Renault Maroc : la production en hausse de 9% en 2023, dont 90% exportés vers 68 pays

En 2023, le groupe Renault Maroc a maintenu sa position au niveau mondial comme au Maroc. Pour 2024, de nombreux projets sont prévus pour renforcer sa compétitivité et celle de ses équipementiers installés dans le Royaume. Bilan.

Renault Maroc : la production en hausse de 9% en 2023, dont 90% exportés vers 68 pays

Le 23 janvier 2024 à 18h24

Modifié 23 janvier 2024 à 18h25

En 2023, le groupe Renault Maroc a maintenu sa position au niveau mondial comme au Maroc. Pour 2024, de nombreux projets sont prévus pour renforcer sa compétitivité et celle de ses équipementiers installés dans le Royaume. Bilan.

Le groupe Renault Maroc a livré ce mardi 23 janvier son bilan pour l’année 2023. Tout en insistant sur son importance au niveau du groupe à l’international, Mohamed Bachiri, directeur général, a souligné lors de son intervention qu’en "2023, le groupe Maroc s’est positionné en 10e marché du groupe au niveau mondial", réussissant ainsi à maintenir sa position par rapport à 2022.

Plus de 380.000 véhicules produits par le groupe Maroc en 2023

"Durant l'année écoulée, le tiers des véhicules vendus sur le marché marocain portait les marques Dacia ou Renault", a-t-il déclaré, notant qu'en "termes de volume de production, on est devenus, pour la deuxième année consécutive, le second producteur de véhicules au niveau mondial du groupe, après la France".

Sur la partie industrielle, "Renault Maroc a produit 382.661 véhicules en 2023, soit plus de 9,3% par rapport à 2022", a indiqué son directeur général. "Ce chiffre représente 17% du total des ventes du groupe dans le monde".

"288.000 de ces véhicules ont été produits dans l’usine de Tanger, soit près de 13% de plus qu’en 2022, tandis qu’au niveau de l'usine de la Somaca, ce sont près de 95.000 véhicules qui ont été produits par le groupe Maroc en 2023. C’est donc un nouveau record battu", se félicite Mohamed Bachiri. "Il s’agit de quelques centaines de véhicules de plus qu’en 2022".

"Je me rappelle encore qu’en 2015, on était sur les 50.000 véhicules produits au niveau de l’usine de Casablanca, un chiffre que l’on a doublé en presque sept à huit années. L’usine dispose aujourd’hui d’une capacité de production de 100.000 véhicules".

4 véhicules sur 10 des plus vendus au Maroc portent les marques Dacia ou Renault

"À ce jour, nous fabriquons un total de 1.765 véhicules par jour", précise le directeur général de Renault Maroc. "Ce sont près de 2.000 pièces que l’on assemble, avec tous les équipements et l’écosystème qu’il y a autour. Ce n’est pas rien".

Cette production est distribuée comme suit : "420 véhicules à la Somaca, et plus de 1.300 à l’usine de Tanger". Et de poursuivre : "Ainsi 4 véhicules sur 10 des plus vendus au Maroc y sont produits, et portent les marques Dacia ou Renault".

90% de la production marocaine exportée

En termes d’exportation, sur le total des véhicules produits en 2023, 343.652 ont été exportés, soit une augmentation de plus de 14,5% qu’en 2022, toujours selon Mohamed Bachiri.

"Près de 90% de la production marocaine dans les deux usines du groupe Maroc est donc exportée". Dans le détail, ce chiffre atteint 94% au niveau de l’usine de Tanger, ce qui correspond à près de 270.000 véhicules produits exportés, contre 78% à la Somaca, soit 74.000 véhicules exportés. "L’usine de la Somaca n’est donc pas simplement dédiée au marché local. Loin de là, puisque près de 80% de sa production est exportée", souligne-t-il.

Ces voitures sont exportées vers plus de 68 pays étrangers, ce qui fait rayonner le made in Morocco. "On contribue ainsi à la filière automobile dans le monde entier". D’ailleurs, "la Sandero, produite dans nos usines marocaines, est le véhicule particulier le plus vendu en Europe".

65,2% d’intégration en 2022, en avance sur les objectifs

Sur la partie "écosystème", qui est très importante pour le groupe, et que ce dernier s’est engagé à développer pour renforcer l’attractivité de la plateforme industrielle et la compétitivité du pays, Mohamed Bachiri déclare qu’en "2022, le groupe Maroc est arrivé à un taux d’intégration de 65,2% contre 40% en 2006". Ce taux indique le volume des pièces montées fabriquées par des équipementiers installés au Maroc.

En l’absence des chiffres de 2023, qui sont encore en cours de validation par le gouvernement, le directeur général de Renault Maroc a exposé ceux de 2022, qui se présentent comme suit : un chiffre d’affaires de 1,86 millions d’euros de sourcing local, ce qui représente 22,4 milliards de DH (MMDH) de chiffre d’affaires. "Nous avons donc atteint les objectifs de 2023 en 2022. On est en avance d’une année par rapport à nos engagements dans l’écosystème automobile", souligne Mohamed Bachiri.

