Maroc Telecom : le cours actuel représente un point d’entrée intéressant

| Le 6/7/2022 à 16:46
Le cours de l’opérateur baisse de plus de 16% en YTD. Malgré un contexte règlementaire et concurrentiel compliqué, cette baisse n’est pas imputable aux fondamentaux du groupe, mais davantage à la tendance du marché.

Depuis le début de l’année, Maroc Telecom affiche une baisse de plus de 16% à 116,5 dirhams à l’ouverture de la séance du 6 juillet. Cette baisse interroge à plusieurs niveaux. Premièrement, dans la mesure où l’opérateur a affiché des performances globalement satisfaisantes au premier trimestre 2022, quoi qu’attendues.

Pour rappel, le groupe a affiché un chiffre d’affaires global en légère baisse de 1,6% à 8,7 MMDH sur la période. Mais la rentabilité du groupe s’était améliorée avec une timide progression de 2,5% du RNPG à 1,5 MMDH, « du fait de la croissance du résultat net des activités au Maroc comme à l’international ».

Il convient de rappeler que parallèlement, le MASI a connu une baisse de plus de 14% en YTD. Depuis le déclenchement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine au mois de février, un mouvement baissier qui se poursuit toujours a gagné la cote. L’incertitude, principalement injectée par l’inflation et les perturbations logistiques qui rognent sur la profitabilité, angoisse les investisseurs. Cela pénalise les valeurs boursières, notamment Maroc Telecom. Or, le groupe y sera largement moins exposé que de nombreuses autres valeurs cotées. Alors, une telle baisse de l’opérateur est-elle justifiée ?

Un point d’entrée intéressant au cours actuel

Contacté par Médias24, un analyste de la place estime que ce niveau de retrait en bourse n’est pas causé par des justifications fondamentales. « Le marché est baissier dans son ensemble et toutes les valeurs sont entraînées dans cette dynamique, même les valeurs qui n’ont pas de potentiel de baisse. Il y a des mouvements qui sont plus vendeurs qu’acheteurs ; cela entraîne donc un retrait du marché qui est indépendant des performances ou des agrégats financiers de Maroc Telecom », explique notre source.

Source : medias24.com

Cependant, l’opérateur fait face à un environnement de plus en plus compliqué, tant sur le point de vue réglementaire que de la concurrence. L’ANRT avait en effet décidé de la baisse des terminaisons d’appels en décembre 2020. Le groupe fait également face à une concurrence plus rude.

Au T1-2022, le chiffre d’affaires de Maroc Telecom sur le marché marocain a régressé de 2,7%, partiellement affecté par la baisse des activités Mobiles (-5,1%). Cependant, cela a déjà été intégré par le marché. « Les investisseurs savent qu’il n’y a pas beaucoup de croissance à attendre du groupe. La baisse observée provient vraiment de la configuration marché dans son ensemble. Quand le marché reprendra, la valeur reprendra », explique notre analyste.

La baisse du cours a même rendu le titre Maroc Telecom intéressant pour s’y positionner. « Actuellement, la valeur traite à un peu plus de 116 dirhams. Selon nos estimations, le titre recèle un potentiel de croissance de 13% ou 14%. On peut dire que la valeur représente actuellement un point d’entrée intéressant pour les investisseurs », poursuit notre interlocuteur.

Une rentabilité en légère amélioration et des revenus en stagnation attendus cette année

Les leviers de croissance des revenus du groupe sont assez limités.

Au Maroc, Maroc Telecom est un groupe très mature, dans une industrie qui l’est tout autant. « Le chiffre d’affaires 2022 sera stable au meilleur des cas, car il y a des pertes de part de marché du fait de la plus forte concurrence », explique notre interlocuteur.

Sur le marché domestique, les marges aussi sont attendues à des niveaux similaires à l’an dernier. « Sur le marché national, l’opérateur a déjà beaucoup optimisé ses charges d’exploitation. Il y a toujours d’autres optimisations à aller chercher, mais globalement, ils sont bien avancés », poursuit-il.

Concernant les filiales Moov œuvrant dans le reste du continent africain, la dynamique est différente. Il y a encore des parts de marché à aller chercher. Pour rappel, au T1-2022, le chiffre d’affaires des filiales africaines affichait une progression de 1,8%, poussé notamment par la très bonne dynamique de la Data Mobile, en hausse de 29%.

« Dans ces filiales, il y a tout un travail pour aller gagner des parts de marché et en même temps les optimiser, car elles ne sont pas aussi matures qu’au Maroc », explique l’analyste. Par conséquent, la profitabilité de ces activités africaines augmente, ce qui tire à la hausse les revenus consolidés du groupe.

« Cela ne sera pas une hausse extraordinaire, mais cela permettra de compenser la baisse de la profitabilité des activités domestiques », conclut-il.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.