Malgré des conditions climatiques défavorables, la production arboricole et maraîchère a tenu le coup (ministère)

Malgré les conditions climatiques et hydriques très défavorables et la hausse des coûts de production, les filières arboricoles et maraîchères ont maintenu des niveaux de performance de production généralement bons, annonce le ministère de l’Agriculture.

Malgré des conditions climatiques défavorables, la production arboricole et maraîchère a tenu le coup (ministère)

Le 18 octobre 2023 à 10h38

Modifié 18 octobre 2023 à 15h15

Malgré les conditions climatiques et hydriques très défavorables et la hausse des coûts de production, les filières arboricoles et maraîchères ont maintenu des niveaux de performance de production généralement bons, annonce le ministère de l’Agriculture.

La campagne agricole 2022-23 qui s’est achevée s’inscrivait dans une séquence climatique de cinq années difficiles marquées par la succession d’années sèches (quatre sur les cinq dernières années). Le profil de l’indice de végétation de cette campagne est nettement inférieur à la moyenne de longue durée (20 dernières années), souligne le ministère dans un communiqué.

Malgré les conditions climatiques défavorables et les déséquilibres conjoncturels, le secteur agricole enregistre une croissance prévisible positive de 3% contre -14,8% lors de la campagne d’avant, affichant ainsi une résilience notable selon le département de Mohammed Sadiki.

Déficit pluviométrique et chocs thermiques

Selon les données du ministère, la pluviométrie, quoique faible et irrégulière avec un cumul national de 249 mm au 31 août 2023, a enregistré une hausse de 21% par rapport à la campagne précédente (205 mm), mais une baisse de 32% par rapport à une campagne normale (365,6 mm).

Ce niveau pluviométrique n’avait pas d’impact positif sur les réserves des barrages. En effet, la réserve des barrages à usage agricole au 31 août 2023 a atteint 3,6 milliards m3, contre 3,2 milliards m3 la campagne d’avant à la même date, soit un taux de remplissage de 26% contre 23%.

Par ailleurs, la campagne agricole 2022-23 a été marquée par une variabilité importante des températures minimales et maximales, entraînant des chocs thermiques ayant causé des perturbations des cycles de production des cultures, notamment ceux de la tomate au mois de février et ceux des céréales au mois de mars et avril. De plus, les phénomènes climatiques extrêmes enregistrés, tels que les vagues de chaleur, ont impacté négativement la floraison, la nouaison et le remplissage des fruits des principales filières arboricoles, notamment dans les régions de Marrakech-Safi et Béni Mellal-Khénifra.

La production par filière

Malgré les conditions climatiques et hydriques très défavorables et la hausse des coûts de production, les filières arboricoles et maraîchères ont maintenu des niveaux de performance de production généralement bons, note le ministère.

Sur le plan économique, les filières arboricoles d’automne permettront de générer un chiffre d’affaires prévisionnel estimé à 21 milliards de DH, dont 36% d’olivier, 28% des agrumes, 21% du pommier et 15% du palmier-dattier. Ainsi, on note une augmentation de 10% par rapport à la campagne précédente, qui avait enregistré 19 milliards de DH.

La filière agrumicole a enregistré des performances notables eu égard au contexte climatique défavorable avec un rationnement sévère d’eau d’irrigation. En effet, la production prévisionnelle au titre de l’automne 2023 atteindra un volume de près de 1,7 million de tonnes, correspondant à un chiffre d’affaire de 5,7 milliards de DH sur une superficie productive de 121.500 hectares. Par rapport à la campagne agrumicole précédente, la production est en hausse de 4,2% et le chiffre d’affaire de 8%.

S’agissant de la filière oléicole, au titre de l’automne 2023, la production nationale prévisionnelle des olives est estimée à 1,07 million de tonnes, comparable à celle de la campagne précédente, malgré un déficit hydrique sévère qui persiste. En termes de chiffre d’affaires prévisionnel, cette production génèrerait plus de 7,5 milliards de DH, soit une hausse de 10%.

