Voici où en est le programme de plantation du caroubier

Avec 3.000 ha supplémentaires plantés ces deux dernières années dans le domaine forestier, dont 2.500 ha en 2023, le programme de plantation du caroubier, qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie Forêt du Maroc (2020-2030), va permettre une exploitation durable de cet arbre considéré comme l'arbre de l'avenir.

Voici où en est le programme de plantation du caroubier

Le 29 novembre 2023 à 18h11

Modifié 29 novembre 2023 à 18h11

Avec 3.000 ha supplémentaires plantés ces deux dernières années dans le domaine forestier, dont 2.500 ha en 2023, le programme de plantation du caroubier, qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie Forêt du Maroc (2020-2030), va permettre une exploitation durable de cet arbre considéré comme l'arbre de l'avenir.

En 2023, 2.500 ha nouveaux hectares de caroubier ont été planté dans le domaine forestier. L’Agence nationale des eaux et forêts (ANEF) poursuit donc son programme de plantation du caroubier avec une augmentation de 3.000 hectares sur les deux dernières années.

Cette superficie s’ajoute aux 68.000 hectares de peuplement de caroubier que compte le domaine forestier du Royaume. L’ANEF mise sur la valorisation du caroubier comme espèces forestières résistantes à la sécheresse et multifonctionnelles. 

Une orientation qui intervient en parallèle à celle du ministère de l’Agriculture, qui a pareillement pris le parti de favoriser les cultures adaptées à la nouvelle donne climatique dans le cadre de la stratégie "Génération Green 2020-2030".

Pour le domaine agricole, l'objectif est d'atteindre 100.000 hectares d’ici à 2030, contre 10.300 ha actuellement. Si les objectifs et les démarches se font en parallèle, elles se rejoignent sur la partie production, puisque l'ANEF joue aussi le rôle de bras armé du ministère de l'agriculture sur le segment du caroubier puisqu'elle est garante de la production et la distribution gratuite de 2 millions de caroubiers aux agriculteurs privés à l’horizon 2030. 

"La production moyenne des plants de caroubier est passée de 750.000 plants en 2010 à 1.200 000 plants en 2021", indique à Médias24 l’Agence nationale des eaux et forêts.

Une production annuelle en recul 

Actuellement, la production annuelle des gousses de caroubes au niveau du domaine forestier est actuellement d’environ 45.000 tonnes. Elle est en baisse par rapport à l'année dernière où elle avait atteint les 60.000 tonnes. 

L'essentiel de la production est issu des régions de Béni Mellal-Khénifra (80%), Marrakech–Safi, Souss-Massa et Fès-Meknès. Une zone de production somme toute logique.  

Et pour cause, cet arbre à la longévité bicentenaire se trouve principalement dans des zones arides et se développe entre 600 et 1.000 mètres d’altitude. A l’instar des espèces méditerranéennes (arganier, thuya, chêne vert), le caroubier fait preuve d’une résistance à la rigueur du climat et à la sécheresse (200 mm de pluie).

D’une cime très étalée et qui peut atteindre 8 à 17 m de hauteur, le caroubier peut survivre à des températures oscillant entre -4°C et 40°C. Une résilience offrant une production ininterrompue de gousse de caroube, d’année en année.

Le caroubier est parmi les rares arbres qui fleurissent en automne (septembre à novembre), mais il faut attendre la maturité de ses fruits en juillet-août de l’année suivante pour récolter des gousses.

Un caroubier commence à produire des gousses à partir de 6 ans, et peut donner de 10 à 40 kg jusqu’à l’âge de 20 ans, comme il peut aller entre 100 et 250 kg à partir de 50 ans.

Une valorisation revue à la baisse 

En matière d’exploitation du caroubier, il s’agit d’un processus régi par les droits d’usage reconnus par les dispositions du dahir du 10/10/1917 relatif à la conservation et à l’exploitation des forêts, et celui du 04/03/1925. Cette exploitation s’opère via deux formules : 

- La vente par adjudications publiques de plusieurs lots de caroubier, organisée annuellement au niveau des régions, notamment dans la région de Béni Mellal-Khénifra, et à laquelle participent les exploitants forestiers agrémentés par l’ANEF, selon un cahier des charges spécifiques ;

- L’exploitation via des coopératives forestières composées des ayants droit, dans le cadre de conventions de partenariat avec l’Agence nationale des eaux et forêts. La région de Béni Mellal-Khénifra compte 9 coopératives forestières, composées de 500 adhérents.

La récolte de 2022, où le prix du caroubier a atteint des sommets (8 DH/kg), a attiré plusieurs spéculateurs par la suite. A l’époque, il y a eu une forte demande internationale qui dépassait l’offre, d’où une flambée du prix du kilo qui pouvait dépasser les 50 DH au moment de sa vente pour être valorisé. 

Cette situation avait poussé plusieurs unités de valorisation à stopper leur activité pour ne pas jouer le jeu des spéculateurs. Un pari réussi puisque la valorisation "du prix de vente du kilogramme de gousse de caroube lors de la dernière adjudication (2023) est de 1,5 DH", assure l’ANEF. 

Un précieux patrimoine génétique à préserver

Le caroubier, arbre aux milles et unes vertus, fait face à la complexe gestion de son patrimoine génétique. Les dernières études ont permis de révéler une importante variabilité génétique entre 10 accessions [l’unité de conservation de base, ndlr] du caroubier. Les provenances de l’Oriental présentent les meilleures performances en termes de poids de graines.

"Des tentatives d’enregistrement de variétés ont été entamées par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), mais l’absence d’un cahier des charges élaboré en collaboration entre l’administration et l’interprofessionnelle complique le processus", déplore l’ANEF. 

C’est un manque à pallier au plus vite car si la caroube marocaine est reconnue et très prisée à l’échelle internationale, c’est principalement en raison de performances industrielles et d’une qualité supérieure, intrinsèquement liées aux spécifications génétiques de la plante. 

En outre, sur le terrain, les spécialistes remarquent que la méthode agricole la plus répandue pour la multiplication est le greffage et le sur-greffage, dans l’optique de la préservation du patrimoine génétique et des caractères agronomiques. 

"Cependant, il est observé que chaque pépinière ou agriculteur choisit un arbre femelle en fonction de critères parfois variables, tels que la proximité, la production, la productivité", regrette l’ANEF. Idéalement, la solution afin d’assurer une préservation cohérente du patrimoine génétique est donc la mise en place un cahier des charges.

"Ce document devrait être élaboré de manière concertée entre l’administration et l’interprofessionnelle, en vue de garantir des critères de sélection uniformes et adaptés aux besoins de la filière", insiste l’ANEF. L’urgence de reconnaître le caractère stratégique de la préservation du patrimoine génétique du caroubier n’est plus à prouver. C’est une condition sine qua non pour le développement de la filière. 

Pour y parvenir, il faudra aussi encourager la sélection dans les exploitations privées et limiter le sur-greffage pour préserver la biodiversité de la caroube marocaine dans le domaine forestier. "Cette décision stratégique vise à assurer l’avenir durable de la caroube marocaine, en harmonisant les pratiques agricoles avec les impératifs de préservation génétique et de biodiversité", conclut l’ANEF.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Upline Capital Management: FCP “UPLINE ACTIONS” Rapport du commissaire aux comptes exercice du 1er Janvier 2023 au 31 Décembre 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.