Marsa Maroc : Alpha Mena conserve sa recommandation de vendre le titre

Rédaction Medias24 | Le 13/7/2022 à 12:37
La valeur affiche une bonne résilience tant d’un point de vue de la profitabilité que du dynamisme d’activité. Mais la hausse des prix des transports et des carburants va peser sur les activités d’import-export du pays. Les chaînes logistiques étant perturbées, les marges opérationnelles du groupe devraient en pâtir. Le titre demeure également cher et traite à 24,4x ses bénéfices contre 16,3x pour ses semblables.

Dans une note diffusée le 12 juillet, la société de recherche Alpha Mena a maintenu sa recommandation de vendre le titre Marsa Maroc et anticipe un downside de 17,5% de son titre à 215 dirhams. A l’ouverture de la séance du 13 juillet, le titre traitait à 260 dirhams.

Depuis le début de l’année, le titre affiche un retrait de 7%, moins prononcé que le MASI qui recule de plus de 12% sur la même période, notamment suite au déclenchement de la guerre en Ukraine, au manque de visibilité et aux craintes des répercussions de l’inflation sur l’activité des entreprises cotées.

Source : medias24.com

Malgré le contexte actuel compliqué, la société de recherche souligne la résilience du groupe.

Résistante à la crise, mais des inquiétudes demeurent

La société de recherche rappelle que le groupe a pu maintenir un niveau d’activité et de rentabilité satisfaisant durant l’année 2021 et au cours des trois premiers mois de cette année. A rappeler qu’en 2021, le groupe affichait une forte hausse de 128% de ses bénéfices à 666 MDH et un chiffre d’affaires en progression de 18% au T1-2022 à 962 MDH.

Une amélioration en 2022 a été constatée grâce à la bonification de 8% du trafic global et aux bonnes performances de l’activité de transbordement. « La filiale qui gère la concession du terminal à conteneurs 3 du port de Tanger Med II, dès sa première année d’exploitation, a atteint un taux d’utilisation de 62,2% de sa capacité », souligne la société de recherche. Sur la période, le trafic de conteneurs transbordés a progressé de 57%. De fait, selon le modèle d’Alpha Mena, le groupe devrait afficher un taux de croissance annuel moyen de ses revenus de 7,5% sur la période 2021-2024. La marge d’EBITDA moyenne, quant à elle, devrait se situer à 48%.

Cette prévision de rentabilité a été revue à la baisse par la société de recherche, notamment en raison de la flambée des coûts des transports et de l’énergie. « Les répercussions de la guerre en Ukraine continueraient à créer des problèmes d’approvisionnement et à augmenter les coûts des matières premières, qui à leur tour, pèsent sur l’économie marocaine », note Alpha Mena. D’autre part, la société de recherche justifie ses craintes et incertitudes du fait que « des problèmes logistiques internationaux liés à cette crise pèseront sur les marges opérationnelles de Marsa Maroc et pourraient freiner la croissance de son top line en 2022 ».

Malgré une bonne valorisation DCF, la valeur demeure chère

La valorisation DCF du groupe a été revue à la hausse du fait de la bonne amélioration du trafic global traité par le groupe au T1-2022, soutenu par la filiale Tanger Alliance. « Notre DCF repose sur un taux de croissance de 3,5% pour le chiffre d’affaires et 4% pour l’EBITDA », souligne Alpha Mena.

Mais le titre demeure encore cher selon la société de recherche qui note que malgré la baisse observée du cours en bourse en YTD, le titre traite à des niveaux trop élevés par rapport à ses comparables. Il affiche un multiple EV/EBITDA à 13,3x et traite à 24,4x ses bénéfices alors que ses semblables affichent des multiples de 10,5x et 16,3x selon les mêmes critères.

lire aussi
  • | Le 12/7/2022 à 15:45

    Le portefeuille de BKGR surperforme le marché en YTD, mais demeure dans le rouge

    La société de recherche a rappelé l’état des lieux maussade dans lequel se trouve le pays d’un point de vue macroéconomique, mais note qu’un retour à la normale est attendu l’an prochain. Le marché boursier en est affecté, ainsi que son portefeuille qui recule de 5% en YTD. Les performances sont majoritairement assurées par des valeurs défensives.
  • | Le 7/7/2022 à 16:53

    Le marché des capitaux est faiblement utilisé au Maroc

    Bendaoud Tali, Head of Strategy à la Bourse de Casablanca, a fait le point sur l’évolution du marché des capitaux au Maroc, lors d’une conférence tenue ce jeudi 7 juillet, tout en soulignant que le marché reste faiblement utilisé. Khalil Mengad, directeur général d’Immorente Invest, livre ses conseils pour réussir une IPO.
  • | Le 7/7/2022 à 12:44

    Disty Technologies : IPO, accompagnement, potentiel en bourse, les analyses d’Idriss Berrada

    La bourse de Casablanca accueillera dès le 20 juillet, lors de sa première cotation, l’importateur et distributeur de matériel informatique Disty Technologies. L’autorité marocaine du marché des capitaux a visé l’introduction en bourse de l’entreprise le 27 juin dernier. La première de l’année 2022.
  • | Le 6/7/2022 à 16:46

    Maroc Telecom : le cours actuel représente un point d’entrée intéressant

    Le cours de l’opérateur baisse de plus de 16% en YTD. Malgré un contexte règlementaire et concurrentiel compliqué, cette baisse n’est pas imputable aux fondamentaux du groupe, mais davantage à la tendance du marché.
  • | Le 6/7/2022 à 16:22

    Bourse : voici comment les investisseurs doivent se comporter en cette période de manque de visibilité

    Investir avec vigilance, miser sur les secteurs défensifs, profiter des opportunités qui se présentent sur le marché… sont les recommandations d’un analyste de la place aux investisseurs en bourse, afin de bien vivre cette période de baisse du marché et d'absence de visibilité.
  • | Le 5/7/2022 à 16:40

    CFG Bank anticipe un bon rendement et une croissance attractive pour Marsa Maroc

    La société de recherche anticipe une hausse de 25% du cours de bourse à 318 dirhams et recommande l’achat du titre. Une croissance annuelle moyenne des revenus de 5,4% est attendue sur la période 2021-2025, notamment grâce à une hausse des volumes et du chiffre d’affaires du transbordement à Tanger Med II.