi par la LGV

L’ONCF multiplie les consultations publiques et les marchés dans le sens de faire aboutir ce projet dans les délais fixés à savoir 2029. Et ce n’est pas une mince affaire, car le chantier est colossal. Ce sont de nouvelles voies à créer, d’autres à aménager, de nouvelles gares à mettre en place,… le tout à faire en 5 ans.

D’importants travaux doivent être menés dont la conception et la réalisation des aménagements des installations terminales de Rabat, Casablanca et Marrakech, la conception et la réalisation des équipements ferroviaires et du système de signalisation et des télécommunications, la mise à niveau de la signalisation de certaines lignes classiques, ou encore la préparation à l’exploitation des installations infrastructures,… Nous parlons d’un investissement de 42 à 50 MMDH pour l’axe Kénitra- Marrakech. 

La ligne reliant Kénitra et Marrakech sera conçue pour une circulation de trains voyageurs à une vitesse maximale de 350 km/h, mais sera exploitée à 320 km/h, sur une longueur d’environ 450 km. Elle transitera à la fois en campagne et dans les zones métropolitaines de Rabat, Salé, Casablanca et Marrakech.

Le tracé passera par Sidi Ichou, Kénitra, Rabat-Agdal, Aïn Atiq, Skhirat, Mohammadia, Zenata, Aïn Sebaa, Casa-Port, Casa-Voyageurs, Bouskoura et desserte de Benslimane, Nouaceur, Aéroport Mohammed V, raccordement Berrechid et contournement de Casablanca, Skhour Rhamna, pour arriver enfin à Marrakech.

Le Grand stade de Casablanca à Benslimane sera desservi par la LGV, comme le montre le schéma ci-dessous. La desserte ferroviaire du stade de Marrakech est également prévue. 

Selon le schéma, deux itinéraires sont envisagées en arrivant à Casablanca. La ligne LGV passera par une voie de contournement de Benslimane (stade) vers Nouaceur, où un nouveau terminal ou hub sera installé pour poursuivre sa route vers Marrakech. 

Selon les documents des consultations publiques, l'ONCF précise que "dans la partie sud du hub de Casablanca, la ligne nouvelle se détachant de la ligne actuelle à Bouskoura est exclusivement à vocation de circulation des rames des navettes aéroport, Al Boraq (GV) et haute performance".

Et d'ajouter, "Ce nouveau barreau d'infrastructure n'est pas conçu selon les référentiels de LGV, la vitesse maximale étant inférieure aux seuils habituellement retenus. La LGV démarre ensuite formellement au sud du nouveau hub Nouaceur, au-delà du raccordement de Berrechid".

Selon les différents documents d’appels d'offres lancés par l’ONCF dans le cadre de ce projet et consultés par Médias24, "les trains Al Boraq circuleront sur cette nouvelle ligne. Un train haute performance est également prévu de circuler sur la LGV, mais en vitesse commerciale de 220 km/h entre le raccordement de Sidi Ichou, le tunnel de Rabat, Aïn Atiq et Zenata".

"Les voies existantes et les nouvelles voies autres que celles dédiées à la LGV seront elles réservées aux services, trains navettes, fret et autres où la circulation est prévue à une vitesse maximale de 160 km/h", précise également l’ONCF.

Les nouvelles gares prévues

Le plan de développement de la LGV prévoit la construction de cinq nouvelles gares grande vitesse. Celles-ci seront construites au niveau de Casa Sud, de l’aéroport Mohammed V, au nouveau terminal de Nouaceur, près du grand stade de Benslimane et à Marrakech Palmeraie.

Les gares existantes Rabat-Agdal, Casa-Voyageurs, Bouskoura et Marrakech Ville seront, quant à elle, réaménagées pour l’accueil des trains supplémentaires à grande vitesse. 

Sur ce volet, la construction de gares de train de proximité est également programmée. Il s’agit d’une trentaine de gares dans les zones métropolitaines de Rabat, Casablanca, et Marrakech pour assurer le rabattement des voyageurs vers les trains à grande vitesse et augmenter la mobilité urbaine.

L’Office envisage par ailleurs de créer des bases de travaux et de maintenance à la gare de Rabat-Agdal et Aïn Sebaa, à hauteur de Bouskoura et du hub de Nouaceur, entre Nouaceur et la gare de Berrechid, au niveau de Settat, Benguerir et de Sidi Ghanem, pour la nouvelle gare de Marrakech Palmeraie.

L’autorisation à la mise en service de la LGV prévue entre septembre et novembre 2029

Dans le cadre de l’un de ses marchés en relation avec la réalisation de la LGV, l'ONCF a communiqué un planning de réalisation du projet. On y apprend que  l’homologation et l’autorisation à la mise en service commerciale de cette ligne sont prévues entre septembre et novembre 2029. Cette phase sera précédée par des essais entre juin et septembre 2029.

D'ici à 2029, d'autres échéances sont prévues dont l'une primordiale pour la bonne marché du projet à s'avoir la sécurisation du foncier nécessaire. Le chantier a débuté en 2023, devrait pour sa part être réglé en mai 2025. En novembre 2023, les expropriations de 380 kilomètres ont été pratiquement bouclées pour la partie Kénitra-Marrakech. 

