χ

Le Mouvement populaire entame sa mue et prépare son premier conseil national depuis l’élection d’Ouzzine

Sitôt élu secrétaire général du Mouvement populaire, Mohamed Ouzzine a multiplié les critiques envers le gouvernement. Entre conservatisme, nationalisme et même islamisme, le nouveau leader du MP se cherche un espace politique.

Mohamed Ouzzine à son élection comme secrétaire général du Mouvement populaire en novembre 2022. Ph. MAP

Le Mouvement populaire entame sa mue et prépare son premier conseil national depuis l’élection d’Ouzzine

Le 25 janvier 2023 à 18h27

Modifié 26 janvier 2023 à 7h35

Sitôt élu secrétaire général du Mouvement populaire, Mohamed Ouzzine a multiplié les critiques envers le gouvernement. Entre conservatisme, nationalisme et même islamisme, le nouveau leader du MP se cherche un espace politique.

Après avoir renouvelé sa direction et porté Mohamed Ouzzine à sa tête, en tant que secrétaire général, le Mouvement populaire est en train de compléter ses structures. Le 4 février 2023, son conseil national tiendra sa première réunion après les élections de novembre dernier.

Dans les prochaines semaines, nous commencerons à mieux cerner la tournure que Mohamed Ouzzine veut impulser au sein du parti. Mais déjà, aussi bien dans ses interventions en tant que député que dans ses allocutions en tant que nouveau secrétaire général, Ouzzine donne un aperçu de ses intentions.

En résumé, il veut être plus dynamique, occuper davantage d’espace. En deux mots : exister, compter. Plus qu’avant en tous les cas. Il revendique, assume et surfe sur les facettes traditionnelles du parti, amazighité et ruralité d’abord. A cela, il ajoute une communication plus dynamique, plus offensive. Parfois, il intègre une dose de populisme et adopte une voix de stentor, comme s’il fallait parler fort pour se faire entendre. La tentation populiste est peut-être le gros changement qu’annonce l’ère Ouzzine.

Un parti conservateur et libéral à la fois

Conservateur sur le plan sociétal, libéral sur le plan économique, ce parti est inclassable selon les grilles traditionnelles. Il est porteur d’une génétique prestigieuse avec Abdelkrim Khatib et Mahjoubi Aherdane parmi ses anciens dirigeants. Il porte aussi le Maroc des racines amazighes et s’en fait le porte-flambeau.

Hormis cela, le MP a toujours été un parti d’appoint, présent dans de nombreux gouvernements. Son dernier score aux législatives de 2021 (28 sièges) est l’un des plus bas depuis 1997.

Depuis son élection à la tête du parti, Mohamed Ouzzine s’est lancé dans une opposition agressive. Lors de ses sorties, que ce soit au Parlement ou dans les médias, il n’hésite pas à utiliser un langage provocant, pas toujours justifié, qui risque de le mener sur le terrain glissant du populisme.

Le passage de flambeau avec Mohand Laenser s’est déroulé sans anicroche, dans un parti qui a déjà connu des scissions par le passé et qui reste fragilisé par des dissensions internes.

Mais Ouzzine, qui a besoin d’affirmer son leadership et de légitimer sa nouvelle fonction, n’hésite pas à s’attaquer au gouvernement sur tous les sujets qui se présentent.

De l’officialisation de l’amazighe au prix du carburant, en passant par le statut des enseignants ou encore la polémique sur le concours des avocats, l’ancien ministre de la Jeunesse et des sports ne manque pas une occasion de critiquer l’action ou l’inaction de l’exécutif. Il surfe généralement sur des sujets pertinents, chauds, d’actualité. Mais c’est au niveau de la forme et à travers certains de ses arguments que pointe la tentation populiste.

