CSCA : le traitement médiatique du séisme a mis en relief la centralité du service public de l’audiovisuel

Réuni en session plénière le 21 septembre 2023, le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle a partagé un certain nombre de constats concernant le traitement médiatique consacré par les radios et télévisions nationales, publiques et privées, au séisme qui a frappé la région d'Al Haouz le vendredi 8 septembre.

CSCA : le traitement médiatique du séisme a mis en relief la centralité du service public de l’audiovisuel

Le 25 septembre 2023 à 16h42

Modifié 25 septembre 2023 à 17h36

Réuni en session plénière le 21 septembre 2023, le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle a partagé un certain nombre de constats concernant le traitement médiatique consacré par les radios et télévisions nationales, publiques et privées, au séisme qui a frappé la région d'Al Haouz le vendredi 8 septembre.

Ces constats et observations sont fondés sur le processus spécifique de monitoring des programmes audiovisuels mis en place par la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA) pour assurer le suivi à la fois de la mobilisation de 21 radios et de cinq chaînes de télévision dans cette situation de crise, et des caractéristiques des contenus radiophoniques et télévisuels consacrés aux différentes dimensions de cet événement tragique, souligne le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) dans un communiqué.

Le CSCA a ainsi fait le constat de plusieurs éléments significatifs, parmi lesquels :

- Une adaptation diligente de la programmation générale des radios et télévisions et une mobilisation exceptionnelle des ressources humaines et logistiques.

Globalement et malgré quelques différences entre le temps de réaction de certains médias, le CSCA a constaté une réactivité immédiate et une prompte adaptation des programmes des différents services audiovisuels pour, d’abord, annoncer le séisme et ensuite relater l’évolution des évènements sur le terrain. Certaines radios privées qui diffusaient des programmes en direct au moment du tremblement de terre ont immédiatement annoncé la nouvelle et modifié la thématique des programmes pour la consacrer à la situation d’urgence, notamment en ouvrant leurs ondes aux citoyens pour recueillir leurs témoignages à chaud et leurs premières réactions.

- Les radios et télévisions ont contribué à contrecarrer les fausses nouvelles et les images trompeuses par la mise à disposition des citoyens d’une information fiable.

Grâce au déploiement sur le terrain d’un nombre significatif de correspondants et d’envoyés spéciaux et au recours à des sources fiables, autorisées, expertes... ; les radios et chaînes de télévision, publiques et privées, ont assuré − bien qu’à des degrés divers, en termes de forme et de contenu −, l’accès de l’opinion publique à des informations précises, vérifiées, délivrées par des représentants du milieu médical, des spécialistes des opérations de secours y compris les équipes internationales intervenant dans les régions sinistrées, des représentants des autorités en charge de la sécurité publique, des responsables gouvernementaux et des représentants des autorités locales...

Par ailleurs, le CSCA a estimé que la mobilisation des médias audiovisuels en matière de diffusion d’informations fiables est susceptible de contribuer à atténuer le sentiment de peur et d’anxiété dû au traumatisme psychologique lié aux pertes humaines et matérielles causées par le séisme.

En outre, les radios et les chaînes de télévision ont essayé d’adopter un registre de narration journalistique privilégiant la simplicité des propos, l’explication rationnelle, l’expertise scientifique et l’expérience humaine. L’approche "rationnelle" de cette communication grand public a été servie notamment par l’effort déployé pour solliciter des sources expertes dans des domaines variés : la géophysique, la psychologie, l’éducation, le droit et les sciences sociales, la santé publique, l’architecture, le patrimoine...

- Les radios et télévisions ont contribué à la promotion des valeurs de la solidarité, du vivre-ensemble et de la cohésion nationale.

La couverture très inclusive assurée par les radios et télévisions sur le terrain et dans toutes les régions touchées par le séisme a illustré la pertinence de l’engagement des opérateurs audiovisuels en matière de déploiement de leur diffusion et de l’action du régulateur en faveur de l’équité territoriale de la couverture audiovisuelle.

Le traitement interactif assuré par les radios et télévisions du séisme d’Al Haouz et de ses multiples répercussions a permis de faire entendre la voix des victimes et de leurs familles et de donner la parole aux citoyens et aux associations pour exprimer leur compassion et leur solidarité. Ce souci d’interactivité qui a été investi aussi à travers la mise en avant des initiatives et des campagnes de solidarité organisées dans toutes les régions du Royaume, a permis de donner à voir une unité nationale agissante et sincère.

Le CSCA a relevé également que les radios et les chaînes de télévision monitorées ont fait preuve d’une grande vigilance en matière de respect des obligations prévues par leurs cahiers des charges. A titre d’exemple, les chaînes de télévision ont veillé à ne pas montrer d’images choquantes ou voyeuristes de cadavres sous les décombres ou de dépouilles des victimes lors des enterrements. Des précautions ont été prises pour éviter de réexposer les enfants et les mineurs aux mêmes conditions difficiles qu’ils ont vécues lors du tremblement de terre. Globalement, les images montrées n’ont représenté aucune atteinte à la dignité des personnes victimes de la catastrophe. La présomption d’innocence a été respectée dans les contenus audiovisuels consacrés à l’information et la critique de certaines activités illégales présumées commises par des individus en rapport avec le séisme et ses conséquences sur le terrain.

En conclusion, le CSCA a considéré que :

- L’effort médiatique important déployé par les radios et les chaînes de télévision nationales publiques et privées, pour couvrir l’évènement tragique du séisme d’Al Haouz, constitue un acquis professionnel au profit du droit du citoyen à l’information.

- Ces bonnes pratiques pourraient être consolidées encore et enrichies pour renforcer les capacités des médias audiovisuels à s’engager de manière optimale dans l’effort national requis pour assurer la mise en œuvre des décisions prises par le Roi Mohammed VI, au profit des citoyens des régions affectées par le séisme, notamment : la reconstruction, la mise en œuvre de la future loi relative aux pupilles de la Nation, le désenclavement des régions, la restauration du patrimoine...

- Le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle a également considéré que cette expérience a mis en évidence la centralité du service public de l’audiovisuel, l’importance de la consolidation de la libéralisation de la communication audiovisuelle ainsi que la question déterminante du renforcement de la confiance entre les médias et les citoyens.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

TAQA Morocco: RÉSULTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.