"Nous avons toutefois pris des engagements sur le second écosystème, pour la période 2023-2030, en termes d’intégration locale. Nous avons comme objectif un taux d’intégration de 82% à l’horizon 2030, soit 33 MMDH de chiffre d’affaires".

Pour l'atteindre, "nous avons une feuille de route bien établie. Si tout se passe comme prévu, on sera l’un des rares pays avec un taux d’intégration aussi profond, ce qui renforcera notre compétitivité et celle des équipementiers installés au Royaume".

Et d’ajouter : "Les fournisseurs dits de ‘rang 1’ sont passés de 26 en 2016 à 87 actuellement".

À l'horizon 2030, priorité à l'intégration en profondeur et aux matières premières

Pour les années à venir, "nous travaillerons sur deux points essentiels en termes d’intégration", poursuit Mohamed Bachiri. "Le premier est relatif à l’intégration en profondeur. Dans ce sens, nous sommes en train de nous positionner sur les rang 2 et rang 3, pour accompagner les rang 1 à être plus compétitifs".

"Le second point a trait à la matière première, notamment à travers le contrat signé avec Managem pour la production de batteries électriques à partir de cobalt. L’enjeu des matières premières est fondamental pour renforcer l’écosystème, et aidera a créer des milliers d’emplois".

Toutes ces performances placent ainsi le groupe Renault Maroc en première position des entreprises privées dans le Royaume, selon son directeur général. "En 2022, le Maroc a réalisé un chiffre d’affaires de 100 MMDH à l’export, dont 40% réalisé par Renault", a-t-il déclaré à la presse. "En 2023, le CA à l’export sera d’environ 138 à 140 MMDH. En novembre déjà, on était à 130 MMDH. Ce sont des chiffres importants sur lesquels la filière automobile se positionne en première position. Nous avons ainsi dépassé les phosphates depuis 2014".

Baisse des ventes pour Dacia en 2023 et stagnation pour Renault

Plus en détail, Fabrice Crevola, directeur général de Renault Commerce Maroc, également directeur général des marques Dacia et Alpine, est revenu lors de cette conférence de presse sur les performances de Dacia, qui n’ont pas été au rendez-vous en 2023, contrairement à celles réalisées au niveau mondial.

En cause, l’inflation qui a impacté le pouvoir d’achat et a compliqué l’accès au financement, mais aussi le programme du renouvellement du parc des taxis qui arrive à terme.

"L’évolution de Dacia au Maroc est de -13% en 2023, soit en recul par rapport à 2022. Cette situation s’explique par la morosité du marché, constatée notamment au niveau des véhicules particuliers", a souligné Fabrice Crevola, rappelant que "les clients de la marque sont souvent des primo-accédants. Dans ce contexte de forte pression sur le pouvoir d’achat, ces derniers ont été très impactés".

"Le second effet est celui des taxis, qui représentent 90% de part de marché de la marque Dacia. La fin du programme de renouvellement du parc a fait baisser de 30% le volume des ventes", conclut-il, tout en espérant qu’en 2024 Dacia reprendra l’ascendant.

En ce qui concerne Renault, l’année 2023 a été celle de la consolidation. L’année a toutefois été compliquée pour la marque qui était en manque de son modèle Clio, l’un de ses piliers.

Pour 2024, Renault ambitionne d’accélérer la cadence, notamment par la mise sur le marché de nouveaux produits, à savoir :

- la nouvelle Clio, qui arrive le 1er mars 2024 en trois modèles (essence, diesel et hybride), et dont les commandes démarreront le 1er février 2024 ;

- la Megane e-tech, première voiture 100% électrique de la marque Renault qui sera lancée au printemps ;

- le Kangoo qui revient avec deux modèles : la voiture particulière thermique, et un van 100% électrique ;

- le Kardian, qui sera le véritable game changer. Il s’agit d’un SUV compact et urbain du segment B, qui sera industrialisé à l’usine de la Somaca pour un lancement commercial au 2e semestre au Maroc.

Quelles perspectives pour le groupe Maroc en 2024 ?

"En 2024, le groupe Renault Maroc ambitionne de renforcer son rôle de leader de la filière automobile marocaine", d’après Mohamed Bachiri.

"Cette vision se traduira notamment par l’augmentation capacitaire au niveau national, pour passer à 500.000 véhicules par an à partir de 2025. Elle se traduira également par la concrétisation des projets industriels, notamment la construction de la Dacia Jogger à Tanger, et du Renault Kardian à Somaca".

"Le troisième point concerne le développement de nos compétences stratégiques. Nous avons décidé de créer un pôle de compétences à travers la mise en œuvre d’un hub digital, ainsi qu’un centre de recherches et développement qui verra bientôt le jour. Nous prévoyons également de développer un écosystème d’innovation qui tournera autour du software, en plus d’un projet d’économie circulaire, à travers le recyclage des déchets qu’on génère pour les réintégrer dans la fabrication", conclut Mohammed Bachiri.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

REIM Partners: Publication de la valeur liquidative exceptionnelle de l’OPCI « SYHATI IMMO SPI » au 15 mars 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.