Un discours religieux, souvent inapproprié

Dans son discours au congrès du MP (vidéo ci-dessous), à l’occasion de son élection, Ouzzine avait annoncé que la culture amazighe et le monde rural resteraient le fer de lance du parti. C’est ce qu’il appelle la lutte contre la marginalisation ; une marginalisation culturelle pour l’amazighe et territoriale pour le monde rural. Des thématiques traditionnelles pour ce parti de centre droit.

A cela, il ajoute une dose de conservatisme, avec un discours religieux, souvent maladroit. Lors de cette allocution par exemple, en parlant de ses adversaires politiques, il n’hésite pas à mentionner des versets qui évoquent l’enfer.

Il annonce également regretter la crise de valeurs chez les jeunes, disant préférer un modernisme authentique à un modernisme exogène. Et de mentionner la culture marocaine et le concept de "Tamghrabit". Du déjà vu.

A l’image d’autres hommes politiques, il n’hésite pas à surfer sur le nationalisme, si populaire de nos jours sur les réseaux sociaux. Pour cela, il rappelle régulièrement la présence des empires marocains en Andalousie, affirmant que cet héritage doit être considéré comme marocain et non pas andalou.

Surfant sur un certain opportunisme, Mohamed Ouzzine essaye de combler le vide laissé par le PJD sur la question identitaire, mais lui comme son parti en ont-ils vraiment la légitimité ? Le Mouvement populaire, aussi identitaire et conservateur soit-il sur le papier, s’appuie sur les notables, à l'instar d'autre partis marocains. L’idéologie ne sert souvent qu’à meubler les discours.

Les réformes du gouvernement en ligne de mire

Le Mouvement populaire d’Ouzzine réclame plus que jamais la fériérisation du jour de l’An amazigh. En cela, il trouve un moyen d’attaquer le chef du gouvernement qui a également fait de la question amazighe l’une de ses priorités.

Le nouveau secrétaire général du MP et actuel vice-président de la Chambre des représentants critique le budget de 200 millions de dirhams alloué à l’officialisation de la langue amazighe, affirmant que ce montant n’a pas eu d’effet sur le terrain. Selon lui, ce budget n’a servi qu’à financer des évènements comme celui de Khémisset, lors du lancement de projets liés à l’officialisation de l’amazighe dans l’administration.

Il remet en cause également l’accord passé entre les syndicats et le gouvernement sur le statut de l’enseignant, considérant que les enseignants des académies resteraient, d’après lui, désavantagés par rapport aux autres.

Ouzzine s’est montré particulièrement virulent également contre Ouahbi et le gouvernement sur l’affaire du concours des avocats. Autre dossier : la baisse des prix des carburants, qu’il continue de réclamer à la suite de la baisse du cours du pétrole brut.

Avec ces attaques répétitives et cette opposition farouche, Ouzzine est sans doute plus audible, mais il doit maintenant devenir crédible. Parviendra-t-il à se défaire de l’image ancrée dans la population, celle d’un responsable politique qui a failli à sa mission à la tête du département de la Jeunesse et des sports ?

 

La densité territoriale du MP aux législatives 2021

Pour mieux comprendre et visualiser les résultats des élections législatives et communales du 8 septembre 2021, Médias24 a élaboré des cartes détaillées pour chacun des principaux partis, circonscription par circonscription.

Ces cartes se fondent sur les résultats officiels en nombre de voix, rendus publics par le ministère de l’Intérieur. On peut ainsi noter la densité de la représentativité de chaque parti dans chacune des circonscriptions. Plus la couleur est sombre dans la circonscription, mieux le parti est représenté en termes de voix.

Cette cartographie permet de se faire une idée de la popularité géographique, ou du moins de la réussite de chaque parti, selon le territoire. Aussi peut-on observer si des partis sont davantage présents dans certaines régions, ou s’ils sont différemment représentés dans le monde rural par rapport aux zones urbaines.

Lorsque vous survolez les cartes, les principaux indicateurs s’affichent.
Lorsque vous cliquez sur la province, vous obtenez une comparaison détaillée avec 2016.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

S2M : Communiqué Financier des Indicateurs T4 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.