Toutes les études nécessaires à ce chantier devraient prendre fin en octobre 2024. Certains travaux devraient toutefois démarrer en parallèle, notamment ceux relatifs :

  • aux bâtiments : ayant démarré en novembre 2023, ils devraient s’achever en septembre 2028 ;
  • aux travaux du tunnel de Rabat, qui devraient durer entre mars 2024 et avril 2028 ;
  • aux travaux de génie civil, qui devraient démarrer en juin 2024 et s’achever en octobre 2027 ;
  • aux travaux de la voie exploitée, qui devraient durer de juin 2024 à juin 2029 ;
  • aux travaux d’équipements ferroviaires et de système, qui devraient pour leur part démarrer en octobre 2026 pour s’achever en mai 2029.

Bientôt les travaux de dégagement pour l’axe Kénitra-Marrakech 

Lancé fin 2023 par l’ONCF, le marché relatif à la réalisation des travaux de dégagement et préparation préalable des emprises pour la ligne à grande vitesse sur l’axe Kénitra-Marrakech a été attribué ce 23 février.

Ces travaux, dont le coût des prestations est estimé à près de 146 millions de DH et le délai de réalisation fixé à 14 mois, seront réalisés sur les cinq tronçons suivants par :

- STAM pour le tronçon Sidi Ichou / Kénitra / Rabat Agdal ;

- Groupement Staport & Viales Y Obras Publicas SA  pour le tronçon Rabat Agdal / Ain Atiq / Skhirat / Zenata / Mohammadia Faculté / Ain Sebaa / Casa Port / Casa Voyageurs / Bouskoura et desserte de Benslimane ;

- Melatra pour le tronçon Bouskoura / Nouaceur / Aéroport Mohammed V / raccordement Berrechid et contournement de Casablanca ;

- STAM pour le tronçon raccordement Berrechid / Skhour Rhamna ;

- Groupement STDDM & CTGR pour le tronçon Skhour Rhamna / Marrakech.

Ces travaux consistent, entre autres, à dégager les emprises pour les préparer à recevoir les travaux de construction de la LGV. Ils comprennent notamment les installations de chantier, les travaux de dégagement des emprises proprement dit, les travaux particuliers de démolition (d’immeubles, de villas en zone urbaine, de coupe et de dessouchage des arbres des forêts) ainsi que les travaux de préparation des bases de travaux, notamment les travaux de terrassements (remblais et/ou déblais du terrain naturel par endroits...).

D’autre grands marchés récemment lancés, non encore attribués

D’autres grands marchés sont cependant toujours en cours. La majorité d’entre eux ont été lancés depuis le début de l’année courante.

Les derniers en date sont relatifs à la réalisation des travaux de génie civil et aux prestations d’assistance à la maîtrise d’ouvrage des projets d’infrastructures de la LGV entre Kénitra et Marrakech.

Le premier concerne les travaux de génie civil sur près de 400 km. Il est constitué de sept lots au total.

Le second a pour objet la réalisation, par le titulaire, des prestations d’assistance à la maîtrise d’ouvrage et de visa des études d’infrastructure génie civil des projets nécessaires à l’augmentation de la capacité ferroviaire située entre Kénitra et Marrakech.

Les travaux prévus comprennent, les lignes ferroviaires à grande vitesse entre Kénitra et Marrakech, d’une longueur de 430 km environ ; les nouvelles lignes de desserte des futurs stades de Benslimane et Marrakech ; les aménagements sur la ligne classique d’augmentation de la capacité entre Fès et Marrakech ; la construction ou la rénovation des gares voyageurs le long du parcours du projet ; et la construction d’un atelier de maintenance des rames à grande vitesse.

Ce marché est constitué de quatre tranches, dont une ferme et trois conditionnelles.

La première tranche, dont le coût de réalisation est estimé à 750 MDH, consiste en l’assistance au pilotage et à l’intégration du projet. Elle devrait être réalisée en 48 mois ;

La première tranche conditionnelle, quant à elle, est relative à l’assistance au pilotage et à l’intégration du projet complémentaire, pour 420 MDH. Son délai de réalisation est fixé à 36 mois ; La seconde tranche conditionnelle concerne l’assistance aux essais et à l’homologation pour 100 MDH (30 mois) ; La troisième tranche conditionnelle concerne enfin le visa des études d’infrastructure génie civil, pour 130 MDH (36 mois).

Le délai global d’exécution de ce marché n’excédera donc pas 84 mois, pour un montant global de 1,4 MMDH. 

Parmi les appels d’offres lancés récemment, figurent également les marchés de :

- Travaux de redressement et d’embellissement des façades au niveau des quartiers sous équipés sur l’axe LGV à l’entrée de la ville de Tanger pour 7,8 MDH ;

- Prestations d’assistance au fonctionnement des entités du pôle projet LGV pour plus de 5 MDH, dont les travaux devront être exécutés en 48 mois ;

- Travaux d’entretien et maintenance des ouvrages sur le parcours de l’arrondissement maintenance LGV entre Tanger et Kénitra. Le montant annuel de ce marché cadre est compris entre 4,2 MDH (minimum) et 6 MDH (maximum). Les travaux prévus dans ce marché concernent les travaux de génie civil nécessaires à la protection et au maintien de l’infrastructure ferroviaire de LGV entre Tanger et Kénitra. 

- Les missions d’assistance à la maîtrise d’ouvrage pour le suivi environnemental et social du projet de la LGV entre Kénitra et Marrakech, y compris le hub de Casablanca pour 10,38 MDH (72 mois).

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

CTM: COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.