Le commerce entre le Maroc et Israël en progression de 32% en 2022, le tourisme de 150%

C’est ce qui ressort du rapport 2022 de l’Abraham Accords Peace Institute. Si les échanges commerciaux et touristiques entre les deux pays ont fortement progressé, ils restent en deçà de leur potentiel que les rédacteurs du rapport jugent "énorme".

Arrivée des premiers touristes israéliens à l’aéroport de Marrakech-Menara, le 25 juin 2021. Photo FADEL SENNA / AFP

Le commerce entre le Maroc et Israël en progression de 32% en 2022, le tourisme de 150%

Le 8 mars 2023 à 18h02

Modifié 8 mars 2023 à 18h52

C’est ce qui ressort du rapport 2022 de l’Abraham Accords Peace Institute. Si les échanges commerciaux et touristiques entre les deux pays ont fortement progressé, ils restent en deçà de leur potentiel que les rédacteurs du rapport jugent "énorme".

55,7 millions de dollars. C’est le montant des échanges commerciaux entre le Maroc et Israël en 2022, selon le rapport 2022 de l’Abraham Accords Peace Institute. Ce chiffre, tiré de l’Israel Central Bureau of Statistics, fait ressortir une croissance de 32% des flux de l’import-export entre les deux pays. Un résultat qui reste non significatif dans l’ensemble des échanges commerciaux du Maroc avec le reste du monde, mais qui représente plus du double des transactions réalisées entre les deux pays en 2020, qui étaient à peine de 22,5 millions de dollars.

Comme le souligne le même rapport, cette évolution du commerce s’est faite en faveur d’Israël, qui a fait croître ses exportations vers le Maroc de 10,2 à 37,9 millions de dollars entre 2020 et 2022. Les exportations marocaines vers l’Etat hébreu ont également évolué, mais pas au même rythme, passant de 11 à 17,8 millions de dollars.

Commerce : avantage pour Israël

Résultat des courses : alors que la balance commerciale marocaine était excédentaire vis-à-vis d’Israël en 2019 (comme le montre le graphique ci-dessous), cet excédent s’est transformé en déficit depuis la normalisation des relations entre les deux pays en décembre 2020. Un déficit qui se creuse depuis, pour atteindre près de 20 millions de dollars à fin 2022.

Selon les statistiques israéliennes détaillées pour les sept premiers mois de 2022, plus de la moitié des échanges entre les deux pays ont porté sur des produits de textile et d’habillement. Plus du quart sur des produits d’origine animale ou végétale. Et 7,8% des échanges ont porté sur des machines, du matériel médical, des armes... le reste étant composé de divers produits non précisés dans le rapport.

La nature des échanges reste jusque-là élémentaire. Ce que le rapport note d’ailleurs. "Le commerce entre Israël et le Maroc a considérablement augmenté en 2022, bien que le potentiel non réalisé dans de multiples secteurs tels que l’énergie, l’agriculture et l’industrie reste énorme." Il fait référence à une déclaration du patron de la CGEM, Chakib Alj, qui estime le potentiel des échanges commerciaux entre les deux pays à 500 millions de dollars.

Vers une zone de libre-échange Maroc-Israël-Émirats arabes unis ?

Mais ceci n’est que le début, comme on peut le déduire du ton du rapport, qui rappelle tous les deals signés entre les deux pays en 2022. Ces derniers portent sur un important potentiel de croissance des échanges commerciaux et des investissements.

Le rapport loue également l’environnement des affaires du Maroc et son ouverture sur le monde, considérant le Royaume comme une passerelle pour Israël et ses compagnies vers les marchés africains et européens. Une réflexion est même lancée pour exploiter l’accord de libre-échange du Maroc avec les Emirats arabes unis pour créer une zone de libre-échange triangulaire.

"Avec un environnement favorable aux affaires et une stabilité politique, la position stratégique du Maroc est une passerelle pour Israël vers l’Europe et l’Afrique, et son accord de libre-échange avec les Emirats arabes unis a conduit à l’exploration d’un accord commercial trilatéral potentiel et peut être exploité dans le cadre d’une éventuelle zone de libre-échange Accords d'Abraham", souligne l’Abraham Accords Peace Institute.

200.000 Israéliens ont visité le Maroc contre 2.900 visiteurs marocains en Israël

Autre domaine qui a connu une forte progression depuis le retour à la normale des relations entre les deux pays : le tourisme. En 2022, environ 2.900 Marocains ont visité Israël, selon les chiffres du Bureau central des statistiques d’Israël, contre à peine 500 en 2021. Tandis que 200.000 Israéliens ont visité le Royaume en 2022, contre 80.000 un an auparavant.

"Bien que cela représente une augmentation progressive par rapport aux années précédentes et constitue une évolution positive, la profondeur des liens historiques et les offres touristiques des deux pays indiquent qu’il y a encore un potentiel considérable pour le tourisme entre le Maroc et Israël."

Selon le rapport, 89% du total des visiteurs israéliens se sont rendus au Maroc pour les loisirs et pour des raisons personnelles, tandis que 11% y sont allés pour des voyages d’affaires.

Pourquoi les Marocains sont-ils peu nombreux à visiter Israël ? Selon les rédacteurs du rapport, cela s’explique par plusieurs raisons, dont la cherté des vols vers Israël et les lourdes procédures d’obtention des visas.

"Alors que les voyages entrant au Maroc depuis Israël se développent, les voyages à destination d'Israël en sont encore à leurs balbutiements. En dépit de nombreuses compagnies aériennes proposant des vols hebdomadaires vers Israël, il reste cher de visiter Israël par rapport à d’autres destinations touristiques marocaines populaires", indique ainsi le rapport, qui recommande le développement de forfaits touristiques sur mesure pour les Marocains.

Les rédacteurs du rapport proposent également de travailler sur "le sentiment populaire", en augmentant le nombre d’évènements réunissant artistes, sportifs, célébrités et influenceurs des deux pays.

Quant aux visas, le rapport recommande tout simplement d'appliquer la réciprocité :

"En juin, le Maroc a approuvé la demande d’Israël d’autoriser les citoyens israéliens d’entrer au Maroc avec un visa électronique facile à obtenir, plutôt qu’une demande de visa formelle chronophage. Le tourisme marocain en Israël serait facilité si Israël pouvait trouver des solutions similaires."

Il est également proposé de rendre plus agréable "l’expérience aéroportuaire" des arrivants, un grand point noir pour le tourisme en Israël.

"Comme pour les autres pays signataires des accords, il faut rationaliser l’expérience aéroportuaire des Marocains visiteurs, tout en équilibrant les préoccupations de sécurité et de santé pour stimuler le tourisme dans les années à venir."

 

LIRE AUSSI

Une convention tripartite Maroc-UE-Israël sera signée avant la fin mars (Bourita)

 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

CTM: COMMUNICATION FINANCIÈRE

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.