χ

La région de Rabat Salé Kénitra prépare son nouveau plan de développement régional

Une étude relative à l’élaboration, actualisation et suivi de la mise en œuvre du plan de développement régional de la région Rabat-Salé-Kénitra est en cours de préparation par le conseil régional. L'objectif est de définir une vision réaliste sur un horizon de six ans basée sur 5 piliers. Détails.

La région de Rabat Salé Kénitra prépare son nouveau plan de développement régional

Le 7 avril 2022 à 15h34

Modifié 2 juin 2022 à 18h08

Une étude relative à l’élaboration, actualisation et suivi de la mise en œuvre du plan de développement régional de la région Rabat-Salé-Kénitra est en cours de préparation par le conseil régional. L'objectif est de définir une vision réaliste sur un horizon de six ans basée sur 5 piliers. Détails.

Le Conseil de la Région Rabat-Salé-Kénitra lance une étude sur la stratégie de développement de la Région. Un appel d’offres pour choisir un cabinet d’étude chargé de l’élaboration, l’actualisation et le suivi de la mise en œuvre du programme de développement régional vient d’être lancé.

La région veut bâtir sa stratégie de développement régional autour de cinq piliers :

-un pilier social visant la réduction contre les disparités au sein de la région ;

-un pilier économique à travers la mise en valeur des potentialités dont dispose la région ;

-un pilier écologique et environnemental axé sur le développement écologique et durable de la région ses atouts écologiques ;

-un pilier culturel grâce à la consolidation de l’identité culturelle et spirituelle au niveau de la région;

-et un pilier agriculture.

Pour chaque pilier stratégique, la démarche proposée se décline en un diagnostic de l’existant ; la formulation de la stratégie régionale ; et sa déclinaison en un plan d’actions sur six 6 ans (avec un plan à court terme pour 3 ans et priorisation des actions) .

Le détail des piliers stratégiques

Sur le volet social, le cabinet est amené à faire un diagnostic du tissu social de la Région à travers une analyse globale de la démographie, du taux d’activité et du chômage, de l’adéquation des formations professionnelles et académiques, du niveau de vie des ménages, des équipements d’animation et des prestations sociales au niveau des Provinces et Préfectures de la Région. Il doit également réaliser une analyse socioéconomique selon le genre et recenser la réserve foncière support des projets à proposer dans le cadre de ce pilier.

« Ce diagnostic doit déboucher sur une stratégie intégrée palliant les disparités entre les différentes composantes territoriales de la Région notamment les milieux ruraux et urbains », lit-on dans le document accompagnant l’appel d’offres. L’objectif est de proposer des mesures visant l’amélioration du cadre de vie des habitants de la Région et de favoriser la cohésion sociale intra-région.

S’agissant du pilier économique, la Région Rabat Salé Kénitra « se préoccupe de l’identification des atouts et des faiblesses de son territoire, et du renforcement de sa capacité à attirer de nouvelles activités sur des marchés en expansion et à retenir les activités existantes dans le cadre d’un nouveau mode de management axé sur l’amélioration des performances territoriale ».

Il est donc question de l’amélioration de la compétitivité économique de la Région afin de lui permettre une meilleure attraction des investissement directes et des mains d’œuvre hautement qualifiée. La nouvelle stratégie économique envisagée pour la Région Rabat Salé Kénitra doit veiller à :

– développer de nouveaux métiers (automobile, aéronautique, offshoring, logistique, High-Tech…) ;

– créer de zones industrielles et d’activités économiques et artisanales ;

– appuyer  à la création d’entreprises ;

– moderniser et relancer des secteurs existants, notamment, dans le domaine de l’agro-alimentaire, des industries de transformation, du Textile et de l’artisanat à fort contenu culturel ;

– développer et promouvoir de l’économie sociale et solidaire et des produits de terroir ;

– développer des marchés de gros et de plateformes logistiques ;

–  désenclaver des centres ruraux et aménagement de circuits touristiques ;

encourager des activités non agricoles dans le milieu rural ;

–  améliorer de l’accessibilité par l’aménagement et l’entretien des pistes et  routes non classées ;

–  améliorer de l’environnement général et du climat des affaires ;

–  créer des emplois dans les différents territoires de la Région, et ce afin de juguler l’exode rural intra-région ;

–  favoriser la formation professionnelle et le développement des compétences pour une meilleure intégration des jeunes dans le marché de travail ;

–  recenser des terrains et réserves foncières disponibles ou à mobiliser dans le cadre de ce pilier.

Une stratégie environnementale durable afin de valoriser la région

Le PDR doit comporter une dimension environnementale. « Consciente de l’accroissement inconsidéré des émissions de gaz à effet de serre et des autres formes de pollution, dû au chauffage urbain et à l’impact des transports dont les conséquences sont alarmantes pour le développement, la Région veut se lancer dans une stratégie environnementale durable afin de valoriser la région, en tant que territoire écologique durable », avance le conseil régional. Cette stratégie a pour objectifs de :

– baisser la consommation énergétique ;

– Développe des énergies renouvelables, notamment de l’énergie éolienne  ;

– faire face à la pollution due aux activités humaines en favorisant le tri sélectif des déchets ménagers et leur recyclage (aménagement de nouvelles décharges publiques) ;

–  encourager de l’industrie de recyclage ;

– se protéger contre les nuisances et risques (les inondations et incendies) ;

– protéger la biodiversité et réduire le phénomène de l’extinction accélérée de certaines espèces animales et végétales.

En ce qui concerne le quatrième pilier relatif à la culture, la conseil régionale chercher à renforcer son identité culturelle par la valorisation de son patrimoine historique ainsi qu’une mise à niveau et un développement du patrimoine matériel et immatériel et le développement harmonieux des lieux de culte. Cet axe repose alors sur :

– Le recensement des monuments historiques et sites à forte valeur patrimoniale.

– L’analyse des manifestations culturelles organisées au niveau de la région.

– L’inventaire des différents lieux de culte (mosquées, Zawiyas et écoles coraniques) et leur état des lieux.

Il est donc attendu à ce que le cabinet d’étude dresse un état exhaustif desdits projets et proposer des scénarios d’intervention en vue de satisfaire aux éventuelles insuffisances soulevées pour leur mise en valeur.

Le dernier pilier, et non des moindres, concerne l’agriculture. Selon le document, le poids de la région au niveau national et sa contribution à l’activité agricole sont importants, puisqu’elle détient 12% de la surface agricole utile du pays (1.019.369 ha)), avec une agriculture, basée sur l’exploitation d’un système agro-sylvopastoral assez bien équilibré.

La Région compte parmi les plus importantes régions agricoles dans les filières : rizicole, petits fruits rouges, et laitière grâce à l’étendue de ses terres cultivables et à son climat relativement favorable.

Le Cabinet d’étude sera amené à confirmer ce diagnostic et à établir les recommandations nécessaires pour l’évolution dans les six ( 6 ) années à venir.

Par ailleurs, il convient de prévoir un programme de mise en œuvre du PDR. Il s’agit d’une feuille de route contenant les éléments suivants :

– Banque de projets qualifiés : description, budget, acteurs porteurs / partenaires de projets, échéance de mise en œuvre, etc. ;

– Calendrier de mise en œuvre : macro planning priorisé contenant les échéances de début et de fin de chaque projet ;

– Modèle de gouvernance : identification des instances de pilotage, de mise en œuvre et de contrôle ;

– Modèle de contrat programme avec l’Etat.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Wafabail : Publication des comptes sociaux au 31 décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

8e Conférence internationale des guichets uniques à Marrakech