L’écosystème des OPCI maintient une évolution positive en 2022

| Le 30/8/2022 à 15:03
L’écosystème des OPCI continue d’afficher une évolution positive. Le nombre des fonds OPCI a grimpé pour atteindre 35 à fin juin 2022. Un directeur général d’une société de gestion d’OPCI, joint par LeBoursier, nous livre son analyse de la progression de cette industrie au Maroc en soulignant les facteurs qui y ont contribué.

L’industrie des Organisme de placement collectif immobilier (OPCI) poursuit son évolution positive. A rappeler que cette activité a démarré officiellement en 2019 au Maroc avec l’obtention du premier agrément de l’AMMC par AjarInvest, filiale commune de la CDG et de CIH Bank.

La pandémie est survenue quelques mois après le lancement de cette activité. Mais cela n’a pas brisé son élan.

Contacté par LeBoursier, un directeur général d’une société de gestion d’OPCI nous livre son analyse de l’évolution de l’écosystème des OPCI au Maroc. « Les OPCI au Maroc ont connu une évolution importante cette année. Les derniers chiffres publiés par l’AMMC en témoignent », souligne notre interlocuteur.

D’après les indicateurs publiés par l’AMMC, le nombre de fonds OPCI agréés a grimpé pour se situer à 35 OPCI (dont 1 OPCI agréé en juin 2022 et disposant d’un capital initial à la constitution de 3 MDH) à fin juin 2022 contre 21 à fin 2021, soit 14 OPCI additionnels en l’espace de six mois. L’actif sous géré a atteint 29,4 MMDH.

Pour souligner l’ampleur de l’évolution que connaît l’écosystème des OPCI, notre source la compare à celle des OPCC (Organismes de placement collectif en capital). Ces derniers sont au nombre de 10 fonds à fin juin 2022 et totalisent un montant de 2 MMDH, d’après les données publiées par l’AMMC.

« L’évolution des OPCI est plus importante que celle des OPCC, en sachant que ces derniers existent depuis longtemps », commente-t-il.

Notre interlocuteur nous indique que les sociétés de gestion d’OPCI sont toujours au nombre de 9. Les évaluateurs immobiliers, quant à eux, sont au nombre de 11. A rappeler que les biens immeubles et droits réels de chaque OPCI doivent faire l’objet d’une évaluation au moins une fois par semestre par deux évaluateurs indépendants.

« L’évolution rapide qu’a connue cette activité depuis son lancement montre que cet écosystème peut encore connaître plus de développement », anticipe-t-il.

Les facteurs qui ont favorisé le développement des OPCI

D’après notre interlocuteur, le bon développement des OPCI a été soutenu par un ensemble de facteurs, notamment « une fiscalité intéressante et un dispositif réglementaire et législatif qui sécurisent les investisseurs. Les textes qui régissent les OPCI sont bien faits. S’ajoute à cela l’engouement des investisseurs pour les OPCI ».

Il faut noter que la disposition fiscale, qui porte sur l’exonération d’impôt en cas d’apport d’actif en nature en OPCI, dont a bénéficié l’activité va prendre fin à fin 2022. « On espère que cette disposition sera renouvelée. Si c’est le cas, le développement de l’activité continuerait à être important », estime-t-il.

L’écosystème des OPCI est désormais complet

La publication officielle, en juin dernier, du plan comptable qui est spécifique à l’activité des OPCI n’a pas apporté de changements majeurs dans le secteur, selon notre source qui explique que «les OPCI s’étaient adaptées et travaillaient déjà avec le projet du plan comptable en attendant sa publication officielle. La publication du plan comptable n’a fait que confirmer ce que pratiquaient déjà les sociétés de gestion des OPCI ».

Ainsi, « avec la publication officielle du plan comptable, l’écosystème des OPCI est désormais complet », souligne-t-il.

lire aussi
  • | Le 23/9/2022 à 15:50

    Managem : les bénéfices à fin juin dépassent le milliard de dirhams

    Avec un effet de change favorable, un bon maintien des niveaux de production et une appréciation des cours des métaux de base sur la période, la profitabilité du groupe explose. Elle passe de 185 MDH à fin juin 2021 à 1 210 MDH à fin juin 2022.
  • | Le 23/9/2022 à 15:12

    Disway : baisse de 15% du RNPG à fin juin

    La hausse du dollar et des coûts d'achat a pesé sur le résultat d'exploitation et la rentabilité. L'endettement atteint 252 MDH à fin juin 2022 contre -29 MDH à la même période l'an dernier.
  • | Le 23/9/2022 à 9:43

    Attijariwafa Bank : hausse de 16,2% du RNPG au 1er semestre 2021

    Les réalisations du groupe Attijariwafa Bank sont en hausse au premier semestre 2021. Le résultat net part du groupe a atteint trois milliards de DH, en progression de 16,2%.
  • | Le 23/9/2022 à 8:21

    SNEP : hausse de 33% du résultat net consolidé

    Le groupe a profité du bon maintien de la demande sur le marché et d’une politique commerciale efficace. Le démarrage des essais d’entrée en production des nouvelles installations est prévu courant T4 2022.
  • | Le 22/9/2022 à 11:00

    OCP : un chiffre d’affaires en hausse de 72% et le RNPG frôle les 17 MMDH (S1)

    Le Groupe OCP enregistre une forte hausse de ses résultats opérationnels et financiers. La marge d’EBITDA atteint un record de 50% à fin juin et le résultat d’exploitation est presque multiplié par trois. Le résultat net passe de 4,6 MMDH à fin juin 2021 à 16,8 MMDH à fin juin cette année.
  • | Le 22/9/2022 à 9:38

    Cosumar : baisse de 19% du RNPG consolidé à fin juin

    La hausse des ventes à l’export tire à la hausse le chiffre d’affaires global à un peu plus de 5 MMDH. L’EBE recule du fait de la hausse des prix des intrants et de la baisse de la production locale.