χ

La justice française rejette la requête en révision de Omar Raddad

Vingt-huit ans après sa condamnation pour un meurtre dont il s’est toujours dit innocent, l’ancien jardinier marocain a essuyé un nouveau revers, avec le rejet d’une deuxième requête en révision de son procès.

La justice française rejette la requête en révision de Omar Raddad

Le 14 octobre 2022 à 11h27

Modifié 14 octobre 2022 à 13h08

Vingt-huit ans après sa condamnation pour un meurtre dont il s’est toujours dit innocent, l’ancien jardinier marocain a essuyé un nouveau revers, avec le rejet d’une deuxième requête en révision de son procès.

Ce dossier criminel est l'un des plus célèbres et controversés de France. La requête en révision “est déclarée irrecevable”, a annoncé à l'AFP le conseil de la famille de Ghislaine Marchal, une information confirmée de source judiciaire.

Après avoir pris connaissance de la décision, rendue à huis clos par la commission d'instruction de la Cour de révision, l'avocate d'Omar Raddad s'est dite scandalisée.

“Je ne lâcherai jamais Omar Raddad”, a affirmé Me Sylvie Noachovitch devant la presse, annonçant qu'elle avait l’intention de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme. “Ma détermination est intacte”, a-t-elle encore lancée, avant d'informer par téléphone son client de cette “mauvaise nouvelle”.

L'ex-jardinier marocain avait été condamné en 1994 à dix-huit ans de réclusion criminelle, puis gracié partiellement en 1996, mais pas innocenté. Il a été libéré en 1998 après avoir purgé plus de sept ans de prison. Après un premier rejet de sa requête en révision il y a vingt ans, il en avait déposé une nouvelle le 24 juin 2021, trente ans jour pour jour après la découverte du corps de Ghislaine Marchal, riche veuve d'un équipementier automobile.

Elle avait été retrouvée morte à 65 ans dans la chaufferie de sa propriété à Mougins, sur la Côte d'Azur. Deux inscriptions accusatoires en lettres de sang - “Omar m'a tuer” et “Omar m'a t” - avaient été découvertes sur deux portes, tracées avec le sang de la victime. Avec une faute de conjugaison devenue symbole de cette affaire.

La défense d'Omar Raddad fondait ses espoirs sur les progrès scientifiques en matière d'ADN et sur une loi qui assouplit les critères permettant d'obtenir la révision d'un procès. En décembre, l'ex-jardinier avait obtenu de la commission d'instruction que soient diligentées des investigations complémentaires.

Ce supplément d'information visait à déterminer la portée des conclusions d'un expert en génétique sollicité par Me Noachovitch, concernant quatre ADN masculins non identifiés retrouvés en 2015 sur des scellés de la scène de crime et qui ne correspondent pas au profil génétique de l'ex-jardinier.

Dans des notes de 2019 et 2020, l'expert révélait l'importance d'un des quatre ADN inconnus, présent en de nombreux endroits et notamment sur l'inscription “Omar m'a t”, seul ou mélangé avec le sang de la victime. L'expert favorise l'hypothèse d'un dépôt de l'ADN lors des faits et non d'une “pollution” ultérieure, notamment par les enquêteurs.

En d'autres termes, ces traces génétiques auraient pu être déposées par l'auteur de l'inscription, qui ne serait alors pas Ghislaine Marchal mais potentiellement le véritable meurtrier, estimait la défense d'Omar Raddad.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Immorente Invest: Paiements des 1er et 2ème rendements trimestriels de l'année 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.