Marchés/ Maroc Télécom : la légère baisse des réalisations du groupe devrait se poursuivre

| Le 12/6/2022 à 11:01
Les résultats du groupe Maroc Télécom devraient poursuivre leur légère baisse en 2022, d’après une note de recherche de CDG Capital Insight. Les analystes changent leur recommandation de « Alléger » à « Conserver ».

Le groupe Maroc Télécom fait face à un contexte difficile, marqué notamment par une recrudescence de la concurrence et une hausse des craintes réglementaires. Cette situation devrait favoriser la poursuite de la baisse des réalisations du groupe, quoique légèrement.

CDG Capital Insight analyse, dans une note de recherche intitulée « IAM – un groupe solide face à plusieurs enjeux sectoriels »,  l’environnement dans lequel évolue le groupe et livre ses perspectives d’évolution.

Les analystes changent ainsi leur recommandation aux investisseurs de « Alléger » à « Conserver ».

Ils valorisent le groupe Maroc Télécom à 126 dirhams par action, soit un petit potentiel de baisse de -0,3% par rapport au cours de ce vendredi 10 juin.

« La valeur se négocie à 19,2x sa capacité bénéficiaire en 2022e, légèrement inférieure par rapport à son niveau moyen historique sur les dix dernières années de 19,5x. Par ailleurs, avec un taux de distribution estimé à 70% pour l’exercice 2022e, le D/Y ressort à 3,6%, soit un niveau inférieur à la moyenne historique de 4,8% », indiquent-ils.

A noter que le titre a lâché presque 10% depuis le début de cette année.

Evolution du titre Maroc Télécom

Source : medias24.com

Conjoncture sectorielle difficile

Les analystes commencent par souligner les enjeux sectoriels qui encerclent cet opérateur téléphonique.

« Globalement, nous pensons que le secteur télécom fait face à un environnement fortement concurrentiel, des contraintes réglementaires et des mutations importantes qui devraient continuer à impacter les revenus du groupe Maroc Télécom pour l’année à venir. Cependant, l’exploration d’autres segments porteurs du marché télécom notamment le développement du Mobile Money surtout en Afrique subsaharienne offre des perspectives intéressantes de développement et de croissance à moyen et long termes », indiquent-ils.

Dans ce contexte, la baisse du chiffre d’affaires devrait se poursuivre cette année, quoique légèrement, d’après les prévisions de CDG. « Nous tablons sur une poursuite de la baisse du chiffre d’affaires du groupe Maroc Télécom de -1,5% pour l’année à venir à 35,3 milliards de DH. Par ailleurs, le groupe devrait connaître un léger repli des marges. En effet, la légère amélioration de la marge brute suite à la baisse des terminaisons d’appel dans plusieurs pays ne devrait pas compenser la hausse du poids des dotations aux amortissements liée à l’augmentation prévue des investissements ».

A rappeler que les résultats trimestriels du groupe ont été marqués par une légère baisse des revenus et une amélioration de la rentabilité. Maroc Telecom a affiché un chiffre d’affaires de 8,77 MMDH à fin mars 2022, en baisse de 1,6% par rapport à fin mars 2021. Cette diminution traduit une baisse de 2,7% en comparaison avec la même période en 2021 du chiffre du chiffre d’affaires au Maroc et une légère diminution de 0,2% du chiffre d’affaires à l’international.

La baisse prévue du chiffre d’affaires cette année devrait se décliner comme suit :

Activité mobile au Maroc : les analystes anticipent une baisse des activités voix suite à un environnement concurrentiel et une baisse des prix liée à la réduction des terminaisons d’appel. D’après leurs estimations, les revenus Data devrait renouer avec la hausse profitant d’une amélioration du parc clientèle. Une baisse de 7,3% de l’ARPU mixte à 45,3 MAD est également anticipée.

En tenant compte de ces anticipations, le chiffre d’affaires de l’activité mobile nationale devrait reculer de 5,7% en 2022 pour se situer à 11 MMDH.

Activité fixe au Maroc : le chiffre d’affaires devrait enregistrer une légère baisse de 0,7% durant la prochaine année, atténuée par l’amélioration du chiffre d’affaires Data fixe (+4,5%) qui profite du développement du réseau FTTH.

