Le secteur financier demeure résilient face aux séquelles de la crise sanitaire (Comité des risques systémiques)

| Le 15/7/2022 à 11:58
Les indicateurs de suivi examinés par le Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques lors de sa 15e séance, continuent de montrer jusqu’ici la résilience du secteur financier face aux séquelles de cette crise.

Le Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques (CCSRS) a tenu, jeudi 14 juillet, sa quinzième séance au siège de Bank Al-Maghrib (BAM) à Rabat, d’après un communiqué de la banque centrale.

Le comité a examiné et approuvé le rapport sur la stabilité financière au titre de l’année 2021 et fait le point sur l’état d’avancement de la feuille de route de stabilité financière couvrant la période 2022-2024.

Il a également passé en revue la synthèse des travaux mensuels de ses représentants tenus depuis le début de la crise sanitaire. Les indicateurs de suivi examinés continuent de montrer jusqu’ici la résilience du secteur financier face aux séquelles de cette crise.

Ci-après, quelques principales synthèses tirées de l’examen du secteur financier, telles que listées par BAM :

Le secteur bancaire demeure solide et résilient sur le plan de la rentabilité, de la liquidité et de la solvabilité. Après une contraction observée en 2020, le résultat net cumulé des banques a connu, au titre de l’exercice 2021, un rebond de 76,4%. Le ratio de liquidité à court terme s’établit à des niveaux confortables.

Les ratios de solvabilité et de fonds propres de première catégorie se situent à 15,8% et 12% à fin 2021, sur base sociale, pour des minimas réglementaires de 12% et 9%. Sur base consolidée, ces ratios ressortent respectivement à 13,9% et à 11,2%.

L’exercice de macro stress test de solvabilité réalisé par Bank Al-Maghrib en juin 2022 montre une résilience du secteur bancaire, face à des scénarii simulant la dégradation des conditions macroéconomiques.

Les infrastructures de marchés financiers continuent de faire preuve d’une forte résilience, tant sur le plan financier qu’opérationnel, et présentent toujours un niveau de risque faible pour la stabilité financière.

De son côté, le secteur des assurances connaît un retour à la situation d’avant-crise. Ce secteur a pu reprendre une bonne dynamique pour atteindre un niveau de croissance de son chiffre d’affaires de 9,9% en 2021, contre 1% un an auparavant. Le résultat financier a rebondi de 64,7%, profitant de la bonne performance du marché boursier, tandis que la marge d’exploitation s’est repliée, en raison notamment de l’augmentation de la sinistralité qui a retrouvé son niveau d’avant-crise. Le secteur a ainsi vu son résultat net progresser de 35% et son taux de rendement des fonds propres (ROE) se hisser à 9,5%.

Le ratio des plus-values latentes sur les placements s’est amélioré, passant de 13% en 2020 à 15,5% en 2021. Sur le plan prudentiel, le secteur continue de dégager une marge de solvabilité confortable par rapport au minimum réglementaire. Cette marge, qui ne couvre à ce jour que le risque de souscription, pourrait être amenée à baisser avec l’entrée en vigueur du cadre prudentiel de la Solvabilité Basée sur les Risques (SBR). Par ailleurs, les exercices de stress tests réalisés font ressortir une bonne résilience des entreprises d’assurances aux chocs sur le portefeuille actions et immobilier, et aux conditions macroéconomiques et techniques défavorables.

Concernant les régimes de retraite, l’intégration des enseignants contractuels des AREF (Académies régionales d'éducation et de formation) au régime des pensions civiles géré par la Caisse marocaine des retraites (CMR), devrait atténuer, sur le long terme, les déficits accumulés.

Cependant, du fait de l’horizon de viabilité très réduit de ce régime, l’intégration de ces enseignants n’aura pas d’impact significatif sur sa pérennité à court terme. La réforme paramétrique qu’a connue le régime général du Régime collectif d'allocation de retraite (RCAR) a permis l’amélioration de ses horizons de viabilité, sans toutefois permettre d’asseoir une tarification équilibrée des droits futurs. Le rétrécissement des marges de manœuvre d’une année à l’autre nécessite l’accélération de la mise en place de la réforme systémique des régimes de retraite.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 1/3/2024 à 16:53

    Fort ralentissement du crédit bancaire en janvier et hausse des impayés

    Les crédits bancaires marquent un fort ralentissement en janvier. L’encours global des crédits recule de plus de 24 milliards de dirhams d’un mois sur l’autre. L’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie chute particulièrement de 12 MMDH en janvier par rapport à décembre. Les impayés, eux, progressent en janvier de près d’un milliard de dirhams d’un mois sur l’autre.
  • | Le 1/3/2024 à 16:37

    Label'Vie : baisse de 31% du résultat net en 2023, hausse de 12% du dividende

    Le groupe est parvenu à maintenir une bonne croissance de son chiffre d'affaires et de ses ventes sur l'année 2023. Alors que 24 magasins ont été inaugurés, la profitabilité a diminué, notamment du fait d'un effet de base défavorable et de la non-récurrence des plus-values exceptionnelles réalisées en 2022.
  • | Le 1/3/2024 à 16:30

    Le FM6I et le GBPM vont lancer le nouveau produit de dette subordonnée

    Le Fonds Mohammed VI pour l’Investissement a annoncé la création, en partenariat avec le GPBM, de CapAccess, le nouveau produit de dette subordonnée. Le produit aura pour but l’injection de quasi-fonds propres dans les entreprises sous forme de dette subordonnée pour remédier à la problématique de sous-capitalisation, engendrant des difficultés d’accès au financement.
  • | Le 1/3/2024 à 13:05

    OCP : hausse des investissements en 2023 à 26 MMDH

    Le groupe affiche une baisse de son chiffre d’affaires en 2023, notamment du fait d’un effet de base négatif après une année 2022 exceptionnelle. L’OCP a maintenu une forte dynamique d’investissement en hausse de 34% par rapport à 2022 avec 26,8 MMDH.
  • | Le 29/2/2024 à 12:47

    Virement instantané : 21 milliards de DH émis et 31.000 virements par jour en 2023

    Entre le 1er juin et jusqu’au 31 décembre 2023, 31.000 virements instantanés en moyenne ont été effectués chaque jour. Sur cette même période, un total de près de 21 milliards de dirhams a été émis. Détails.
  • | Le 29/2/2024 à 10:05

    Cosumar : chiffre d’affaires consolidé quasi-stable en 2023

    Le chiffre d’affaires demeure stable par rapport à 2022 du fait d’une baisse des volumes de ventes disponibles à l’export et d’une légère hausse des ventes sur le marché local. La production de sucre blanc a baissé de 30% du fait de la campagne agricole compliquée.