LafargeHolcim Maroc : des résultats en baisse rognés par la hausse des cours du petcoke

| Le 27/9/2022 à 14:41
Le groupe a pu maintenir son chiffre d’affaires grâce à un effet prix positif, mais les volumes de vente ont baissé. 

Le groupe cimentier affiche des résultats semestriels impactés par l’inflation et la conjoncture défavorable au niveau du marché de la construction. Son chiffre d’affaires est demeuré stable à fin juin, à 4 MMDH, mais la profitabilité du groupe a été fortement affectée par les répercussions des intrants, notamment les ressources énergétiques.

Le résultat net du leader du marché a fondu de 27% sur la période à 759 MDH. Cette baisse s’inscrit dans un contexte morose, où les ventes de ciment à fin août ont baissé de 7,15% par rapport à la même période en 2021, et où les cours du petcoke (combustible dans l’industrie cimentière, ndlr) ont fortement augmenté.

Des résultats en ligne avec les attentes

Les indicateurs présentés par le cimentier à fin juin sont globalement en ligne avec les attentes du marché. Contactée par Médias24, une source de la place confirme que la baisse de la rentabilité était prévue étant donné le contexte : “Que ce soit au niveau de la stagnation du chiffre d’affaires ou de la baisse de la rentabilité, tout ça était attendu. Concernant le résultat net, il s’explique par une réduction des marges engendrée par la hausse des cours du petcoke et la baisse des volumes de vente.”

Le chiffre d’affaires a été maintenu, à l’instar de son concurrent Ciments du Maroc, par l’augmentation des prix de vente qui viennent compenser une diminution des volumes de vente sur la période. “Cette baisse des volumes de vente entraîne une dégradation de la rentabilité. Effectivement, il y a, de fait, une moins bonne dilution des charges fixes. En somme, l’usine tourne mais elle produit moins”, explique notre source.

La hausse des cours du petcoke a pesé sur les marges, à l’image de la nouvelle usine d’Agadir qui a fait augmenter les coûts fixes du groupe et limite leur dilution du fait qu’elle ne tourne pas encore à plein régime. “Il est clair que l’industrie cimentière est affectée dans son ensemble par la hausse des prix du petcoke, mais LafargeHolcim Maroc subit en plus l’impact sur les marges de l’usine d’Agadir. Une usine représente principalement des charges fixes, et s’il n’y a pas de chiffre d’affaires en face pour compenser, ces charges fixes pèsent sur les marges du groupe”, poursuit notre source. Pour rappel, cette usine est opérationnelle depuis juillet 2021 et a nécessité un investissement de la part du groupe de 3 MMDH.

La mauvaise conjoncture actuelle a certes pesé sur le groupe, mais le numéro un du secteur cimentier devrait néanmoins afficher des performances en amélioration durant la seconde moitié de l’année.

Une amélioration attendue au S2 et des marges moins impactées par le petcoke

Sur l’année 2022, notre interlocuteur anticipe un recul de 8% des ventes de ciment. Le second semestre 2022 devrait cependant être meilleur que le premier. “Nous nous attendons à une reprise progressive durant le S2-2022. Ce dernier connaîtra cependant un mauvais effet de base, car le S2-2021 a été un très bon semestre et il est peu probable que le demande soit aussi forte à la même période cette année”, commente notre source, précisant que le second semestre est généralement meilleur que le premier dans l’industrie cimentière.

Le groupe devrait également bénéficier d’une amélioration des niveaux de marges sur la période. Celles-ci seront moindres que celles observées l’année dernière mais devraient être légèrement supérieures à celles enregistrées au S1-2022. Cela s’explique par la légère hausse des volumes de vente en raison d’un meilleur comportement du secteur. “Il s’agit également de conditions moins défavorables concernant les prix du petcoke. Les cours du baril se dirigent à la baisse depuis quelques mois, le groupe devrait donc bénéficier de prix en baisse pour l’achat du petcoke, ce qui devrait moins rogner sur ses marges”, conclut notre interlocuteur.

lire aussi
  • | Le 29/11/2022 à 15:04

    IAM : une légère amélioration des revenus et de la profitabilité attendue en 2023

    Le cours de bourse de Maroc Telecom chute de plus de 25% en YTD. Le contexte global du marché et les différentes amendes de l’ANRT font craindre une baisse du rendement. Les fondamentaux sont pourtant bons. Une légère amélioration des revenus et des bénéfices est attendue l’an prochain, portée par les filiales internationales.
  • | Le 25/11/2022 à 15:07

    BKGR recommande de souscrire à l'IPO d'Akdital et valorise le titre à 340 dirhams

    Premier entrant en bourse sur le secteur de la santé, Akdital représente une opportunité de diversification du portefeuille des investisseurs. Son maillage territorial et la faible offre médicale à l'échelle nationale offrent un bon potentiel de croissance.
  • | Le 17/11/2022 à 16:58

    La prime de risque actions d'AGR progresse de 50 points de base à 8%

    En retenant la méthode de calcul de la prime de risque par sondage, la société de recherche note une hausse de la prime de risque actions de 50 points de base à 8% par rapport à l'édition du mois de mai 2022. Cette méthode vise à déterminer la rentabilité annuelle exigée par les investisseurs en bourse, et ce, sur un placement supérieur à 5 ans.
  • | Le 16/11/2022 à 16:08

    Taqa Morocco : BKGR recommande d’accumuler le titre dans les portefeuilles

    Cette année, la hausse des cours du charbon et les bonnes performances industrielles vont fortement faire progresser les revenus et la profitabilité. Le groupe, en cette période de crise, fait figure de refuge pour les investisseurs, avec une visibilité sur ses cash flows et un rendement attendu de 3,7% cette année, d’après les projections de la société de recherche BKGR.
  • | Le 14/11/2022 à 16:00

    LafargeHolcim Maroc : M.S.IN s’attend à un TCAM des bénéfices de 6,5% sur la période 2022-2026

    Le groupe devrait connaître une baisse de près de 19% de son résultat net cette année du fait de la baisse de la demande et de la hausse des intrants. Mais, dès l’année prochaine, le RNPG et le dividende devraient progresser. Les bénéfices devraient atteindre 2.101 MDH en 2026, après une croissance annuelle moyenne de 6,5%.
  • | Le 13/11/2022 à 16:10

    CIH Bank : les hausses de fonds propres devraient booster la dynamique de croissance

    La croissance était au rendez-vous au premier semestre 2022 pour CIH Bank, mais elle a ralenti par rapport aux années précédentes, notamment en termes de collecte. Les deux augmentations de capital devraient aider à renforcer les ratios de solvabilité et la dynamique de crédits. Le coût du risque devrait poursuivre sa baisse. Alpha Mena et BKGR recommandent d’accumuler le titre.