Filiales sub-sahariennes : Les contraintes réglementaires notamment la baisse des terminaisons d’appel et la pression concurrentielles, devraient freiner l’évolution du chiffre d’affaires à l’international. CDG table ainsi sur une petite croissance de 0,8% du chiffre d’affaires à l’international.

Au final, la contribution de l’international au chiffre d’affaires du groupe devrait augmenter aux alentours de 47% à fin 2022.

De son côté, le résultat opérationnel devrait enregistrer une baisse de 2,6% pour s’établir à 11,3 MMDH à fin 2022, soit une marge opérationnelle à 32% contre 32,3% en 2021. « Cette quasi-stabilité de la marge opérationnelle devrait profiter en partie de la baisse des terminaisons d’appel dans plusieurs pays. Ainsi, le RNPG devrait s’établir à 5,8 MMDH, soit une marge nette de 16,5% », indiquent les analystes.

Une érosion de la rentabilité est anticipée. « Le groupe Maroc Télécom se caractérise certes par une forte rentabilité, l’une des meilleures du marché marocain, mais elle a connu globalement une tendance légèrement baissière durant la dernière décennie, suite à un environnement fortement concurrentiel et au processus de maturation du marché intérieur qui a fini par atteindre de forts taux de pénétration », soulignent les analystes.

Et de continuer : « Sur les onze dernières années, la rentabilité financière est passée de 51,4% en 2010 à 47,2% en 2021. En effet, avec un TCAM de -4,1% le résultat net part du groupe a connu une baisse plus importante que celle des fonds propres (-3,4%). Cette tendance devrait se poursuivre pour l’année 2022e qui traduit une légère baisse du RNPG accompagnée par un renforcement des fonds propres en 2021 suite essentiellement à un taux de distribution de dividende à 70%, qui a rompu pour la deuxième année consécutive avec sa politique de distribution totale des bénéfices ».

lire aussi
  • | Le 27/6/2022 à 16:20

    Les banques reculent en bourse malgré la bonne évolution de leur activité au T1-2022

    La majorité des banques cotées à la bourse de Casablanca affiche une évolution baissière depuis le début de l’année. Un analyste nous explique que cette baisse n’est pas fondamentale vu que l’activité a bien évolué en début d’année. Des craintes commencent néanmoins à encercler le secteur.
  • | Le 21/6/2022 à 18:25

    Investissements, diversification, rendement… Les bonnes perspectives d’Aradei Capital (CFG)

    Le groupe dispose d’un portefeuille fourni avec des partenaires de renom dans des secteurs diversifiés. Il a déployé et continue de mettre en œuvre un programme d’investissement et de développement agressif de 2,5 MMDH d’ici à 2025. 
  • | Le 14/6/2022 à 14:03

    Bourse. Auto Hall : la croissance sera au rendez-vous à partir de 2023 (CFG)

    CFG Bank a procédé à la mise à jour de ses prévisions pour le groupe Auto Hall pour l’année 2022, afin d’intégrer la baisse des volumes de ventes et l’augmentation des prix dans un contexte marqué par une forte inflation. La recommandation des analystes passe d’acheter à conserver, avec un cours objectif de 92 DH.
  • | Le 13/6/2022 à 16:45

    Voici les prévisions et recommandations concernant les Assurances de la cote (BKGR)

    Dans son dernier Stock Guide, la société de recherche BKGR est revenue sur les différents leviers de croissance et prévisions concernant les assureurs cotés. Deux valeurs sont à accumuler et une à conserver. L’industrie de l’assurance fait face à différents défis avec le lancement de Takaful et de l’AMO cette année.
  • | Le 13/6/2022 à 16:21

    Marchés. Cosumar demeure un bon titre malgré sa baisse en bourse

    Les fondamentaux du groupe Cosumar sont solides et ses perspectives d’évolution restent positives, d’après un analyste qui anticipe une correction à la hausse du titre.
  • | Le 31/5/2022 à 16:54

    Salafin : l’inflation et la baisse du marché automobile devraient impacter l’activité 2022

    Les indicateurs d’activité de Salafin au titre du 1er trimestre 2022 s’affichent en recul à cause de la baisse du marché automobile. L’activité devrait être impactée davantage au cours de 2022 à cause notamment de l’inflation qui devrait impacter la distribution des crédits, d’après un analyste de la place.