Data. Les championnats du Golfe riment-ils avec déclin sportif pour les internationaux marocains ?

Les championnats d’Arabie saoudite et du Qatar sont souvent synonymes de derniers contrats juteux pour des footballeurs trentenaires en fin de carrière. Yassine Bounou, Romain Saïss et Sofiane Boufal ont certes quitté le Vieux continent pour le Moyen-Orient, mais ils sont encore loin du déclin sportif. Preuve par les chiffres, à moins d’un mois du début de la Coupe d’Afrique des Nations 2023, en Côte d’Ivoire, du 13 janvier au 11 février 2024.

Data. Les championnats du Golfe riment-ils avec déclin sportif pour les internationaux marocains ?

Le 27 décembre 2023 à 17h17

Modifié 28 décembre 2023 à 15h46

Les championnats d’Arabie saoudite et du Qatar sont souvent synonymes de derniers contrats juteux pour des footballeurs trentenaires en fin de carrière. Yassine Bounou, Romain Saïss et Sofiane Boufal ont certes quitté le Vieux continent pour le Moyen-Orient, mais ils sont encore loin du déclin sportif. Preuve par les chiffres, à moins d’un mois du début de la Coupe d’Afrique des Nations 2023, en Côte d’Ivoire, du 13 janvier au 11 février 2024.

Dans quelques heures, Walid Regragui annoncera la liste des internationaux qui participeront à la Coupe d’Afrique des Nations 2023 (du 13 janvier au 11 février) en Côte d’Ivoire. Il fait peu de doutes que les cadres seront de la partie, mais ont-ils réussi à maintenir un niveau de performance équivalent à celui du Mondial 2022 ? 

Si la question se pose, c’est parce que trois titulaires inamovibles du Onze national ont cédé à l’appel lucratif des championnats du Qatar et d’Arabie saoudite. Si Yassine Bounou, Romain Saïss et Sofiane Boufal jouissent d’une situation financière en or, sportivement, le niveau du football saoudien et qatari suscitent des craintes, surtout quant à la capacité de ces derniers à se maintenir au sommet. 

Qu’en est-il réellement ? Statistiquement, le déclin sportif de Saïss and Co n’est pas si évident. Pour étayer ces propos, il faut d’abord comparer le niveau réel des championnats d’Arabie saoudite et du Qatar par rapport aux ligues où évoluent les internationaux marocains concernés.

Pour les professionnels du ballon rond, les championnats des pays du Golfe se caractérisent par une hétérogénéité entre des clubs super puissants sportivement et financièrement, et d’autres entités dont les ressources sont plus limitées sur tous les plans. Le mercato de grande envergure réalisé par les clubs saoudiens et qataris les plus huppés lors de la dernière fenêtre de transferts estivale, n’a fait que renforcer un constat qui ne plaide pas, a priori, en faveur d’une compétitivité élevée.

Techniquement proche du football européen

Afin de situer le niveau de la Saudi Pro League et de la Qatar Star League par rapport aux championnats européens (Espagne, France, Turquie), Médias24 a sélectionné plusieurs critères techniques, tactiques et physiques : 

- Buts par match ; 

- Tirs par match ;

- Intensité des challenges* ;

- PPDA** ; 

- Passes réussies ;

- Moyenne d’âge.

Il s’avère que les championnats du Golfe n’ont pas usurpé leur réputation de creusets de joueurs trentenaires au crépuscule de leurs carrières. En effet, la Saudi Pro League présente la moyenne d’âge la plus élevée. Au pied du podium, on retrouve la Qatar Star League, devancée par le championnat turc. 

Sur le plan de la maîtrise technique, notamment par la passe, les joueurs évoluant en Arabie saoudite n’ont rien à envier aux pensionnaires des championnats européens. Même la Liga, réputée pour sa technique, présente un taux de passes réussies équivalent ou inférieur. En revanche, la ligue qatarie est à la traîne par rapport à celle d’Arabie saoudite.

Offensivement, le spectacle n’est pas moins au rendez-vous dans les pays du Golfe que sur le Vieux continent. Le ratio but par match est plus élevé en Arabie saoudite et au Qatar qu’en Espagne, Turquie et France. Cette donnée est toutefois à relativiser au vu de l’intensité défensive inférieure, surtout en Arabie saoudite. 

A la lumière de ces éléments, il est légitime de se demander si les performances des joueurs marocains qui ont récemment signé au Moyen-Orient ont été impactées par ce manque d’intensité défensive, qui s’avère être la principale ligne de démarcation entre deux styles de football pas si éloignés l’un de l’autre. 

Yassine Bounou plus décisif

Malgré une saison 2022-2023 riche en émotions, ponctuée par un parcours héroïque lors du Mondial 2022 et un titre en Europa League, Yassine Bounou a vécu une saison mitigée en Liga où il s’est sauvé de justesse de la relégation avec le F.C Séville. La faute à l’une des pires défenses de Liga dont la fragilité laissait le plus souvent le portier marocain livré à lui-même face aux attaquants adverses. 

Mais depuis son transfert au club saoudien d’Al Hilal, Yassine Bounou est auteur de prestations de haute volée. Présent dans le top 5 des meilleurs gardiens du championnat, le Golden Glove africain dirige d’une main de fer la meilleure défense de la Saudi Pro League. Ce n’est pas une surprise qu’Al Hilal soit leader à la mi-saison, avec sept points d’avance sur Al Nassr de Cristiano Ronaldo. 

Romain Saïss moins intraitable dans les airs 

Après une parenthèse de quelques mois en Turquie dans le club de Besiktas, en provenance de la Premier League (Wolverhampton), Romain Saïss a décliné plusieurs propositions, notamment en France (R.C Lens) pour poser ses valises au Qatar (Al Saad), avant d’être prêté quelques semaines plus tard au club saoudien d’Al Shabaab.

Intraitable dans les duels au sol, le capitaine de l’équipe nationale a également maintenu sa qualité de relances courtes ou longues. A contrario, il est moins souverain dans les airs que lors de son escapade turque. Une lacune compensée par une hargne et une lecture du jeu adverse légèrement en recul mais toujours au-dessus de la moyenne.

Sofiane Boufal et les grands espaces  

La signature d’un virtuose comme Soufiane Boufal au Qatar promettait aux fans de l’ailier marocain des dribbles et des actions d’éclats à foison. Sauf que l’aventure de l’ex angevins dans la Qatar Star League a d’abord été contrariée par une blessure qui l’a mis sur le carreau pendant plusieurs semaines. 

Son retour sur les pelouses s’est d’abord accompagné de prestations cahin-caha. Mais globalement, l’international marocain ne s’en sort pas trop mal. Certes le droitier est légèrement moins décisif, mais il réussit plus de dribbles et gagne plus de terrain balle au pied grâce à des courses progressives et à son talent, mais aussi à l’apathie et au manque d’intensité des défenseurs.  

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

MOROCCO REAL ESTATE MANAGEMENT : OPCI “TERRAMIS SPI-RFA” Valeur Liquidative exceptionnelle au 27/06/2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.