Cette production est en baisse de 44% par rapport à la production de l’automne 2021, qui avait enregistré un niveau record historique de 1,9 million de tonnes. Cette baisse de production qui a surtout affecté les régions de Marrakech-Safi, l’Oriental et Béni Mellal-Khénifra, avec respectivement 42%, 17% et 10%, est la conséquence des très mauvaises conditions climatiques, particulièrement la sécheresse et les chocs thermiques et la grêle dans certaines régions.

Quant à la filière phœnicicole, la production prévisionnelle des dattes est estimée à 115.000 tonnes, en hausse de 6,5% par rapport à la production d’automne 2022. Ceci correspond à un chiffre d’affaires prévisionnel de plus de 3,1 milliards de DH, soit 11% d’augmentation par rapport à l’année d’avant. La superficie occupée par le palmier-dattier au niveau national est de l’ordre de 67.000 ha, pour un effectif total de près de 7,2 millions de pieds.

La culture du pommier connaîtrait une croissance de production estimée à 3% par rapport à l’automne 2022, soit un volume de 881.300 tonnes. Cela correspondrait à un chiffre d’affaires prévisionnel de 4,4 milliards de DH, en hausse de 12,8% comparé à la campagne d’avant.

S’agissant des cultures maraîchères, le programme des cultures d’été dernier permet la réalisation d’une production récoltée en automne estimée à 1,2 million de tonnes, dont 762.000 tonnes de tomates, 114.000 tonnes de pommes de terre et 6.300 tonnes d’oignons. Cette production permet d’assurer actuellement l’approvisionnement du marché national. Quant au programme d’installation des cultures maraîchères d’automne qui se poursuit pendant cette période et s’étendra sur une superficie de 102.000 ha, il permettra une production prévisionnelle estimée à 2,9 millions de tonnes qui assurera l’approvisionnement du marché en principaux légumes pendant l’hiver et le printemps.

Les exportations des agrumes en baisse

Tout en donnant la priorité au marché national, la dynamique d’exportation a été poursuivie de manière maîtrisée et concertée entre le gouvernement et les professionnels du secteur agricole, afin d’assurer un approvisionnement régulier du marché national en produits agricoles, et donc d’assurer la sécurité alimentaire du pays, assure le ministère de tutelle.

En effet, au titre de la campagne 2022-23, les exportations des tomates ont atteint 727.000 tonnes, soit une hausse de 4% par rapport à la campagne précédente.

Quant aux agrumes, toutes espèces confondues, les exportations sont de l’ordre de 473.000 tonnes, soit une baisse de 38% par rapport à la campagne précédente. La baisse a touché aussi bien les oranges (65%) que les petits fruits (33%).

Sauver la saison

Afin d’assurer les conditions favorables pour le déroulement de la campagne, le département de l’Agriculture a pris une série de mesures et dispositions au titre de la campagne agricole 2022-23. Il s’agit en l’occurrence des mesures portant sur l’approvisionnement en facteurs de production (semences et engrais), sur le développement des filières de production agricoles, sur la maîtrise raisonnée de la gestion de l’eau d’irrigation, sur l’assurance agricole, sur le financement et l’accompagnement des agriculteurs.

Ainsi, dans le cadre de l’atténuation des effets du déficit pluviométrique, sur instructions du Roi, le gouvernement a mis en œuvre un programme urgent visant le soutien de la production agricole et la sauvegarde des activités végétales et animales.

Par ailleurs, le département de l’Agriculture affirme avoir poursuivi l’encouragement de l’investissement dans le secteur agricole à travers l’octroi d’incitations dans le cadre du Fonds de développement agricole (FDA) et le lancement de nouvelles incitations dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie Génération Green.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Aradei Capital : REVISION DU TAUX FACIAL DES OBLIGATIONS DE LA TRANCHE « B & D »

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.