Sociétés cotées : hausse de 14,5% du chiffre d’affaires à fin juin 2022 (M.S.IN)

| Le 2/9/2022 à 16:31
Le chiffre d’affaires des sociétés cotées à la Bourse de Casablanca a augmenté de 14,5% au premier semestre 2022 en comparaison avec la même période en 2021, d’après les calculs établis par la société de bourse M.S.IN. Un analyste de la place, joint par LeBoursier, explique les grandes tendances qui se dégagent.

L’activité commerciale des sociétés cotées à la Bourse de Casablanca s’est bien comportée au cours du premier semestre 2022 en comparaison avec le premier semestre 2021. C’est ce qui ressort des chiffres élaborés par la société de bourse M.S.IN.

Le chiffre d’affaires global de la cote casablancaise au titre du premier semestre 2022 a enregistré une hausse de 14,5%, en atteignant 141,6 MMDH à fin juin 2022 contre 123,7 MMDH durant la même période un an auparavant, soit 17,9 MMDH de chiffre d’affaires additionnel, d’après M.S.IN.

“Cette évolution positive intervient dans un contexte marqué par le déclenchement de la guerre en Ukraine qui a entraîné une hausse supplémentaire de l’inflation en lien avec la flambée des prix du pétrole et des matières premières, la campagne agricole 2021-2022 au Maroc qui s’est déroulée dans des conditions climatiques difficiles et l’appréciation du dollar”, commente la société de bourse.

Ainsi, les réalisations des sociétés cotées ont été influencées par deux facteurs positifs, à savoir l’inflation – qui a généré un effet prix favorable – et l’appréciation du dollar face à l’euro ; et par un facteur négatif portant sur la mauvaise campagne agricole.

Sollicité par LeBoursier, un analyste confirme ce constat et souligne que “ce niveau de hausse du chiffre d’affaires était anticipé. Cet indicateur a suivi la même tendance observée depuis début 2022. Cette hausse est liée en grande partie à l’inflation qui a généré une appréciation des prix. Cette tendance a été remarquée au cours du premier trimestre 2022. Après le déclenchement de la guerre en Ukraine, l’inflation s’est accélérée”.

“La hausse des prix des intrants s’est répercutée sur les prix de vente, ce qui a boosté le chiffre d’affaires des sociétés cotées. Maintenant, cette hausse ne pourrait pas être forcément répercutée sur les autres indicateurs, notamment le résultat d’exploitation et le résultat net. Il faut donc attendre la publication des résultats semestriels afin de pouvoir voir comment les sociétés se sont comportées réellement. Leurs marges pourraient être impactées négativement. La hausse des prix peut causer une baisse de la consommation”, explique-t-il.

Les plus grands contributeurs à la hausse du chiffre d’affaires global

La majorité des secteurs cotés affichent un chiffre d’affaires en hausse à l’exception des secteurs “Ingénierie et biens d’équipement” et “Sociétés de portefeuilles” qui dégagent une baisse de 43,8% et 50%, dans l’ordre respectif.

C’est le secteur “Pétrole & Gaz” qui a le plus contribué à la progression du chiffre d’affaires global de la cote en générant un chiffre d’affaires additionnel de 5,7 MMDH. Cette hausse est tirée en grande partie par TotalEnergies Marketing Maroc. “Les pétroliers ont doublé leur chiffre d’affaires à la suite de la forte hausse du prix du pétrole à l’international. TotalEnergies Marketing Maroc en a profité”, commente notre analyste.

Le secteur “Pétrole & Gaz” est suivi par le secteur “Mines” qui a généré un chiffre d’affaires additionnel de 2,6 MMDH, tiré principalement par Managem qui a vu son chiffre d’affaires augmenter de 2,4 MMDH pendant la période retenue.

“Le contexte est favorable pour ce secteur. Les sociétés qui le composent, spécialement Managem, profitent de la hausse des prix des métaux de base et des métaux précieux à l’échelle internationale”, explique-t-il.

Les secteurs “Agroalimentaires” et “Electricité” ont également contribué fortement à la hausse du chiffre d’affaires de la cote avec un chiffre d’affaires additionnel de 2,46 MMDH (porté par Lesieur Cristal : +1,2 MMDH) et 2,44 MMDH (généré par Taqa Morocco), dans l’ordre respectif.

“L’activité du secteur agroalimentaire profite de la hausse des prix des intrants. C’est le cas pour Lesieur Cristal qui a bénéficié de la hausse du prix de vente des huiles de table, liée à l’augmentation du prix du tournesol et du soja”, indique notre analyste.

A rappeler que selon le directeur général de Lesieur Cristal, la hausse des prix de vente des huiles de table au Maroc a été limitée grâce à des actions mises en place par son groupe.

De son côté, “la hausse du chiffre d’affaires de Taqa Morocco s’explique par la forte augmentation des prix du charbon à l’international”.

lire aussi
  • | Le 5/10/2022 à 9:21

    La hausse du taux directeur impactera surtout les ménages et les TPME

    La hausse du taux directeur de BAM à 2% renchérira les taux d’intérêt. Les particuliers et les TPME seront les plus exposés. Ceux remboursant actuellement un prêt à taux fixe ne seront pas impactés directement. En revanche, les futurs contractants et ceux détenant un prêt à taux variable verront leur crédit coûter plus cher. 
  • | Le 4/10/2022 à 16:39

    Voici l’impact de la hausse du taux directeur sur les OPCVM

    Le marché des OPCVM avait déjà intégré partiellement l’effet de la hausse du taux directeur en anticipant cette décision. Des réajustements des taux et des choix de placement sont en train d’être opérés. Le marché demeure néanmoins impacté par le manque de visibilité, d’après un gérant de fonds de la place.
  • | Le 3/10/2022 à 15:44

    Les bénéfices semestriels des banques cotées dépassent le niveau d’avant-crise

    Les bénéfices enregistrés par les banques cotées à la Bourse de Casablanca, au titre du premier semestre 2022, ont dépassé pour la première fois ceux enregistrés au premier semestre 2019. Un directeur au sein d'une société de recherche de la place souligne la résilience des banques face à la crise, et liste les facteurs qui y ont contribué.
  • | Le 2/10/2022 à 11:42

    Banques cotées : amélioration du coût du risque et progression des bénéfices au S1-2022

    Légère évolution de l’activité commerciale, amélioration du coût du risque, hausse de 10% du résultat net part du groupe... Voici comment ont évolué les principaux indicateurs des banques cotées à la bourse de Casablanca.
  • | Le 1/10/2022 à 13:55

    Le cash en circulation demeure stable à fin août 2022

    Le cash en circulation demeure stable d’un mois à l’autre mais affiche une hausse de 22,6 milliards de dirhams par rapport à août 2021. Les dépôts bancaires progressent légèrement par rapport à juillet 2022. Sur une année glissante, ils augmentent de 52 MMDH.
  • | Le 30/9/2022 à 16:10

    Alliances : le RNPG progresse de 77% à fin juin

    Le groupe a pu améliorer son résultat grâce à la bonne maîtrise de ses charges et à la hausse des marges opérationnelles. Le carnet de commandes s'élève à 3,1 MMDH.